Trump est « ouvert à un accord plus global » concernant l’Iran
Rechercher

Trump est « ouvert à un accord plus global » concernant l’Iran

Le président américain qui a confirmé le retour des sanctions à l'encontre de Téhéran, veut qu'un futur accord inclue "son programme balistique et son soutien au terrorisme"

Cette photo prise le 18 décembre 2017 montre le président américain Donald Trump parlant de la stratégie de sécurité nationale de son administration au Ronald Reagan Building et au International Trade Center à Washington, DC. (Crédit : AFP / SAUL LOEB)
Cette photo prise le 18 décembre 2017 montre le président américain Donald Trump parlant de la stratégie de sécurité nationale de son administration au Ronald Reagan Building et au International Trade Center à Washington, DC. (Crédit : AFP / SAUL LOEB)

Donald Trump s’est dit lundi « ouvert » à un nouvel accord nucléaire avec le régime iranien, tout en confirmant la réimposition de sanctions économiques contre Téhéran, qu’il accuse de déstabiliser le Proche-Orient.

« Au moment où nous maintenons notre pression économique maximum sur le régime iranien, je reste ouvert à un accord plus global qui concernerait l’ensemble de ses activités néfastes, y compris son programme balistique et son soutien au terrorisme », indique le président américain dans un communiqué publié à quelques heures de la réimposition des sanctions des Etats-Unis contre les secteurs iraniens de l’automobile et des métaux précieux.

Les mesures décidées par l’administration américaine pourraient lourdement peser sur l’économie iranienne et la monnaie nationale, le rial, a récemment atteint son plus bas niveau face au dollar sur le marché parallèle.

D’autant que, selon des analystes, des mesures prises par Téhéran ont aussi contribué au plongeon de la devise. En avril, les autorités avaient établi un taux officiel fixe de 42 000 rials pour un dollar tout en menaçant de poursuites les cambistes du marché parallèle qui appliqueraient un taux différent.

Cette mesure a entraîné une vague de spéculation sur le marché noir tandis que certains responsables sont soupçonnés de corruption pour avoir profité de dollars à des taux préférentiels.

La première vague de sanctions américaines, qui prend effet mardi à 04H01 GMT, comprendra des blocages sur les transactions financières et les importations de matières premières, ainsi que des mesures pénalisantes sur les achats dans le secteur automobile et l’aviation commerciale. Elle sera suivie, en novembre, de mesures affectant le secteur pétrolier et gazier ainsi que la Banque centrale.

Ces mesures « intensifient la pression sur Téhéran pour qu’il change de comportement », dit M. Trump, qui n’a cessé de critiquer l’accord depuis son arrivée au pouvoir, adoptant une attitude très hostile envers l’Iran.

Les entreprises qui contourneraient ces sanctions risquent « de graves conséquences », prévient-il.

Toutefois la semaine dernière, le président américain a créé la surprise en affirmant être prêt à rencontrer les dirigeants iraniens « quand ils veulent ».

Une ouverture qui a laissé le régime iranien de marbre: « Est-ce que vous pensez que cette personne (Trump) est une personne avec laquelle on peut négocier? Ou est-ce qu’il ne fait que faire l’intéressant? », a répondu le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...