Un adolescent néo-nazi britannique se vante d’avoir voulu tuer une députée juive
Rechercher

Un adolescent néo-nazi britannique se vante d’avoir voulu tuer une députée juive

Jack Coulson, 19 ans, qui a fabriqué des bombes artisanales et téléchargé des images d'extrême droite, racistes et antisémites, a été condamné à 4 ans et 8 mois de prison

Jack Coulson, néonazi britannique. (Instagram)
Jack Coulson, néonazi britannique. (Instagram)

Un adolescent britannique a été envoyé en prison cette semaine sur la base d’une condamnation pour terrorisme après s’être vanté plus tôt d’avoir voulu tuer une députée juive.

Jack Coulson, 19 ans, de Mexborough, dans le Yorkshire, a été condamné lundi à quatre ans et huit mois de prison après avoir plaidé coupable devant le tribunal de la Couronne de Leeds pour possession d’un document ou d’un dossier à des fins terroristes.

Les dossiers de la Cour ont montré que l’année dernière, il a été reconnu coupable d’avoir fabriqué une bombe artisanale dans sa chambre, qui était remplie de symboles nazis et de l’extrême droite.

Il a été arrêté après s’être vanté d’avoir voulu tirer dans la tête de la députée juive Luciana Berger.

Selon le journal Mirror, la police a interrogé Coulson au sujet des menaces proférées contre la députée de Liverpool Wavertree, sans toutefois engager de poursuites.

Jack Coulson, néonazi britannique. (Service de police antiterroriste du Nord-Est)

Le Mirror a précisé que Coulson a admis être en possession de « The Big Book Of Mischief », qui, selon le tribunal, « présente les techniques et les méthodes utilisées dans un certain nombre de pays pour fabriquer des dispositifs dangereux ».

Coulson, qui aurait également affirmé qu’Adolf Hitler était son « modèle », est identifié comme étant national-socialiste et a été membre du groupe néo-nazi interdit, l’Action nationale.

Dans son verdict, le juge Geoffrey Marson a indiqué : « On vous a donné maintes et maintes fois une chance par rapport à l’infraction précédente… mais vous avez continué à violer l’ordre qui vous a été donné ».

Le chef des enquêtes de la police anti-terroriste du Nord-Est a déclaré que même s’il n’y avait aucune preuve que Coulson prévoyait de commettre un attentat terroriste, son idéologie était dangereuse.

« Jack Coulson était en possession de documents inquiétants et potentiellement dangereux, ce qui indiquait un état d’esprit d’extrême droite et un intérêt pour les explosifs artisanaux », a déclaré le surintendant détective Simon Atkinson.

« Il n’avait pas trouvé ces documents par hasard, mais les avait activement recherchés et téléchargés. Bien qu’aucune preuve n’ait été trouvée pour indiquer que Coulson avait l’intention de passer à l’acte sur la base de ces données, la combinaison de ces documents et de son idéologie est très préoccupante ».

Symboles d’extrême droite et néonazis trouvés dans la chambre du néonazi britannique Jack Coulson (North East Counter Terrorism Policing).

M. Atkinson a déclaré que l’affaire montrait à quel point Internet pouvait être facilement utilisé par des organisations terroristes.

« Cette affaire met également en lumière les dangers que représente le fait de pouvoir accéder facilement à des documents sur Internet, qui pourraient être utilisés à mauvais escient ou à des fins terroristes », a-t-il ajouté. « La recherche et le stockage d’informations de cette nature peuvent mettre en danger la sécurité d’autrui et ne resteront pas impunis. Entre de mauvaises mains, cela pourrait avoir de graves conséquences. »

Luciana Berger, députée juive, qui dirige le Mouvement travailliste juif (Capture d’écran YouTube).

Mme Berger a déjà été la cible de menaces de mort, de propos antisémites et de harcèlement.

En 2016, elle avait confié au journal de Liverpool Echo que sa famille était peinée et préoccupée par les menaces et les insultes antisémites qui lui étaient adressées.

« Le plus souvent, vous le vivez seul, et cela peut être difficile. Et puis, lorsque votre famille l’apprend, c’est difficile pour eux aussi parce qu’ils se soucient de votre sécurité et de votre bien-être, et qu’ils assument cette douleur et ce bouleversement également », avait-elle expliqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...