Sissi exhorte le peuple israélien à saisir « une grande opportunité pour la paix »
Rechercher

Sissi exhorte le peuple israélien à saisir « une grande opportunité pour la paix »

Dans un vibrant appel lancé lors de la conférence du Caire, le président égyptien a affirmé que la solution au conflit ne nuira ni à la sécurité ni à la stabilité d'Israël

Le président égyptien Abdel Fattah el-Sissi devant la 72e Assemblée générale des Nations unies, à New York, le 19 septembre 2017. (Crédit : Jewel Samad/AFP)
Le président égyptien Abdel Fattah el-Sissi devant la 72e Assemblée générale des Nations unies, à New York, le 19 septembre 2017. (Crédit : Jewel Samad/AFP)

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a lancé dimanche un appel direct à l’opinion publique israélienne, l’appelant à saisir « une grande opportunité » pour la paix.

« Nous avons une grande chance de parvenir à la paix dans la région et de résoudre la question palestinienne », a déclaré M. al-Sissi lors d’une conférence pour les jeunes à l’université du Caire relayée par les médias du pays.

« Cette solution n’enlèvera rien à votre sécurité ou à votre stabilité », a-t-il ajouté, précisant qu’il s’adressait aux Israéliens.

D’autre part, Sissi a ajouté que l’Égypte ne peut appuyer aucune solution à laquelle s’opposent les dirigeants palestiniens.

« La politique de l’Égypte est claire, a-t-il ajouté. « Nous soutenons toutes les décisions de l’ONU, la création d’un État palestinien avec Jérusalem-Est comme capitale et [un retrait israélien] aux frontières d’avant 1967.

« L’Égypte cherche à alléger le fardeau qui pèse sur Gaza et c’est pourquoi le point de passage de Rafah est ouvert depuis deux mois », a-t-il précisé. « L’Egypte essaie d’être un facteur positif et d’assumer sereinement son rôle. »

Ronald Lauder à Leipzig, Allemagne, le 30 août 2010. (Sean Gallup/Getty Images, via JTA/File)

Dimanche dernier, Sissi a rencontré le président du Congrès juif mondial basé aux États-Unis, Ronald Lauder, et a déclaré qu’il soutenait les efforts visant à relancer les pourparlers de paix israélo-palestiniens. Il a ajouté qu’une étape clé sur la voie menant à cet objectif était de parvenir à une réconciliation palestinienne interne qui permettrait à l’Autorité palestinienne (AP) de rétablir son autorité sur la bande de Gaza.

Lors de la réunion, le président al-Sissi a également exprimé sa volonté de renforcer les liens stratégiques de l’Égypte avec les États-Unis, selon les médias égyptiens.

Le président américain Donald Trump a depuis longtemps promis d’essayer de parvenir au soi-disant « deal du siècle » pour mettre fin au conflit israélo-palestinien, mais ses efforts ont été vains depuis qu’il a décidé de transférer l’ambassade des États-Unis à Jérusalem.

L’AP a condamné cette décision, déclarant que les Etats-Unis n’étaient plus un intermédiaire honnête dans les négociations, et a rejeté tout plan que la Maison Blanche pourrait présenter. Le président de l’AP Mahmoud Abbas a qualifié le déplacement de l’ambassade de « gifle du siècle », en début d’année.

Les Palestiniens refusent de rencontrer les États-Unis pour discuter des négociations de paix depuis décembre, lorsque Trump a annoncé le déménagement et déclaré qu’il reconnaissait Jérusalem comme capitale d’Israël.

Adam Rasgon et l’équipe du Times of Israel ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...