Tsahal a abattu un drone du Hezbollah qui a violé l’espace aérien israélien
Rechercher

Tsahal a abattu un drone du Hezbollah qui a violé l’espace aérien israélien

L'appareil était sous contrôle "tout au long de l'incident" et ne représentait pas de danger pour les communautés voisines du nord, selon Tsahal

Des soldats israéliens sont assis dans une tente à côté de leur pièce d'artillerie mobile près de la frontière avec le Liban, au nord d'Israël, le mercredi 26 août 2020. (AP/Ariel Schalit)
Des soldats israéliens sont assis dans une tente à côté de leur pièce d'artillerie mobile près de la frontière avec le Liban, au nord d'Israël, le mercredi 26 août 2020. (AP/Ariel Schalit)

Tsahal a abattu mardi un drone piloté par le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah après son entrée dans l’espace aérien israélien, a déclaré un porte-parole de l’armée israélienne.

L’armée a déclaré avoir suivi le drone « tout au long de l’incident » et qu’il ne représentait pas un danger pour les soldats ou les communautés avoisinantes.

Aucun détail n’a été fourni sur le drone, ni sur le fait qu’il soit armé ou qu’il soit équipé de dispositifs de surveillance.

« Le Commandement Nord continuera à maintenir un haut niveau de vigilance et ne permettra aucune violation de la souveraineté de l’Etat d’Israël », a déclaré l’armée.

Le groupe terroriste du Hezbollah soutenu par l’Iran n’a pas fait de commentaire dans l’immédiat.

La dernière fois que Tsahal a signalé l’abattage d’un drone qui avait pénétré dans l’espace aérien israélien en provenance du Liban, c’était en août.

Illustration : Un drone qui, selon Tsahal, a été envoyé en Israël depuis le Liban par le Hezbollah avant d’être abattu par l’armée israélienne, le 26 mars 2020. (Armée israélienne)

Les soldats israéliens à la frontière nord sont en état d’alerte depuis qu’un combattant du Hezbollah a été tué en juillet lors d’une attaque aérienne sur l’aéroport international de Damas. L’attaque a été largement attribuée à Israël, et le groupe terroriste soutenu par l’Iran a promis des représailles.

Une semaine après l’attaque, une cellule d’agents du Hezbollah a traversé la frontière sur le controversé Mont Dov, mais a été refoulée par des frappes d’avertissement après être entrée en territoire israélien. Fin août, des coups de feu ont été tirés sur les soldats israéliens près de la communauté de Manara, mais les ont manqués.

L’armée israélienne a organisé le mois dernier un exercice simulant une guerre sur plusieurs fronts, notamment dans le nord contre le Hezbollah, que l’armée considère généralement comme son principal ennemi.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...