Israël en guerre - Jour 253

Rechercher

Tsahal rouvre le centre de surveillance de Nahal Oz pris d’assaut par le Hamas

Les soldats ont combattu les terroristes le 7 octobre jusqu'à ce que le poste soit finalement pris d'assaut ; de nombreuses personnes y ont été tuées ou enlevées

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des soldates israéliennes supervisant des caméras de surveillance dans un centre de commandement de la base militaire du kibboutz Reïm, dans le sud d'Israël, le 5 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Des soldates israéliennes supervisant des caméras de surveillance dans un centre de commandement de la base militaire du kibboutz Reïm, dans le sud d'Israël, le 5 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Le centre de contrôle de surveillance de Nahal Oz a été rouvert par l’armée sur un site temporaire de la base militaire de Reim après qu’il a été pris d’assaut par les terroristes palestiniens du Hamas le 7 octobre, a annoncé lundi l’armée israélienne.

Au cours de l’assaut, les terroristes du Hamas ont tué et capturé plusieurs membres de la 414e unité du Directorat des Renseignements militaires de combat sur la base de Nahal Oz. Cela n’était qu’une opération menée dans le cadre de l’attaque sanglante menée par des milliers de terroristes qui ont tué plus de 1 400 personnes dans le sud d’Israël, pour la plupart des civils, et ont enlevé plus de 240 otages.

Les soldats de l’unité sont chargés de contrôler les caméras de surveillance le long de la frontière avec Gaza et d’envoyer des forces en cas d’incidents potentiels. L’unité dispose de plusieurs centres de commandement dans diverses positions de l’armée le long de la frontière. La grande majorité des membres de l’unité sont des femmes.

Des images publiées par Tsahal une semaine après les attaques ont montré des soldats de l’unité 414 ouvrant le feu à l’aide de systèmes d’armes à distance sur des terroristes du Hamas s’approchant de la frontière, depuis une autre base située près de la communauté de Kissufim. On entend un soldat dire à la radio : « Commandant, commandant, nous sommes en guerre. »

Le ministre de la Défense, Yoav Gallant, a déclaré plus tard aux soldats de l’unité 414 de la base de Zikim qui ont survécu aux attaques : « Vous avez vécu des choses que les soldats israéliens n’avaient pas vécues depuis la guerre d’Indépendance (…) Vous avez opéré dans des conditions de combat, subi de lourdes pertes et joué un rôle important dans les batailles. »

Le nouveau centre de commandement qui a ouvert ses portes dimanche au camp de Reim permet aux soldats et aux réservistes survivants de remplir à nouveau leur mission : surveiller la région de Nahal Oz. Reim, qui abrite la base de la division de Gaza, est situé en face de la frontière de Gaza, à quelques kilomètres au sud de Nahal Oz. Elle a également été attaquée le 7 octobre.

« L’histoire du centre de commandement de Nahal Oz restera à jamais dans les mémoires comme une histoire d’héroïsme et de combat », a déclaré le commandant de l’unité 414, le lieutenant-colonel Ofir Avram.

« Nous nous inclinons à la mémoire de ceux qui sont tombés, nous embrassons et renforçons les chères familles qui sont une partie inséparable de la 414e [unité] à partir de maintenant et pour toujours », a-t-il ajouté, dans des propos fournis par Tsahal.

L’un des commandants du centre de commandement de Nahal Oz a déclaré que l’unité continuerait à faire son travail malgré les pertes.

« Nahal Oz est notre maison. Tous ceux qui y sont allés peuvent en témoigner. Nahal Oz est une salle de commandement avec un caractère spécial, et elle le restera même si notre emplacement actuel a changé », a déclaré le sergent « Aleph » – identifié seulement par son grade et sa première initiale en hébreu.

« Nous avons établi une nouvelle salle de commandement à Reim, mais notre esprit est toujours celui de Nahal Oz, et nous continuerons à nous battre pour le pays, en mémoire de nos camarades et de la maison que nous avons reconstruite », a-t-elle ajouté.

À l’extérieur du nouveau centre de commandement, une peinture murale a été réalisée, représentant trois soldates dans un champ de tournesols, avec le texte suivant : « Les fleurs continueront à fleurir. »

Une fresque murale à l’extérieur d’un centre de commandement du poste d’observation de Tsahal à la base de Reim, le 5 novembre 2023. « Les fleurs continueront à fleurir. » (Crédit : Armée israélienne)

Le mois dernier, le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré qu’un nouveau groupe de soldats de surveillance était en train d’être incorporé à l’armée.

Les soldats de surveillance de Tsahal appartiennent au Corps de collecte de renseignements de combat – qui est subordonné au Corps de défense des frontières – et opèrent le long des frontières du pays, ainsi qu’en Cisjordanie.

Les soldats de surveillance sont appelés par beaucoup « les yeux de l’armée » car ils fournissent des informations en temps réel aux soldats sur le terrain, 24 heures sur 24, sept jours sur sept.

Les soldats recueillent des informations à l’aide d’une variété de caméras, de capteurs et de cartes, et sont censés être parfaitement conscients de chaque petit changement qui se produit sur les 15 à 30 kilomètres de terrain qu’ils sont chacun chargés de surveiller.

Une fois que les informations pertinentes ont été recueillies par les soldats de surveillance, elles sont transmises à la chaîne de commandement, y compris aux responsables du renseignement, qui déterminent alors les mesures à prendre.

Les membres de l’unité ont fait partie de ceux qui, dans les mois précédant les massacres du Hamas le 7 octobre, ont signalé une activité inhabituelle du groupe terroriste palestinien à la barrière frontalière.

Selon les récits de deux soldats de surveillance stationnés sur la base près du kibboutz Nahal Oz, les signes de ce qui allait se produire le 7 octobre n’ont jamais été pris au sérieux, a rapporté le mois dernier la chaîne publique israélienne Kan.

Des soldates en train de contrôler les caméras de surveillance dans un centre de commandement de Tsahal au camp Reim, dans le sud d’Israël, le 5 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Lors de l’assaut, plus de 3 000 terroristes ont fait irruption à la frontière et ont maraudé dans les communautés du sud d’Israël, massacrant tous ceux qu’ils trouvaient, beaucoup d’entre eux étant tués chez eux ou lors d’un festival de musique. Au moins 245 personnes de tous âges ont été enlevées et emmenées en captivité à Gaza.

Quatre des otages ont depuis été libérées et une autre, une soldate de surveillance de Tsahal en poste à Nahal Oz, a été secourue par les forces de sécurité.

Israël s’est engagé à éradiquer le Hamas et à annihiler son régime à Gaza, où le groupe terroriste a pris le contrôle en 2007. Israël affirme que son opération militaire vise les infrastructures terroristes et qu’il s’efforce de limiter au maximum les pertes civiles.

Alors que la guerre fait rage, le Hamas et d’autres groupes terroristes ont continué à faire pleuvoir des roquettes sur Israël, déplaçant plus de 200 000 Israéliens et causant des dégâts considérables malgré la couverture fournie par le bouclier antimissile du Dôme de Fer.

Les autorités sanitaires de Gaza, contrôlées par le Hamas, affirment que plus de 10 000 personnes, dont des femmes et des enfants, ont été tuées dans les combats. Les chiffres publiés par le groupe terroriste ne peuvent pas être vérifiés de manière indépendante, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui ont échoué à l’intérieur de la bande de Gaza.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.