Sous pression pour la “partialité” de son organisation, Guterres atterrit en Israël
Rechercher

Sous pression pour la “partialité” de son organisation, Guterres atterrit en Israël

Le secrétaire général des Nations unies va rencontrer des responsables israéliens et palestiniens en quête d'une “résolution pacifique au conflit, attendue depuis longtemps”

Danny Danon, ambassadeur d'Israël à l'ONU, à gauche, avec le secrétaire général des Nations unies António Guterres à son arrivée en Israël, le 27 août 2017. (Crédit : Shlomi Amsalem)
Danny Danon, ambassadeur d'Israël à l'ONU, à gauche, avec le secrétaire général des Nations unies António Guterres à son arrivée en Israël, le 27 août 2017. (Crédit : Shlomi Amsalem)

António Guterres, le secrétaire général des Nations unies, est arrivé dimanche soir en Israël, pour sa première visite dans le pays depuis qu’il a pris la tête de l’ONU au mois de janvier.

Guterres se trouve en Israël pour trois jours, où il verra de hauts responsables israéliens à Jérusalem et des responsables palestiniens en Cisjordanie. Il s’arrêtera également dans la bande de Gaza, où les Nations unies dirigent un programme d’aide majeur.

Stephane Dujarric, porte-parole du chef de l’ONU, a déclaré que l’objectif de ce voyage était de « s’engager directement auprès des populations israélienne et palestinienne et de leurs dirigeants » pour « trouver une résolution pacifique au conflit, attendue depuis longtemps ».

L’ambassadeur israélien auprès de l’institution internationale a accueilli Guterres à son arrivée à l’aéroport Ben Gurion, lui disant : « nous sommes impatients de vous faire découvrir notre pays, un îlot de stabilité et de prospérité dans une région tumultueuse. »

Guterres devait visiter le musée du mémorial de l’Holocauste de Yad Vashem lundi matin et rencontrer plus tard dans la journée le président Reuven Rivlin et le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem.

Dimanche, la vice-ministre des Affaires étrangères Tzipi Hotovely a annoncé qu’Israël débattra de deux questions déterminantes avec le chef de l’ONU durant sa visite : les moyens de mettre un terme à la « partialité anti-israélienne » de l’organisation qui regroupe 193 nations, et le changement du mandat de la mission de maintien de la paix au Liban, la FINUL.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...