Rechercher

Sur demande de Ben Gvir, Netanyahu accepte de légaliser des dizaines d’avant-postes

Après la rencontre entre les deux hommes, le Likud a précisé que la yeshiva de l'avant-poste de Homesh serait aussi légalisée grâce à un amendement de la Loi du désengagement

Le leader du Likud, Benjamin Netanyahu, et le chef d'Otzma Yehudit, Itamar Ben Gvir, arrivant pour la cérémonie de prestation de serment de la nouvelle Knesset, à Jérusalem, le 15 novembre 2022. (Crédit : Abir Sultan/Pool Photo via AP)
Le leader du Likud, Benjamin Netanyahu, et le chef d'Otzma Yehudit, Itamar Ben Gvir, arrivant pour la cérémonie de prestation de serment de la nouvelle Knesset, à Jérusalem, le 15 novembre 2022. (Crédit : Abir Sultan/Pool Photo via AP)

Le futur probable Premier ministre Benjamin Netanyahu et le leader d’Otzma Yehudit, Itamar Ben Gvir, ont convenu mercredi de mettre en place une série d’initiatives législatives avancées par le député d’extrême-droite, a fait savoir le parti du Likud de Netanyahu, alors que les négociations de coalition semblent dans l’impasse avec deux de ses autres partis alliés.

Parmi ces initiatives, la légalisation rétroactive de dizaines d’avant-postes illégaux en Cisjordanie, parfois connus sous le nom de « jeunes implantations », une légalisation qui se fera dans les soixante jours qui suivront l’investiture du nouveau gouvernement. Un changement sera ainsi effectué dans la Loi de désengagement de 2005 de manière à rendre possible la légalisation de l’avant-poste controversé de Homesh et de sa yeshiva, avec une peine minimale qui viendra sanctionner « les crimes agricoles ».

Le Likud a aussi déclaré que les deux hommes avaient convenu d’accélérer l’expansion de la Route 60 – la principale autoroute nord-sud qui traverse la Cisjordanie – ainsi que la construction de routes de contournement. Ils se sont aussi accordés sur l’élargissement d’une loi existante qui interdit de poursuivre en justice un individu ayant utilisé la force pour protéger son habitation, de manière à ce que cette loi concerne également quiconque ayant pris la défense d’une base de l’armée israélienne.

Ces annonces ont été faites à l’issue de la rencontre entre Netanyahu et Ben Gvir. Le Likud a fait savoir, après leur entretien, que « des avancées significatives » avaient été enregistrées dans les négociations. Même si les promesses faites par Netanyahu doivent figurer dans les accords de coalition, rien ne garantit toutefois que ces projets passent l’épreuve de la Knesset.

Ben Gvir a demandé le portefeuille de la Sécurité intérieure – ce qui inquiète les alliés occidentaux d’Israël au vu du passé du législateur d’extrême-droite, qui a été notamment condamné pour soutien apporté à un groupe terroriste et pour incitations au racisme.

Il est difficile de dire pour le moment si Netanyahu souhaite lui confier le ministère qu’il a réclamé, même s’il a déclaré avant le scrutin qu’il considérait que Ben Gvir était « un candidat acceptable » à la Sécurité intérieure.

Le politicien de droite israélien, Bezalel Smotrich, prenant la parole lors d’un rassemblement contre la démolition de structures dans l’avant-poste illégal de Homesh, devant le bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 13 janvier 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/FLASH90)

Malgré les avancées apparentes avec Ben Gvir, Netanyahu continue à rester en désaccord avec Bezalel Smotrich, le leader de HaTzionout HaDatit, l’alliance d’extrême-droite qui comprend Otzma Yehudit de Ben Gvir.

Les deux hommes se sont entretenus mardi alors que Smotrich insiste pour obtenir le ministère des Finances ou celui de la Défense dans le futur gouvernement – Netanyahu ne voudrait pas le placer à la Défense en raison des objections des Américains et Aryeh Deri, un important partenaire du leader du Likud, a réclamé pour lui-même les Finances.

Selon des informations transmises mercredi par des chaînes de télévision israéliennes, la réunion entre Netanyahu et Smotrich a été tendue, le chef du Likud estimant que la démonstration de force du parti HaTzionout HaDatit lors des élections du 1er novembre a été rendue possible grâce au rôle qu’il avait tenu dans la conclusion de l’alliance avec Otzma Yehudit.

« N’oubliez pas que grâce à moi, vous vous êtes uni à Ben Gvir et vous avez gagné 14 sièges », aurait dit Netanyahu, selon la Douzième chaîne.

En riposte, Smotrich s’est attribué le mérite de la chute du gouvernement sortant.

« N’oubliez pas que c’est grâce à moi que [Idit] Silman a quitté la coalition et que c’est grâce aussi à mon opposition que le partenariat avec Raam est devenu illégitime », aurait-il répondu, se référant à une députée qui avait contribué à la chute du gouvernement de Lapid et qui a depuis rejoint le Likud ainsi qu’à un parti islamiste dont Netanyahu avait cherché le soutien pour former une coalition, une initiative à laquelle Smotrich s’était opposé.

Un autre reportage diffusé par la chaîne Kan a indiqué que Smotrich s’en était pris à Netanyahu concernant l’opposition apparente des États-Unis à sa nomination au poste de ministre de la Défense.

« Les Américains vont donc décider qui sera nommé ministre ? Les choses ne sont pas censées se passer comme ça », aurait-il déclaré au leader du Likud.

La chaîne a ajouté que les deux hommes n’auraient plus eu de contact depuis la réunion de mardi.

De son côté, le journal du parti Shas d’Aryeh Deri devait officialiser en mettant à sa Une, jeudi, sa demande du portefeuille des Finances – une demande émise par les chefs spirituels de la faction. Cette couverture précisait aussi que le Conseil des sages de la Torah avait appelé Deri à ne pas accepter l’offre faite par Netanyahu de prendre la tête du ministère de la Défense.

Deri a rencontré Netanyahu mercredi. Le chef du Likud a appelé à la patience à la sortie de l’entretien, alors que les négociations pour la coalition s’enlisent.

« Un peu de patience, et avec l’aide de Dieu, nous établirons un gouvernement de droite », a déclaré Netanyahu aux journalistes.

En plus du Shas et de Hatzionout HaDatit, la coalition de 64 sièges de Netanyahu devrait aussi comprendre le parti haredi Yahadout HaTorah, avec lequel le Likud mène également des négociations de coalition.

La Douzième chaîne a fait savoir mercredi qu’en plus d’avoir apparemment accepté de presque multiplier par deux les allocations versées aux étudiants de yeshiva, le Likud aurait donné son feu vert à une loi permettant aux hôpitaux d’interdire l’entrée de produits au levain dans leurs établissements à Pessah – une requête de Yahadout HaTorah.

Une législation qui entrerait directement en contradiction avec un jugement rendu par la Cour suprême israélienne, en 2020, un jugement qui avait été dénoncé par ailleurs par les législateurs religieux.

Yahadout HaTorah et d’autres alliés de Netanyahu prônent une clause très controversée dite « dérogatoire » qui autoriserait une majorité de députés à renverser une décision prise par la Haute-cour, ce qui réduirait de manière spectaculaire la supervision judiciaire des textes de loi.

Certains partenaires de Netanyahu ont aussi réclamé une législation qui mettrait un terme au procès pour corruption en cours du dirigeant du Likud.

Netanyahu a officiellement reçu le mandat lui permettant de rassembler une coalition au pouvoir et de former un gouvernement – il a ainsi 28 jours pour mettre en place sa majorité. Le président Herzog pourrait lui octroyer 14 jours s’il devait avoir besoin de plus de temps.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...