Israël en guerre - Jour 253

Rechercher

Tsahal prend le contrôle de la route entre Gaza et l’Égypte et localise au moins 20 tunnels

Hagari explique que le Hamas a positionné des lance-roquettes sur le "corridor Philadelphi" dans l'espoir de dissuader Israël de frapper à proximité de la frontière égyptienne

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Les troupes de la 401e brigade blindée à Rafah, dans le sud de Gaza, sur une image publiée le 29 mai 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Les troupes de la 401e brigade blindée à Rafah, dans le sud de Gaza, sur une image publiée le 29 mai 2024. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne a annoncé mercredi avoir établi un « contrôle opérationnel » sur l’ensemble de la zone-tampon le long de la frontière entre Gaza et l’Égypte, appelé « corridor Philadelphi » et y a découvert des dizaines de lance-roquettes et au moins 20 tunnels de contrebande transfrontaliers à ce jour.

Lors d’une conférence de presse tenue mercredi soir, le porte-parole de l’armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré que la bande de terre désormais conquise, qui s’étend sur 14 kilomètres le long de la frontière entre Gaza et l’Égypte, servait de « pipeline à oxygène du Hamas » pour la contrebande d’armes.

Le long du corridor, adjacent à la ville méridionale de Rafah, les forces israéliennes ont déclaré avoir localisé jusqu’à présent une vingtaine de tunnels qui pénètrent en Égypte. Il est de notoriété publique que le Hamas utilise ces tunnels pour faire entrer clandestinement des quantités d’armes dans la bande de Gaza, ce que Tsahal estime désormais impossible puisque l’armée contrôle la zone.

Certains de ces tunnels étaient déjà connus de Tsahal, tandis que d’autres ont été découverts pour la première fois. Certains ont déjà été démolis et Israël a également informé l’Égypte de l’évolution de la situation. Selon l’armée, 82 autres galeries menant aux tunnels ont été localisées dans la zone du corridor Philadelphi.

Les troupes de Tsahal se trouvent désormais physiquement dans la majeure partie du corridor. Il y a une petite section près de la côte où les forces terrestres ne sont pas présentes, mais Tsahal a déclaré qu’il contrôlait la zone avec sa surveillance et sa puissance de feu.

Des dizaines de lance-roquettes ont également été découverts le long du corridor, certains à quelques dizaines de mètres seulement de la frontière égyptienne. L’armée israélienne estime que le Hamas a positionné les lance-roquettes le long du corridor afin d’empêcher Israël de les frapper, pensant que ce dernier craindrait de déborder sur l’Égypte.

« Nos troupes ont localisé le long de l’axe des dizaines de dispositifs de lancement de roquettes amorcés, des fosses de lancement utilisées par le Hamas pour tirer des roquettes et des mortiers sur Israël », a déclaré Hagari.

Hagari a déclaré que le Hamas « a profité de la zone de Philadelphie pour construire son infrastructure à quelques dizaines de mètres de la frontière égyptienne, afin que nous ne puissions pas frapper à cet endroit ».

Les lance-roquettes étaient situés à une distance de 10 à 40 mètres de la frontière égyptienne, « de manière à ce qu’Israël ne frappe pas à cet endroit de la barrière avec l’Égypte », a détaillé Hagari.

Selon lui, quelque 70 roquettes et mortiers ont été tirés depuis la zone de Rafah au cours des dernières semaines.

En réponse, la chaîne de télévision publique égyptienne Al-Qahera News TV a cité une source « de haut niveau » affirmant qu’il n’y avait « aucune vérité » dans les informations faisant état de tunnels entre l’Égypte et la bande de Gaza. La chaîne a également cité la source selon laquelle « Israël continue de tenter d’exporter des mensonges sur la situation sur le terrain de ses forces à Rafah » dans le sud de la bande de Gaza.

L’existence de tunnels transfrontaliers entre l’Égypte et la bande de Gaza est depuis longtemps un sujet d’intérêt public. Un article du New York Times datant de 2013 sur l’industrie artisanale des livraisons de fast-food par l’intermédiaire des « dizaines de tunnels » contrôlés par le Hamas a d’ailleurs été largement diffusé.

L’Égypte elle-même s’efforce depuis des années de contrecarrer le réseau de tunnels transfrontaliers, en les faisant exploser, en les inondant d’eau, en injectant des gaz toxiques à l’intérieur et même en rasant des maisons le long de la frontière pour établir une zone tampon, mais on pense qu’il en reste encore beaucoup.

Les troupes de la 401e brigade blindée à Rafah, dans le sud de Gaza, sur une image publiée le 29 mai 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Interrogée sur la question de savoir si cette évolution ferait franchir à Israël la ligne rouge d’une offensive militaire majeure à Rafah aux yeux des Etats-Unis, la Maison Blanche a indiqué mercredi que ce n’était pas le cas.

« Lorsqu’Israël nous a informés de ses plans pour Rafah, ceux-ci prévoyaient des déplacements le long de ce corridor et en dehors de la ville proprement dite afin de faire pression sur le Hamas dans la ville », a déclaré Kirby lors d’un point de presse.

Il a refusé de confirmer si Israël s’est effectivement emparé de l’ensemble du corridor Philadelphi, déclarant que « ce n’est pas notre opération. »

Il a toutefois précisé que cette action est conforme à l’opération terrestre « limitée » dont les responsables israéliens ont informé les États-Unis à l’avance.

Le président américain Joe Biden avait averti au début du mois qu’il mettrait fin à certaines livraisons d’armes offensives à Israël si les forces israéliennes lançaient une offensive militaire majeure dans les quartiers peuplés de la ville la plus méridionale de Gaza.

L’armée israélienne a déclaré mercredi qu’elle avait récemment démoli un tunnel « important » du Hamas près du poste frontière de Rafah. Selon l’armée, les troupes ont atteint une entrée de tunnel situé à une centaine de mètres du poste frontière avec l’Égypte, après avoir obtenu des renseignements sur son emplacement.

L’entrée du tunnel menait à un réseau souterrain d’environ un kilomètre et demi de long, utilisé par les membres du Hamas pour attaquer les troupes opérant dans la région. Les troupes ont perquisitionné le tunnel et y ont trouvé des armes, notamment des missiles antichars, des fusils et des engins explosifs, selon l’armée.

Tsahal a indiqué que le réseau comportait de nombreuses ramifications à différentes profondeurs, et que certaines zones étaient bloquées par des portes anti-explosion. Il comportait également des pièces où résidaient des terroristes du Hamas, ainsi que des salles de bains. Le réseau de tunnels a été démoli par la suite, a ajouté Tsahal.

Les troupes israéliennes ont pénétré pour la première fois dans Rafah il y a plusieurs semaines, après des mois de mises en garde internationales contre l’entrée dans la zone, où plus de la moitié des habitants de Gaza se sont réfugiés après avoir été déplacés par des mois de combats dans d’autres parties de la bande de Gaza. Tsahal a exhorté les habitants de la région à évacuer les lieux, en les orientant vers des zones de sécurité désignées, et un fonctionnaire de l’ONU a déclaré lundi que plus d’un million de Palestiniens avaient quitté la ville jusqu’à présent ce mois-ci.

Lors d’une visite des troupes dans la ville mercredi, le chef d’état-major de l’armée israélienne, le lieutenant-général Herzi Halevi, a déclaré que le démantèlement des bataillons du Hamas dans la ville était une priorité absolue pour le pays.

« Nous sommes ici pour plusieurs raisons. Tout d’abord, il s’agit de la dernière brigade [du Hamas] dotée de capacités complètes, et nous voulons donc démanteler la brigade de Rafah », a déclaré Halevi, ajoutant que le démantèlement des bataillons du Hamas est une “mission nationale de l’État d’Israël”.

Trois soldats israéliens ont été tués mardi par l’explosion d’un bâtiment piégé à Rafah. Tous trois servaient dans le 50e bataillon de la brigade Nahal. Leur mort porte à 291 le nombre de soldats tués lors de l’offensive terrestre de Tsahal contre le Hamas à Gaza et des opérations menées le long de la frontière.

Malgré une vague croissante de critiques internationales à l’égard de l’opération, l’armée israélienne a affirmé que Rafah était le dernier grand bastion du Hamas dans la bande de Gaza, et a suggéré que de nombreux otages capturés par le groupe terroriste le 7 octobre pourraient être détenus dans la ville. Les chars israéliens ont atteint le centre de Rafah pour la première fois mardi, selon des témoins.

Cependant, les troupes ont également combattu les hommes armés du Hamas dans le nord de la bande de Gaza, en particulier à Jabaliya, où les forces israéliennes ont récemment récupéré les corps de sept otages.

La guerre à Gaza a éclaté lorsque le Hamas a envoyé 3 000 terroristes armés en Israël, le 7 octobre, pour mener une attaque brutale au cours de laquelle ils ont tué près de 1 200 personnes. Les terroristes ont également pris en otage 252 personnes, pour la plupart des civils, et les ont emmenées à Gaza. Israël a réagi en lançant une campagne militaire dont l’objectif vise à détruire le Hamas, à l’écarter du pouvoir à Gaza et à libérer les otages.

Le ministère de la santé de Gaza, contrôlé par le Hamas, affirme que plus de 36 000 personnes ont été tuées ou sont présumées mortes dans les combats jusqu’à présent, bien que seuls quelque 24 000 décès aient été identifiés dans les hôpitaux.

Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza. L’armée israélienne affirme avoir tué plus de 13 000 membres du groupe terroriste à Gaza, en plus d’un millier de terroristes à l’intérieur d’Israël le 7 octobre et dans les jours qui ont suivi l’assaut.

Reuters, Jacob Magid et l’équipe du Times of Israël ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.