Israël en guerre - Jour 259

Rechercher

Tsahal contrôle plus de 50 % du couloir de Philadelphi

Des éléments du Hamas et un dépôt d'armes éliminés par une frappe aérienne sur une école de l'UNRWA dans le centre de Gaza

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des soldats de l’armée israélienne de la 460e brigade du Corps Blindé Mécanisé en opération à Jabaliya, dans le nord de Gaza, sur une photo publiée le 21 mai 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Des soldats de l’armée israélienne de la 460e brigade du Corps Blindé Mécanisé en opération à Jabaliya, dans le nord de Gaza, sur une photo publiée le 21 mai 2024. (Crédit : Armée israélienne)

L’assaut contre le Hamas à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, a poussé quelque 950 000 personnes à évacuer ce qui avait été un refuge pour environ la moitié des 2,3 millions d’habitants de la bande de Gaza.

Quelque 300 000 à 400 000 civils restent à Rafah, principalement dans la zone côtière et dans certaines parties du centre-ville, selon des informations consultées par le Times of Israel lundi.

L’armée a affirmé que Rafah est le dernier bastion majeur du Hamas à Gaza, et que c’est là que se trouvent quatre de ses bataillons : Yabna (sud), Shaboura (nord), Tel Sultan (ouest) et Rafah Est. Deux autres bataillons du groupe terroriste palestinien demeurent dans le centre de Gaza, dans les camps de Nuseirat et de Deir al-Balah.

Israël pense que des dirigeants du Hamas et de nombreux autres terroristes se cachent à Rafah et qu’un nombre indéterminé des 124 otages restants, enlevés lors de l’assaut barbare et sadique du groupe terroriste palestinien du Hamas sur le sud d’Israël le 7 octobre, sont détenus dans la ville. Israël affirme qu’il n’a pas d’autre choix que d’attaquer la ville pour éliminer les bataillons du Hamas qui s’y trouvent.

Depuis le début du mois, les militaires progressent lentement dans la périphérie orientale de Rafah, alors que les Palestiniens évacuent vers la zone d’al-Mawasi, désignée par Tsahal comme « zone humanitaire », sur la côte de la bande de Gaza, et vers le centre de Gaza.

Des habitants cités par Reuters ont déclaré que les chars avaient pris de nouvelles positions mercredi, plus à l’ouest qu’auparavant, le long de la clôture de la frontière sud avec l’Égypte, et qu’ils étaient maintenant stationnés à la limite du quartier de Yabna, dans le centre de Rafah.

« Les tirs israéliens n’ont pas cessé de la nuit, qu’il s’agisse de drones, d’hélicoptères, d’avions de guerre ou de chars », a déclaré à Reuters un habitant de Rafah.

Tsahal a déclaré mercredi qu’elle avait déployé un bataillon supplémentaire à Rafah, alors qu’elle commençait à opérer dans les quartiers Brazil et Shaboura de la ville, suite à des « informations sur des cibles terroristes dans la région ».

La Brigade Nahal a rejoint la 162e division qui opère à Rafah depuis le début du mois. Nahal est la cinquième brigade de Tsahal à opérer dans la ville du sud de Gaza, après les brigades 401e, Givati, Commando et Néguev.

Tsahal a déclaré que l’opération à Rafah était menée de manière « précise […] tout en évitant autant que possible de nuire à la population civile, après que celle-ci a évacué la zone ».

Avant l’avancée dans Rafah, l’armée a déclaré avoir effectué une vague de frappes de chasseurs contre des cibles du Hamas dans la région.

Toujours mercredi, Tsahal a déclaré que les troupes de la 401e brigade du Corps Blindé Mécanisé ont localisé plusieurs lance-roquettes sur le long du couloir dit de « Philadelphi », qui sépare l’Égypte de la bande de Gaza.

Les lanceurs amorcés ont été détruits, a indiqué l’armée.

Jusqu’à présent, dans le cadre de l’opération à Rafah, au sud de Gaza, Tsahal a pris le contrôle un peu plus de la moitié du couloir de Philadelphi – qui s’étend sur un total de 14 kilomètres le long de la frontière entre Gaza et l’Égypte – selon les informations vues par le Times of Israel lundi.

L’armée a déclaré avoir localisé des dizaines de tunnels et « un certain nombre d’itinéraires souterrains importants » dans la zone est de Rafah, qui font actuellement l’objet d’une enquête ou qui sont prêts à être démolis.

Elle n’a toutefois pas précisé combien de tunnels traversent l’Égypte. Dans le passé, le groupe terroriste palestinien du Hamas a utilisé ces tunnels pour faire passer clandestinement des armes et des fournitures.

Depuis des mois, les États-Unis et d’autres alliés font pression sur Israël pour qu’il n’envahisse pas la ville, en invoquant les probables conséquences humanitaires. Cependant, mardi, un haut fonctionnaire de l’administration Biden a déclaré aux journalistes « qu’il est juste de dire que les Israéliens ont mis à jour leurs plans. Ils ont intégré un grand nombre des préoccupations que nous avons exprimées ».

Une vue d’un camp de déplacés déserté, à l’est de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 19 mai 2024. (Crédit : AFP)

Les États-Unis avaient prévu qu’il faudrait environ quatre mois pour évacuer la population de plus d’un million de personnes réfugiées à Rafah, alors que la majorité d’entre elles semblent avoir quitté la zone en deux semaines seulement.

Par ailleurs, Tsahal a déclaré mercredi avoir mené une attaque aérienne contre une école des Nations unies à Nuseirat, dans le centre de la bande de Gaza, où des membres du Hamas s’étaient rassemblés.

Selon l’armée israélienne, un membre de l’unité antichar du Hamas et un membre de l’unité dite « Nukhba » (« élite » en arabe) du groupe terroriste palestinien se trouvaient dans l’école, qui est administrée par l’Office controversé de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA).

Le site de l’UNRWA avait été utilisé pour stocker des armes, notamment des mortiers, des fusils et des engins explosifs, a déclaré l’armée, citant des explosions secondaires observées après la frappe, qui, selon Tsahal, indiquaient un stockage d’armes.

La frappe a été « soigneusement planifiée et exécutée en utilisant des munitions précises » tout en « évitant autant que possible de blesser des [civils] non impliqués », a déclaré l’armée.

Israël a déjà accusé l’UNRWA de permettre au Hamas d’utiliser ses installations à Gaza à des fins terroristes. Il a également fourni des preuves que plusieurs employés de l’agence onusienne sont membres de groupes terroristes et ont été impliqués dans l’assaut barbare et sadique du groupe terroriste palestinien sur le sud d’Israël le 7 octobre.

L’ONU rejette ces allégations et une étude indépendante publiée à la demande de l’ONU en avril et dirigée par l’ex-ministre des Affaires étrangères, Catherine Colonna, a déclaré qu’Israël n’avait pas fourni de preuves à l’appui de ces allégations.

Une autre frappe aérienne a tué cinq terroristes du Hamas qui étaient également regroupés dans une école située dans les quartiers de Daraj et Tuffah de Gaza City, a indiqué l’armée.

Tsahal a déclaré que les personnes tuées dans cette frappe étaient Fadi Salim, le chef de l’unité de propagande de la brigade de la ville de Gaza du Hamas, trois éléments de l’unité de renseignement du Hamas, et un autre terroriste de la Nukhba.

Une autre frappe aérienne, dans le sud de la bande de Gaza, a tué Ahmed Yasser al-Qara, un membre « important » de l’unité anti-char du Hamas qui a participé aux massacres du 7 octobre, a indiqué l’armée. Un terroriste de la Nukhba et un élément du groupe terroriste du Jihad islamique palestinien ont également été tués lors de cette frappe, selon Tsahal.

L’armée a déclaré avoir retardé l’attaque visant al-Qara après qu’un enfant a été identifié à proximité du bâtiment. Tsahal a attendu que l’enfant soit à bonne distance avant de lancer l’attaque.

Parallèlement, dans le nord de la bande de Gaza, Tsahal poursuivait une opération majeure contre le Hamas dans la région de Jabaliya.

Les combats à Jabaliya ont été décrits par l’armée comme « intenses » et par certains officiers comme les batailles « les plus violentes » de la guerre.

Mercredi, Tsahal a déclaré que des lance-roquettes amorcés ont été trouvés par les troupes de la 7e brigade du Corps Blindé Mécanisé lors des opérations à Jabaliya, ainsi que des dizaines de roquettes, des ceintures explosives, des engins explosifs improvisés, des grenades et d’autres armes.

Toujours à Jabaliya, l’armée a déclaré que les soldats de la Brigade des Parachutistes ont dirigé une frappe de drone contre un dépôt d’armes du Hamas où huit terroristes étaient rassemblés.

Un lance-roquettes localisé par les soldats de l’armée israélienne, à Jabaliya, dans le nord de Gaza, sur une photo publiée le 22 mai 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Selon l’armée, les terroristes du Hamas étaient impliqués dans des tirs de roquettes, le lancement de drones et l’observation de Tsahal à Gaza.

Les troupes ont effectué des raids et démoli des dizaines de sites appartenant à des groupes terroristes dans le cadre de l’opération qui a débuté au début du mois, a indiqué l’armée.

Le 12 mai, Tsahal a pénétré pour la troisième fois dans Jabaliya, lors d’une opération surprise visant à démanteler les cellules du Hamas qui s’y étaient regroupées après le retrait de l’armée il y a plusieurs mois.

Selon Tsahal, plus de 200 terroristes ont été tués par les troupes au cours des combats à Jabaliya, et des dizaines de lance-roquettes ont été détruits.

S’adressant à des officiers à Jabaliya mardi, le chef d’état-major de l’armée, le lieutenant-général Herzi Halevi, a déclaré que Tsahal était prêt à effectuer des missions risquées pour récupérer les corps des otages tués.

« La mission consiste à tuer autant de commandants [du Hamas] que possible, autant de terroristes que possible, afin de détruire l’infrastructure. Nous sommes prêts à mener des opérations dangereuses et compliquées pour ramener les corps de nos otages afin qu’ils soient enterrés en Israël », a déclaré Halevi.

Les corps de quatre otages tués par des terroristes du Hamas le 7 octobre ont récemment été retrouvés dans un tunnel à Jabaliya. Un parachutiste a été tué au cours de combats en surface dans la zone de l’opération.

Par ailleurs, plusieurs autres terroristes armés ont été tués par les troupes dans le centre de la bande de Gaza, a ajouté Tsahal.

Le chef d’état-major de l’armée israélienne, le lieutenant-général Herzi Halevi, rencontrant des troupes, à Jabaliya, dans le nord de Gaza, le 21 mai 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Au cours de la journée écoulée, l’armée de l’air israélienne a frappé plus de 130 cibles dans la bande de Gaza, y compris des cellules terroristes, des bâtiments utilisés par des groupes terroristes, des postes d’observation et d’autres infrastructures, a déclaré l’armée mercredi.

La guerre a éclaté lorsque quelque 3 000 terroristes dirigés par le Hamas ont pris d’assaut le sud d’Israël le 7 octobre, tuant près de 1 200 personnes, principalement des civils, tout en prenant 252 otages de tous âges, en commettant de nombreuses atrocités et en utilisant la violence sexuelle comme arme à grande échelle.

Plus de 35 000 personnes seraient mortes à Gaza depuis le début de la guerre, selon le ministère de la Santé du Hamas. Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza.

L’ONU indique que quelque 24 000 victimes ont été identifiées dans les hôpitaux à ce jour. Le reste du chiffre total est basé sur des « informations médiatiques » plus obscures du Hamas.

15 000 terroristes qu’Israël dit avoir tués au combat. Tsahal affirme également avoir tué un millier de terroristes à l’intérieur du pays le 7 octobre.

Deux cent quatre-vingt-six soldats israéliens ont été tués au cours de l’opération terrestre contre le Hamas et lors des opérations menées le long de la frontière de Gaza.

Plus d’une centaine d’otages sont toujours retenus dans l’enclave aux mains du Hamas et de ses complices civils. Tous ne sont pas en vie.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.