Steinitz veut « dialoguer » avec Biden pour éviter un retour dans l’accord JCPOA
Rechercher

Steinitz veut « dialoguer » avec Biden pour éviter un retour dans l’accord JCPOA

Le ministre de l'Energie nie que Téhéran est plus près que jamais d'obtenir l'arme nucléaire et juge "immorale" la liesse de certains Israéliens à l'annonce de la défaite de Trump

Le ministre de l'énergie, Yuval Steinitz, lors d'une conférence à Tel Aviv, le 27 février 2019. (Flash90)
Le ministre de l'énergie, Yuval Steinitz, lors d'une conférence à Tel Aviv, le 27 février 2019. (Flash90)

Un ministre du Likud, le parti du Premier ministre Benjamin Netanyahu, a déclaré dimanche qu’il pensait que Joe Biden était favorable à des amendements à l’accord international limitant le programme nucléaire iranien et a nié le fait que la République islamique était plus près que jamais d’obtenir l’arme nucléaire.

Dans une interview accordée à la radio de l’armée, le ministre de l’Énergie Yuval Steinitz a appelé « au dialogue avec la nouvelle administration » pour s’assurer que Biden ne réintègrera par le pacte de 2015 tel qu’il avait été signé. Il a expliqué qu’Israël avait pour objectif de voir le programme nucléaire iranien « démantelé » et pas simplement « gelé ».

En 2018, le président Donald Trump a retiré les Etats-Unis de l’accord négocié quand Biden était vice-président sous Barack Obama. Cet accord avait été fermement condamné par Netanyahu, qui affirmait qu’il ne contenait pas suffisamment de garanties pour empêcher l’Iran de se doter de l’arme nucléaire.

Tout en soulignant que le pays avait augmenté son enrichissement d’uranium, Steinitz a admis que Téhéran ne l’enrichissait pas au même niveau qu’en 2012/2013, avant la signature de l’accord sur le nucléaire. Il a également prédit que Biden ne refuserait pas d’attaquer militairement l’Iran si les efforts diplomatiques échouaient.

« Biden a déjà dit explicitement par le passé que, si besoin est, il ne s’abstiendra pas d’attaquer l’Iran », a dit Steinitz, membre du haut cabinet de sécurité.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) rencontre le vice-président des États-Unis Joe Biden à Jérusalem, 2010. (Avi Ohayun/GPO)

Les propos de Steinitz font suite à ceux tenus par l’ancien ambassadeur américain en Israël Daniel Kurtzer, qui a prédit dimanche que le président élu des Etats-Unis renouerait avec l’accord nucléaire iranien de 2015 abandonné par l’administration Trump, mais pas sans avoir consulté Israël au préalable.

Joe Biden a déclaré au cours de sa campagne qu’il prévoit de s’engager sur « une voie crédible de retour à la diplomatie » avec l’Iran, et a évoqué la possibilité de réintégrer l’accord nucléaire de 2015.

Le président américain Donald Trump parle au téléphone avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu au sujet d’un accord de paix Soudan-Israël, dans le bureau ovale le 23 octobre 2020 à Washington, DC. Le président Trump a annoncé que le Soudan et Israël faisaient la paix. (Win McNamee/Getty Images/AFP)

Dans son interview, Steinitz a également décrit Trump comme « un véritable ami d’Israël », soulignant que la reconnaissance de Jérusalem par le président et sa position belliciste face à l’Iran. Il a également critiqué les Israéliens qui se réjouissait de la défaite du président sortant.

« C’est immoral, contraire à l’éthique et je trouve ça laid », a dénoncé Steinitz. « Nous devrions être reconnaissants [envers Trump] pour ce qu’il a fait. C’est inconcevable qu’au moment de sa chute, nous lui tournions le dos. »

Il a ensuite félicité Biden pour sa victoire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...