Israël en guerre - Jour 144

Rechercher

Tunnels du Hamas : 6 000 tonnes de béton et 1 800 tonnes d’acier utilisés

D'après de nouvelles informations, l'armée a indiqué que le groupe terroriste a investi des dizaines de millions de dollars dans un projet de réseau souterrain et publie une vidéo d'un tunnel où des otages ont été retenus

Les soldats israéliens montrent aux journalistes un tunnel où, selon l'armée, les otages israéliens ont été gardés en captivité à Khan Younès, dans la bande de Gaza, le 10 janvier 2024. (Crédit : AP Photo/Ohad Zwigenberg)
Les soldats israéliens montrent aux journalistes un tunnel où, selon l'armée, les otages israéliens ont été gardés en captivité à Khan Younès, dans la bande de Gaza, le 10 janvier 2024. (Crédit : AP Photo/Ohad Zwigenberg)

Le Hamas a utilisé plus de 6 000 tonnes de béton et 1 800 tonnes d’acier pour créer les centaines de kilomètres de tunnels sous la bande de Gaza, a affirmé l’armée israélienne jeudi, citant de nouvelles informations du renseignement.

Elle a également dévoilé de nouvelles images vidéo d’un tunnel dans la ville de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, où elle pense que des otages étaient détenus précédemment par le groupe terroriste.

Selon l’armée israélienne, les données récupérées par les troupes à Gaza, ainsi que les centaines de passages souterrains examinés jusqu’à présent, indiquent que le Hamas a investi des dizaines de millions de dollars dans son projet de tunnels.

« L’organisation terroriste du Hamas a choisi d’investir ces ressources précieuses dans la construction d’une infrastructure terroriste utilisée pour nuire aux citoyens israéliens et aux forces de l’armée israélienne, exploitant cyniquement la population civile de la bande de Gaza », a indiqué l’armée israélienne.

Dans le cadre de l’opération terrestre à Gaza, l’armée israélienne travaille à la destruction des principaux réseaux de tunnels du Hamas.

La guerre à Gaza a éclaté lorsque le Hamas a envoyé 3 000 terroristes armés en Israël, le 7 octobre, pour mener une attaque brutale au cours de laquelle ils ont tué près de 1 200 personnes. Les terroristes ont également pris en otage plus de 240 personnes, pour la plupart des civils, et les ont emmenées à Gaza. Israël a réagi en lançant une campagne militaire dont l’objectif vise à détruire le Hamas, à l’écarter du pouvoir à Gaza et à libérer les otages.

Plus de 23 000 personnes seraient mortes à Gaza depuis le début de la guerre, selon le ministère de la Santé dirigé par les terroristes du Hamas. Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza. L’armée israélienne affirme avoir tué plus de 8 500 membres du groupe terroriste à Gaza, en plus d’un millier terroristes à l’intérieur d’Israël le 7 octobre.

On estime que 132 otages enlevés par le Hamas et ses complices le 7 octobre sont encore à Gaza, mais certains ne sont plus en vie. 105 civils ont été libérés lors d’une trêve d’une semaine fin novembre. Quatre otages avaient été libérées avant cela. Les corps de huit otages ont également été récupérés et trois otages ont été tués par erreur par l’armée lors d’un incident tragique le mois dernier.
L’armée israélienne a confirmé la mort de 25 des personnes toujours détenues par le Hamas et ses complices, sur la base de nouvelles informations et des découvertes obtenues par les troupes opérant à Gaza. Le Hamas détient par ailleurs les corps des soldats de Tsahal Oron Shaul et Hadar Goldin depuis 2014, ainsi que deux civils israéliens, Avera Mengistu et Hisham al-Sayed, qui sont tous deux censés être en vie après être entrés dans la bande de Gaza de leur propre chef en 2014 et 2015 respectivement.

Plusieurs otages libérés dans le cadre d’un accord de cessez-le-feu fin novembre ont décrit avoir été détenus à l’intérieur de tunnels, que le Hamas a creusés à travers la bande de Gaza et qu’Israël affirme être utilisés depuis longtemps pour faire passer des armes et des combattants dans l’enclave.

L’armée a dévoilé une nouvelle vidéo d’un tunnel du Hamas à Khan Younès, dans le sud de Gaza où, selon elle, des otages auraient été gardés en captivité par le groupe terroriste.

Le tunnel aurait été découvert par la Brigade de commando, l’unité de génie de combat d’élite Yahalom et d’autres forces spéciales et il est relié à un vaste réseau souterrain, ont annoncé les militaires.

« Après avoir inspecté ce tunnel, on peut affirmer que des otages israéliens ont été gardés en détention dedans », a ajouté l’armée.

Israël estime que le chef du Hamas Yahya Sinwar se cache dans un tunnel en dessous de Khan Younès.

Mercredi, Tsahal a emmené les journalistes étrangers visiter le souterrain et a déclaré que jusqu’à présent, dans le secteur de Khan Younès, les soldats ont trouvé plus de 300 entrées descendant dans des tunnels majeurs du groupe terroriste.

Plus d’une centaine ont été démolis ou ont été rendus inutilisables, a-t-elle continué.

La ville, la deuxième plus grande de Gaza, est devenue l’épicentre de la campagne d’Israël contre le Hamas ces dernières semaines. Lors de la visite de mercredi pour les journalistes, le secteur était désert. Israël a ordonné aux habitants d’évacuer certaines parties de la ville alors qu’il poursuit son offensive.

En visite à la frontière avec le sud de la bande de Gaza, le ministre de la Défense Yoav Gallant a indiqué qu’Israël combattait toujours à Khan Younès, tout en garantissant l’accès à l’aide humanitaire pour les civils.

Le ministre de la Défense, Yoav Gallant, observe la bande de Gaza le 11 janvier 2024. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

« Il y a beaucoup de troupes à l’intérieur, à l’ouest d’ici, opérant à l’intérieur de Khan Younès d’une manière très impressionnante, en surface et en profondeur », a-t-il déclaré, alors qu’il visitait une zone située en face de la ville de Khuza’a, au sud-est de Gaza, à la périphérie de Khan Younès.

Il a affirmé qu’il n’y a pas de guerre plus justifiée que celle menée par Israël contre le Hamas et qu’il n’y a pas d’armée plus morale que Tsahal, alors qu’Israël est accusé de mener un « génocide » contre les Palestiniens à La Haye.

L’armée « fait chaque jour la différence entre ceux qui sont impliqués et doivent être éliminés et ceux qui ne le sont pas, auxquels nous donnons accès à l’aide humanitaire, aux médicaments, à la nourriture, à l’eau, afin de faire la distinction entre la population civile et les terroristes meurtriers de bas étage que nous pourchasserons jusqu’à ce qu’ils soient éliminés ».

L’armée a fait savoir que les combats continuaient contre le Hamas à Khan Younès, dans le sud de la bande, et à Maghazi, au centre de l’enclave côtière.

Les troupes de l’armée israélienne opérant à Gaza, sur une image publiée le 9 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Au cours d’un incident à Maghazi, les troupes de la Brigade Golani ont vu trois hommes armés du groupe terroriste sortir d’un tunnel, a expliqué Tsahal. Ils ont été abattus lors d’une frappe aérienne.

Les militaires ont également indiqué que les réservistes de la Brigade Yiftah avaient remarqué huit membres du Hamas se diriger vers une école de Maghazi. Ils ont été tués par des tireurs d’élite.

A Khan Younès, l’armée a indiqué que les soldats de la Brigade Givati avaient vu trois terroristes sortir d’un bâtiment où des armes étaient stockées. Ils ont appelé l’armée de l’air en renfort.

Toujours dans le secteur de Khan Younès, la Brigade des commandos a repéré deux hommes armés du Hamas. L’un d’entre eux plaçait un explosif et l’autre l’observait depuis le haut d’un toit. Les deux individus ont été tués dans une attaque menée par un avion de chasse.

De la fumée s’élevant au-dessus de Khan Yunis dans le sud de la bande de Gaza, sur une photo prise à Rafah, le 9 janvier 2024. (Crédit : AFP)

La guerre a déclenché une crise humanitaire aiguë à Gaza, avec un siège israélien provoquant des pénuries alimentaires, d’eau, de carburant et de médicaments.

Selon un rapport du bureau humanitaire de l’ONU, des « refus d’accès » et d’autres contraintes ont bloqué la plupart des livraisons d’aide qui avaient été planifiées ce mois-ci.

Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré mercredi qu’il existe des « défis presque insurmontables » pour la livraison d’aide à Gaza en raison des bombardements, des restrictions de mouvement, des pénuries de carburant et des communications interrompues.

Selon l’OMS, seuls quelques hôpitaux de Gaza fonctionnent partiellement, voire pas du tout.

Jeudi après-midi, les médias palestiniens ont rapporté qu’une frappe israélienne avait visé une voiture dans le sud de la bande de Gaza, tuant huit personnes.

Selon les médias, la frappe a eu lieu dans le quartier d’al-Manara à Khan Younis.

Les autorités israéliennes n’ont pas commenté ces informations mais des médias israéliens ont décrit la frappe comme un « assassinat ciblé ».

La guerre à Gaza contre le Hamas a coûté la vie à 186 soldats israéliens depuis le lancement d’une opération terrestre fin octobre pour éliminer les dirigeants du Hamas dans la bande de Gaza et libérer les otages enlevés lors des attaques du 7 octobre par le groupe terroriste.

La dernière victime, annoncée mercredi matin, était le sergent-chef (rés.) Elkana Newlander, 24 ans, un secouriste de combat de la 99e division de l’implantation d’Efrat, en Cisjordanie, tué lors des combats dans le centre de la bande de Gaza mardi. Un réserviste de la Brigade Yiftach a été gravement blessé lors de la même bataille.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.