Tremblement de terre : Israël accueille un exercice international
Rechercher

Tremblement de terre : Israël accueille un exercice international

10 flottes navales étrangères participent à un exercice autour du port de Haïfa, qui comprend le transfert de l'aide humanitaire

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

A titre d'illustration. Un membre d'équipage du patrouilleur Dvora prépare le navire dans le port de Haïfa, le 19 avril 2018. (Judah Ari Gross/Times of Israel)
A titre d'illustration. Un membre d'équipage du patrouilleur Dvora prépare le navire dans le port de Haïfa, le 19 avril 2018. (Judah Ari Gross/Times of Israel)

La marine israélienne a lancé dimanche un exercice multinational à grande échelle au large des côtes de Haïfa simulant un tremblement de terre auquel devaient participer 10 flottes de marines étrangères.

L’armée israélienne a déclaré que l’exercice devait se terminer jeudi.

L’exercice se concentrera sur les conséquences d’un puissant tremblement de terre, y compris le transfert de l’aide humanitaire, a dit l’armée. En conséquence, les résidents du nord d’Israël pourraient s’attendre à voir augmenter le nombre de vols d’hélicoptères au-dessus de leur tête, ainsi que le nombre de navires de guerre israéliens et étrangers au large des côtes.

L’armée a déclaré que 10 flottes étrangères participeront à l’exercice, mais n’a pas révélé pour l’instant quels pays y participaient.

Tsahal a déclaré que l’exercice faisait partie de son programme de formation pour 2019 et qu’il visait à améliorer l’état de préparation.

Image illustrative des services d’urgence et des premiers intervenants participant à un exercice d’urgence simulant un tremblement de terre à la Knesset, à Jérusalem, le 13 juin 2017. (Hadas Parush/Flash90)

Israël est situé le long du rift syro-africain, une faille dans la croûte terrestre qui s’étend le long de la frontière séparant Israël de la Jordanie, et qui fait partie de la vallée du Grand Rift, qui s’étend du nord de la Syrie au Mozambique.

Le dernier tremblement de terre majeur qui a frappé la région a eu lieu en 1927 – un tremblement de terre d’une magnitude de 6,2 qui a tué 500 personnes et en a blessé 700.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le nord d’Israël et les régions autour de Jérusalem et de la mer Morte courent un risque élevé de tremblement de terre de 5 à 5,9 sur l’échelle de Richter, tandis que les régions côtières du centre et du sud et le désert du Néguev courent un risque moyen de séisme de 4 à 4,9.

Les experts ont averti qu’un grand tremblement de terre pourrait frapper Israël dans un proche avenir. Le colonel Itzik Bar, du commandement du front intérieur de Tsahal l’année dernière, a estimé à 7 000 le nombre de morts et 200 000 le nombre de sans-abri qui pourraient être victimes d’un tremblement de terre majeur.

L’an dernier, le contrôleur de l’État a déclaré qu’Israël n’était malheureusement pas préparé à faire face à un tremblement de terre majeur, n’ayant pas réussi à mettre en œuvre la plupart des recommandations formulées dans de nombreux rapports.

Le rapport du contrôleur de l’État Yosef Shapira a révélé qu’un tremblement de terre causerait de graves dommages au gazoduc sous-marin, aux conduites de carburant, aux conduites d’eau, aux aéroports et aux transports en général.

Les écoles, les hôpitaux, les sites touristiques et les bâtiments publics ne sont pas équipés pour résister à un grand séisme, a averti Shapira.

Les rapports du contrôleur de l’État examinant la réponse d’Israël aux tremblements de terre en 2001, 2004 et 2011 ont révélé qu’aucun financement n’avait été alloué pour renforcer les bâtiments plus anciens et d’autres mesures de précaution, en raison de querelles entre ministères sur la responsabilité des travaux.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...