Trump condamne et “désavoue” la droite alternative et défend Bannon
Rechercher

Trump condamne et “désavoue” la droite alternative et défend Bannon

Au New York Times, le président élu souligne que son stratège en chef controversé est “traité très injustement”

Le président américain élu Donald Trump dans une vidéo publiée le 21 novembre 2016. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Le président américain élu Donald Trump dans une vidéo publiée le 21 novembre 2016. (Crédit : capture d'écran YouTube)

Le président américain élu Donald Trump a condamné mardi un rassemblement de suprématistes blancs qui a eu lieu le week-end dernier à Washington, et a été l’occasion de saluts nazis et de « Hail » pour saluer sa victoire à l’élection présidentielle.

Il a également « désavoué » le mouvement de la droite alternative, composé de groupes racistes et « nationalistes blancs », qui ont soutenu sa candidature pendant la campagne électorale.

S’exprimant mardi devant l’équipe du New York Times au siège du quotidien, à Manhattan, Trump a déclaré que, « évidemment, je les désavoue et les condamne », selon Mike Grynbaum, journaliste média et politique du journal.

« Ce n’est pas un groupe que je veux dynamiser. Et s’ils sont dynamisés, je veux l’étudier et comprendre pourquoi », a déclaré Trump, cité par Maggie Haberman, correspondante pour la campagne présidentielle.

Des citations de Trump ont été publiées en direct sur Twitter pendant la réunion par les employés du Times.

Le président élu a également défendu Stephen Bannon, qu’il a récemment nommé stratège en chef de la Maison Blanche. Bannon a été accusé par plusieurs associations juives ou de gauche de soutenir les causes racistes et de la droite alternative.

« Je pense que c’est très dur pour lui. Je pense qu’il vit un moment difficile à cause de ça. Parce que ce n’est pas lui », a déclaré Trump.

« Je connais Steve Bannon depuis longtemps, a-t-il poursuivi. Si je pensais qu’il était raciste, ou de la droite alternative […] je n’aurais même pas pensé à l’embaucher. »

Bannon a été « traité très injustement », a-t-il conclu, selon les journalistes présents dans la salle.

Grynbaum a demandé à Trump s’il condamnait en particulier le rassemblement suprématiste blanc de Washington, qui était dirigé par un des fondateurs de la droite alternative, Richard Spencer.

« Je les condamne. Je désavoue, et je condamne », a répondu Trump.

Trump a été critiqué pour ne pas avoir condamné explicitement ces organisations, qui vont du Ku Klux Klan suprématiste à différentes associations racistes, en passant par des individus qui ont harcelé des journalistes et des utilisateurs de réseaux sociaux juifs en revendiquant leur soutien au candidat républicain.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...