Rechercher

Smotrich répond au « petit groupe » du Board of Deputies of British Jews

Le Likud dénonce la déclaration « brutale et honteuse » de l'organisation faîtière juive selon laquelle le député d'extrême droite n'est pas le bienvenu en Grande-Bretagne

Le député Bezalel Smotrich visite l'avant-poste illégal d'Evyatar, en Cisjordanie, le 27 juin 2021 (Sraya Diamant/Flash90).
Le député Bezalel Smotrich visite l'avant-poste illégal d'Evyatar, en Cisjordanie, le 27 juin 2021 (Sraya Diamant/Flash90).

Le député Bezalel Smotrich, qui dirige le parti Sionisme religieux d’extrême droite, a rejeté jeudi une déclaration publiée par le principal organisme juif britannique disant qu’il n’était pas le bienvenu en Grande-Bretagne, qualifiant l’organisation de « petit groupe » essayant de le réduire « au silence ».

Alors que Smotrich rendait visite à des communautés juives du Royaume-Uni mercredi, le Board of Deputies of British Jews, l’organisation faîtière de la communauté juive britannique, a écrit dans un tweet rédigé en hébreu qu’il « rejette les opinions abominables et l’idéologie haineuse de Bezalel Smotrich ». « Nous appelons tous les membres de la communauté juive britannique à lui montrer la porte. Remontez dans l’avion, Bezalel, et restez dans les mémoires comme une honte à jamais », lisait-on dans le tweet.

Smotrich est une figure très controversée en Israël. Il fait très fréquemment des commentaires offensants contre les Arabes et la communauté LGBT, et a suscité à maintes reprises des critiques publiques.

S’exprimant jeudi matin, Smotrich a attribué la déclaration à des « problèmes politiques internes » ajoutant que cela ne le dissuaderait pas de tendre la main à la communauté juive du Royaume-Uni. « Il y a toujours des disputes et des positions idéologiques », a-t-il affirmé à la radio publique Kan. « C’était un petit groupe qui essayait de prendre le contrôle et de faire taire [d’autres opinions]. » « Je serais ravi de les rencontrer », a-t-il ajouté.

Réagissant à la déclaration sur Twitter mercredi, Smotrich a écrit en anglais : « À toute la communauté juive britannique, je vous aime tous ! »

Smotrich a déclaré jeudi que ce qui le dérangeait le plus, ce sont les commentaires du ministre israélien des Affaires de la diaspora, Nachman Shai, du parti travailliste de centre-gauche, qui semblait soutenir la déclaration du Board of Deputies du Royaume-Uni.

« Il n’y a rien pour Smotrich en Grande-Bretagne. La communauté a clairement exprimé sa position », a tweeté Shai mercredi soir. « Il n’y a de place pour le racisme nulle part », a-t-il ajouté, appelant Smotrich à « rentrer à la maison ».

Le député travailliste Gilad Kariv, un rabbin réformé qui préside la commission de la Constitution, des lois et de la justice de la Knesset, a fait écho aux commentaires de Shai, affirmant que Smotrich avait obtenu ce qu’il méritait.

Le député de l’Union sioniste Nachman Shai assiste à une réunion du lobby pour le renforcement des liens avec le monde juif, tenue à la Knesset, le 27 juin 2017. (Credit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Il n’y a rien d’étonnant à ce que des Juifs de la diaspora répondent à Smotrich dans une langue qu’il comprend. L’homme s’est rendu en Grande-Bretagne afin de creuser la division et la tension entre les différentes factions et communautés », a déclaré Kariv. « C’est bien que l’organisation qui représente les Juifs de Grande-Bretagne ait mis de côté les manières britanniques traditionnelles en faveur de l’audace israélienne », a-t-il ajouté.

Le parti du Likud et d’autres législateurs de droite sont eux venus à la rescousse de Smotrich jeudi. Le Likud a ainsi qualifié le tweet de l’organisation juive de « grossier et honteux », affirmant que l’organisation ignorait ainsi une grande communauté de Juifs au Royaume-Uni qui soutient Smotrich et son parti Sionisme religieux.

Défendant le chef de son parti, le député Itamar Ben Gvir a accusé le Board of Deputies d’être influencé par les juifs « réformés de gauche » et « d’oublier ce qu’être juif signifie ». « L’organisation ne représente pas la majorité des Juifs du Royaume-Uni », a tweeté Ben Gvir jeudi matin. « En tout cas, c’est bien que mon ami Bezalel Smotrich, qui aime la Terre d’Israël et le peuple juif, soit venu soutenir la communauté juive [au Royaume-Uni] et expliquer son point de vue », a-t-il écrit.

Un autre député du parti et chef du parti fièrement homophobe Noam, Avi Maoz, a affirmé que la réaction du Board of Deputies montre « à quel point la haine et la division existent dans une grande partie du peuple juif en diaspora, et parmi une grande partie de notre nation à Sion, qui connaît toujours le traumatisme de l’exil. »

Le président du parti Noam Avi Maoz (Crédit : Parti Noam)

Le ministre des Communications, Yoaz Hendel, du parti de droite Tikva Hadasha de la coalition, a également défendu Smotrich.

« Il est inapproprié de recevoir un membre israélien de la Knesset venu rencontrer différentes communautés juives de cette manière », a-t-il déclaré dans un tweet. « Même au milieu des disputes, il y a une [bonne] façon d’exprimer [des désaccords] », a estimé Hendel, ajoutant que « ceux qui souhaitent influencer la politique israélienne appartiennent à Israël ».

Smotrich est actuellement en tournée dans les communautés juives du Royaume-Uni et de France pour rallier l’opposition au projet du gouvernement visant à réformer des services religieux juifs contrôlés par l’État.

Le député Kakhol lavan Yoaz Hendel, le 8 septembre 2019. (Crédit : Flash90)

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...