« Tomber de haut » prépare « les grandes victoires », dit Bennett après son échec
Rechercher

« Tomber de haut » prépare « les grandes victoires », dit Bennett après son échec

Dans ce qui a été sûrement son dernier discours avant son départ du gouvernement, le ministre de l'Education a noté que "lorsqu'on tombe de cheval, on remonte et on recommence"

Le ministre de l'Education Naftali Bennett s'epxrime à la tribune de la cérémonie du Prix d'Israël à Jérusalem, lors de Yom HaAtsmaout, le 9 mai 2019 (Crédit :  Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre de l'Education Naftali Bennett s'epxrime à la tribune de la cérémonie du Prix d'Israël à Jérusalem, lors de Yom HaAtsmaout, le 9 mai 2019 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre de l’Education sortant Naftali Bennett a vivement recommandé jeudi aux Israéliens de « rêver leur vie en grand » et de ne pas reculer devant les échecs dans ce qui a été probablement son dernier discours en tant que ministre suite à l’étonnante défaite de son parti HaYamin HaHadash lors des élections du mois dernier.

Malgré des sondages qui laissaient entrevoir un rôle majeur pour la formation au sein du prochain gouvernement, il a manqué à HaYamin HaHadash 1 500 voix pour franchir le seuil électoral nécessaire pour entrer à la Knesset lors du scrutin du 9 avril, plongeant dans l’incertitude les avenirs politique de Bennett et de la ministre de la Justice Ayelet Shaked.

Bennett, dont le ministère a la responsabilité de la nomination des lauréats du Prix Israel, a salué les personnalités qui ont reçu le prix en 2019 pour leur persévérance face à l’échec.

« Au cours du mois dernier, mes enfants m’ont demandé ce que cette catastrophe signifiait et comment je parviendrais à continuer malgré tout. Je leur ai dit que tant qu’il y a une chance, il faut toujours essayer de son mieux d’atteindre son but et qu’il ne faut jamais renoncer », a-t-il déclaré lors d’une cérémonie honorant les lauréats.

« Je leur ai dit que lorsqu’on tombe de cheval, il faut remonter, tirer les leçons de ses erreurs et recommencer », a-t-il ajouté.

« Je le demande à tous les étudiants, à tous les entrepreneurs, à tous les Israéliens qui ont un rêve : montrez du courage », a-t-il poursuivi. « Ceux qui ne se permettent pas de tomber de haut n’auront jamais suffisamment de courage pour vivre de grandes victoires ».

Ayelet Shaked, la ministre de la Justice, et Naftali Bennett, le ministre de l’Education, tiennent une conférence de presse pour le parti HaYamin HaHadash le 17 mars 2019 à Tel Aviv. (Flash 90)

Bennett a noté qu’il s’était senti « privilégié » d’avoir occupé le poste de ministre de l’Education au cours de ces quatre dernières années et qu’il avait donné « le meilleur de lui-même » pour servir la société israélienne dans toutes ses composantes.

Faisant allusion au probable prochain gouvernement, il a expliqué que le département de l’Education se trouverait « entre de bonnes mains », indiquant qu’il ne cessera jamais « de donner tout ce que je peux à la population d’Israël ».

Le nom du prochain ministre de l’Education reste indéterminé. Des informations laissent toutefois entendre que le portefeuille pourrait rester sous la responsabilité de HaBayit HaYehudi sous l’étendard de l’Union des partis de droite.

Bennett et Shaked avaient quitté leur formation nationaliste-religieuse de HaBayit HaYehudi au mois de décembre dernier, formant HaYamin HaHadash, pour tenter de rallier de nouveaux électeurs laïcs. Mais l’initiative avait eu l’effet inverse que prévu initialement – le parti restant en-deçà du seuil électoral fixé à 3,25 %.

L’Union des partis de droite, qui s’est formée elle aussi récemment, a gagné cinq sièges.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a jusqu’au 15 mai pour former un nouveau gouvernement qui devrait être constitué de formations de droite et ultra-orthodoxes. Il devrait demander une prolongation de deux semaines, plusieurs problèmes n’ayant pas été réglés avec ses partenaires de coalition potentiels.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...