Sur CNN, un candidat au Congrès nie et insulte l’Holocauste
Rechercher

Sur CNN, un candidat au Congrès nie et insulte l’Holocauste

"Vous, les médias juifs, vous êtes devenus complètement fous", a déclaré Arthur Jones, ancien président du Parti nazi américain

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

Arthur Jones, leader néo-nazi et candidat au Congrès (à droite), apparaît dans l’émission New Day de CNN, le 7 février 2018 (Capture d'écran)
Arthur Jones, leader néo-nazi et candidat au Congrès (à droite), apparaît dans l’émission New Day de CNN, le 7 février 2018 (Capture d'écran)

WASHINGTON (Reuters) – Un antisémite négationniste de l’Holocauste, prêt à devenir candidat républicain au Congrès américain, a réitéré jeudi ses opinions au vitriol alors qu’il était interrogé sur CNN.

Dans un segment de six minutes avec Alisyn Camerota, diffusé dans le programme matinal de la chaîne, Arthur Jones, un ancien président du Parti nazi américain, a qualifié l’Holocauste « d’escroquerie », accusant le lobby pro-israélien d’avoir miroité contre l’Amérique dans des guerres sans fin au Moyen-Orient, et a déclaré que les Juifs contrôlaient le gouvernement, son économie et les médias.

« Il est choquant d’entendre à quel point vous êtes raciste », a commencé Camerota, après avoir diffusé des remarques de l’homme lors d’un rassemblement néo-nazi en avril dernier. « Êtes-vous un nazi ? »

Après avoir affirmé qu’il n’avait eu aucune affiliation avec une « organisation nationale-socialiste » depuis 15-20 ans, Jones a répondu : « Je ne me considère pas comme un nazi. Je me considère comme un patriote et un homme d’Etat américain. »

Il a toutefois souligné qu’il n’appartenait qu’à une organisation – la sienne, le Comité America First.

Le nom du groupe rend hommage au sympathisant nazi et suprémaciste blanc Charles Lindbergh, un porte-parole du premier Comité America First, qui a plaidé contre l’entrée des Etats-Unis dans la Seconde guerre mondiale.

« Vous pouvez l’appeler comme vous voulez, monsieur Jones, mais votre site web est rempli de la rhétorique la plus vile et la plus rance que je n’ai jamais lue », a répliqué Camerota.

Son site web de campagne a une page consacrée au « racket de l’Holocauste », épousant les théories conspirationnistes antisémites et définissant les Juifs comme des « vampires criminels assoiffés de sang ».

Jones, pour sa part, s’est offusqué de la caractérisation de ses opinions par Camerota.

« Ce n’est pas vil et rance. C’est la vérité », a-t-il dit. « Il n’y a rien sur ce site web qui ne soit pas vrai. J’ai personnellement publié ces articles, parce qu’ils sont vrais. Maintenant, je ne peux rien face au fait que vous ne vouliez pas accepter la vérité. Les médias juifs, vous êtes devenus complètement fous. Vous pensez qu’Adolf Hitler a ressuscité de parmi les morts. Je représente la vérité. Et les médias ne peuvent pas supporter cela. Les démocrates et les républicains. Le système juif bipartite ne peut pas supporter cela. »

Depuis les années 1990, Jones a été perpétuellement candidat aux primaires républicaines pour le 3e district du Congrès de l’Illinois, qui représente Chicago et ses banlieues sud-ouest à proximité.

Il n’a jamais été considéré comme un concurrent sérieux, mais cette année, il est le seul candidat de ces primaires, laissant penser qu’il décrochera la nomination le 20 mars prochain.

Quand il a été interrogé jeudi concernant son négationnisme, qui remonte à plusieurs décennies, Jones a repris sa théorie souvent répétée selon laquelle le génocide allemand était une invention juive afin de gagner de l’argent.

Le leader néo-nazi Arthur Jones parle au Kentucky, en avril 2017 (capture d’écran YouTube)

« Oui, je nie l’Holocauste », a-t-il affirmé. « Il s’agit d’un racket. Pur et simple. Si vous faites une enquête honnête sur l’Holocauste, vous vous rendrez compte que ce n’est qu’un racket international mené par les Juifs afin de faire couler le sang et d’extorquer et de terroriser leurs ennemis. Et de nous entrainer dans une guerre l’une après l’autre au Moyen-Orient. »

Cameron a ensuite cité des faits avérés concernant l’Holocauste. « Vous pouvez avoir vos propres théories conspirationnistes, mais vous ne pouvez pas avoir vos propres faits. »

« Ce ne sont pas des théories du complot, ce sont des faits », a crié Jones. « Les Juifs contrôlent essentiellement le pays, le Congrès, l’économie, les médias. »

« Hitler a perpétré un génocide. Le camp de la mort d’Auschwitz a existé. Et le procès de Nuremberg a existé. »

« Balivernes ! C’est une arnaque ! »

De là, le vendeur d’assurance à la retraite, âgé de 70 ans, a brandi un papier qui, selon lui, était une liste de faux survivants de l’Holocauste recevant des prestations spéciales de sécurité sociale.

La candidature de Jones a été condamnée au sein de son propre parti, à la fois au niveau national et local.

« Nous condamnons ce candidat et sa rhétorique haineuse dans les termes les plus forts », a déclaré mardi le porte-parole Michael Ahrens au Times of Israël.

Le parti républicain de l’Illinois s’est également prononcé contre Jones. Son président Tim Schneider a déclaré au Sun-Times que son parti et que « notre pays n’avaient pas de place pour les nazis comme Arthur Jones. Nous nous opposons fermement à ses opinions racistes et à sa candidature pour toute fonction publique. »

Le président américain Donald Trump – que Jones a défini comme un « imbécile amoureux des Juifs » – et la Maison-Blanche n’ont pas encore réagi publiquement concernant le candidat.

Jeudi, Camerota a demandé à Jones comment, compte tenu de ses positions haineuses, il pouvait représenter ses électeurs, alors que son district de 700 000 personnes compte environ 7 000 Juifs.

« Une poignée d’entre eux sont des sionistes juifs, mais la majorité sont des patriotes chrétiens blancs », a-t-il dit. « Et je pourrais ajouter des patriotes chrétiens noirs et des patriotes chrétiens latinos. Et ils ne veulent plus de guerres au Moyen-Orient. Et le lobby israélien contrôle le Congrès des Etats-Unis et nous a entraînés dans une guerre l’une après l’autre – et c’est ce contre quoi je me bats. Je me bats pour empêcher un Holocauste au Moyen-Orient. »

Camerota a conclu l’interview en le définissant comme un candidat raté et a prédit que, malgré sa probabilité de remporter la nomination de son parti parce qu’il n’a pas d’adversaire dans la primaire, ce système électoral ne lui permettra toujours pas de remporter le poste.

« Vous avez un long passé de perdant », lui a dit Camerota. « Vous perdez pratiquement tout ce pour quoi vous vous portez candidat. Vous avez été candidat pour le Congrès et vous avez perdu. Nous ne sommes pas en train de prédire l’actualité. Mais je peux dire que vous allez perdre cette course. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...