Suspecté de viol, le meurtrier d’une jeune fille de 13 ans refuse de parler
Rechercher

Suspecté de viol, le meurtrier d’une jeune fille de 13 ans refuse de parler

La police a demandé 15 jours de détention provisoire pour Tesfebarhan Tesfasion, un ressortissant érythréen arrêté à Tel Aviv pour le meurtre de la fille de son ex-petite amie

Tesfebarhan Tesfasion, ressortissant érythréen, arrêté pour le meurtre présumé de l'adolescente, fille de son ex-partenaire, le 28 novembre 2018. (Autorisation)
Tesfebarhan Tesfasion, ressortissant érythréen, arrêté pour le meurtre présumé de l'adolescente, fille de son ex-partenaire, le 28 novembre 2018. (Autorisation)

La police a fouillé jeudi la zone située près d’un parc public de Tel Aviv à la recherche de preuves permettant de relier un Erythréen au meurtre et au viol présumé d’une fillette de 13 ans qui a choqué le pays, le suspect ayant choisi de garder le silence pendant son interrogatoire qui a duré plusieurs heures.

Tesfebarhan Tesfasion a été arrêté mercredi soir, après deux jours de chasse à l’homme. Il était en fuite depuis que le corps de Sylvana Tsegai a été retrouvé lundi dans sa maison à Tel Aviv. Il aurait été l’ex-petit ami de sa mère.

La police a interrogé Tesfasion pendant plusieurs heures pendant la nuit, mais il est resté silencieux et a refusé de donner sa version des faits. Selon des sources policières citées par la chaîne d’information Hadashot, s’il n’avoue pas, les recherches se poursuivront pour découvrir des preuves médico-légales et autres qui pourraient le relier à ce crime.

Tesfasion devait être déféré devant un juge jeudi, la police cherchant à prolonger sa détention provisoire de 15 jours.

Tesfebarhan Tesfasion, ressortissant érythréen, lors de son arrestation pour le meurtre présumé de l’adolescente, fille de son ex-partenaire, le 28 novembre 2018. (Autorisation)

Des policiers ont été aperçus jeudi matin en train de fouiller les poubelles du jardin HaKovshim, où Tesfasion se serait caché pendant au moins un de ses deux jours de cavale.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...