« SOS Un Toit », le service d’hébergement pour les Français bloqués à l’étranger
Rechercher

« SOS Un Toit », le service d’hébergement pour les Français bloqués à l’étranger

Pour les Français encore bloqués en Israël, l’ambassade annonce aussi régulièrement des vols au départ de l’aéroport Ben Gurion

Le hall des arrivées pratiquement vide de l'aéroport international Ben Gurion, le 11 mars 2020. (Crédit : Flash90)
Le hall des arrivées pratiquement vide de l'aéroport international Ben Gurion, le 11 mars 2020. (Crédit : Flash90)

Afin d’aider les Français bloqués à l’étranger en raison des graves perturbations aériennes liées à l’épidémie de coronavirus à travers le monde, le ministère des Affaires étrangères français a mis en place le service « SOS Un Toit ».

Service d’urgence de mise en relation de Français bloqués à l’étranger et de Français établis hors de France, il vise à aider les premiers à trouver un hébergement d’urgence chez les seconds.

« Ce site vous permet de proposer un hébergement temporaire pour un Français bloqué dans votre pays, en attente d’un retour vers la France, ou de vous déclarer à la recherche d’un hébergement le temps d’attendre votre retour en France », peut-on lire sur le site.

Le service est disponible dans 197 pays, dont Israël et les Territoires palestiniens.

Pour les Français bloqués en Israël, l’ambassade annonce également régulièrement des vols au départ de l’aéroport Ben Gurion. Ce matin, à titre d’exemple, deux vols sont partis depuis Tel Aviv à destination d’Amsterdam et Paris, a rapporté la page Twitter de l’ambassade française.

En cas d’urgence, le consulat à Tel Aviv peut être joint au +972 3 520 8551.

Selon le ministère des Affaires étrangères, 80 000 des 130 000 ressortissants recensés par les autorités françaises sur la plate-forme Ariane ont pu regagner l’Hexagone.

Selon les autorités israéliennes, près de 10 000 Israéliens sont actuellement à l’étranger et veulent rentrer chez eux. Comme la France, Israël a affrété plusieurs vols pour ses citoyens à l’étranger.

« Nous travaillons constamment, 24 heures sur 24, corps et âme », a assuré Jeremy Issacharoff, l’ambassadeur en poste à Berlin. « Nous sommes prêts à aider les gens qui en ont désespérément besoin. En fin de compte, nous sommes un service étranger, et aider les citoyens israéliens dans le besoin, c’est notre mission. »

« Nous essayons de ramener chaque personne à la maison », a déclaré Lior Haiat, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

« Il n’y a pas d’autre ministère des Affaires étrangères dans le monde qui s’occupe de ses citoyens en détresse comme nous le faisons », a-t-il commenté. « Nous considérons qu’il est de notre devoir professionnel et de notre responsabilité personnelle de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour nous assurer que personne ne soit laissé pour compte. »

La semaine dernière, le ministère a organisé quatre vols depuis Lima, au Pérou, rapatriant plus de 1 000  Israéliens à bord de quatre Dreamliners El Al 787. Ces vols – les plus longs jamais effectués par une compagnie aérienne israélienne – étaient gratuits pour les voyageurs bloqués, car les coûts étaient pris en charge par divers sponsors.

Une vingtaine d’Israéliens n’a pas pu monter à bord de ces vols ; les responsables israéliens se sont engagés à ne ménager aucun effort pour les rapatrier également.

Le ministère a coopéré avec El Al et deux autres compagnies aériennes israéliennes – Israir et Arkia – pour lancer plusieurs autres « missions de sauvetage » dans différentes parties du monde, comme l’Australie, le Costa Rica, l’Inde (Mumbai et New Delhi), l’Italie, la Croatie, l’Argentine et le Brésil. Mais il s’agit de vols commerciaux que les passagers doivent payer eux-mêmes.

D’autres pays ont lancé des efforts similaires pour rapatrier leurs citoyens, a reconnu M. Haiat, en insistant toutefois sur le fait qu’aucun d’entre eux ne faisait plus d’efforts pour localiser et secourir chaque citoyen qui se trouve à l’étranger et aurait besoin d’aide.

L’urgence a conduit le ministre des Affaires étrangères Israel Katz à élaborer un « plan national d’urgence » pour rapatrier les Israéliens bloqués à l’étranger.

« Selon ce plan, les missions diplomatiques israéliennes dans le monde entier dresseront une carte des concentrations d’Israéliens souhaitant rentrer chez eux. La cellule de crise [du ministère des Affaires étrangères] surveillera la situation 24 heures sur 24 et établira un centre pour suivre les demandes des Israéliens bloqués à l’étranger », a déclaré le ministère dans un communiqué publié samedi.

D’après les derniers bilans, l’épidémie de coronavirus a contaminé 441 000 personnes à travers le monde et en a tué plus de 20 000.

En France, 25 233 cas et 1 331 morts sont à déplorer.

En Israël, le coronavirus a tué cinq personnes et en a contaminé près de 2 500.

Afin de lutter contre l’épidémie, les autorités sanitaires de nombreux pays à travers le monde ont imposé des mesures de confinement, de distanciation sociale et d’hygiène.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...