Israël en guerre - Jour 150

Rechercher

Trump dit qu’il résoudra « très rapidement » la situation « horrible » en Israël s’il est réélu

L'ex-président a remporté dans l'Iowa la première des primaires républicaines, qui consolide son statut de grand favori de la droite pour la présidentielle de novembre

L'ancien candidat républicain à la présidentielle Donald Trump avant de prendre la parole lors d'une soirée de caucus à Des Moines, Iowa, le lundi 15 janvier 2024. (Crédit : AP Photo/Pablo Martinez Monsivais)
L'ancien candidat républicain à la présidentielle Donald Trump avant de prendre la parole lors d'une soirée de caucus à Des Moines, Iowa, le lundi 15 janvier 2024. (Crédit : AP Photo/Pablo Martinez Monsivais)

L’ancien président américain Donald Trump a estimé qu’Israël n’aurait pas été attaqué par les terroristes palestiniens du Hamas le 7 octobre s’il avait été encore président, tout en promettant de résoudre la situation « très rapidement » s’il était réélu.

S’exprimant après sa grande victoire aux caucus républicains de l’Iowa, il a qualifié le président Joe Biden de « pire président que nous ayons eu dans l’histoire du pays » et a déclaré que s’il était encore président, « la Russie n’aurait pas attaqué [l’Ukraine] et Israël n’aurait jamais attaqué ».

Il s’est engagé à résoudre rapidement ces deux problèmes s’il est réélu en novembre.

« La situation en Ukraine est si horrible, la situation en Israël est si horrible, que s’est-il passé ? Nous allons les résoudre, nous allons les résoudre très rapidement », dit-il sans donner de détails.

Donald Trump a remporté lundi soir dans l’Iowa la première des primaires républicaines, une victoire écrasante annoncée une demi-heure à peine après le début du vote et qui consolide son statut de grand favori de la droite pour la présidentielle de novembre.

Le magnat de 77 ans, quatre fois inculpé au pénal, laisse loin derrière lui ses principaux rivaux Ron DeSantis et Nikki Haley avec 51 % des voix, selon des résultats quasi définitifs. Il se rapproche ainsi d’un probable duel final avec le démocrate Joe Biden, l’actuel occupant de la Maison Blanche.

Candidat républicain à la présidence, le Gouverneur de Floride Ron DeSantis fait signe à la foule lors d’une réunion annuelle de la direction de la Republican Jewish Coalition, le samedi 28 octobre 2023, à Las Vegas. (Crédit : AP/John Locher)

« Il est temps maintenant (…) pour notre pays de s’unir », a-t-il dit à ses partisans rassemblés dans une ambiance festive à Des Moines, la capitale de cet Etat du Midwest.

Puis il s’est lancé dans un exposé de son programme électoral en s’engageant s’il est élu à « fermer la frontière » avec le Mexique et à forer davantage de puits de pétrole.

Même s’il compte moins de 1 % de la population des Etats-Unis, l’Iowa occupe une place de choix sur la scène politique américaine depuis plus de 50 ans car il donne un premier ton dans la saison des primaires.

En ligne de mire, la convention nationale de juillet qui investira officiellement le candidat républicain à la présidentielle.

Même Joe Biden l’a reconnu dans un message d’appel aux dons : Donald Trump est devenu « le net favori de l’autre camp à ce stade ».

Le président Joe Biden s’adressant aux journalistes au sujet des otages libérés par le Hamas lors d’une troisième série de libérations dans le cadre d’un accord de cessez-le-feu de quatre jours entre Israël et le Hamas, à Nantucket, dans le Massachusetts, le 26 novembre 2023. (Crédit : Stephanie Scarbrough/AP Photo)

Autre enjeu du scrutin de l’Iowa : la deuxième place.

C’est le gouverneur de Floride Ron DeSantis, un conservateur quadragénaire aux positions choc sur l’immigration ou l’avortement, qui l’occupe avec 21 % des voix. Il avait tout misé sur l’Iowa, sillonnant ces derniers mois chacun des 99 comtés.

Il a savouré son score devant ses partisans qu’il a remerciés de leur soutien alors que « tout le monde était contre nous » et que les médias « écrivaient notre notice nécrologique il y a quelques mois ».

L’ancienne ambassadrice à l’ONU Nikki Haley, unique femme dans la course, est arrivée troisième avec 19 % mais ne s’est pas pour autant jugée vaincue et a prédit qu’elle ferait mieux lors d’autres primaires.

La quinquagénaire est la nouvelle coqueluche d’une partie de la droite et est très appréciée notamment par les milieux d’affaires.

Quatrième avec environ 7 %, Vivek Ramaswamy a lui annoncé jeter l’éponge et appelé à voter pour Donald Trump.

Déjà fort du soutien officiel de son parti, le président sortant Joe Biden devrait, sauf énorme surprise, être désigné en août comme leur candidat. Et ce, malgré les critiques répétées sur l’âge du dirigeant octogénaire.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.