Israël en guerre - Jour 57

Rechercher

Un Arabe tué par balle lors d’une rixe sur une route du nord ; un autre tué à Akko

La police a arrêté un habitant de Gan Ner âgé de 32 ans suspecté du meurtre de Diar Umari, 19 ans ; 14 personnes ont été tuées dans des homicides la semaine dernière

Le moment où un suspect a ouvert le feu et tué Diar Umari, 19 ans, près de Gan Ner, dans le nord d'Israël, le 6 mai 2023. (Crédit : Capture d'écran Twitter)
Le moment où un suspect a ouvert le feu et tué Diar Umari, 19 ans, près de Gan Ner, dans le nord d'Israël, le 6 mai 2023. (Crédit : Capture d'écran Twitter)

Un jeune homme arabe a été abattu samedi après-midi sur une route près de la ville de Gan Ner, dans le nord du pays, au cours d’une rixe, dans le contexte d’une montée en flèche des crimes violents qui a donné lieu à 14 homicides au cours de la semaine écoulée.

La police et les secouristes ont déclaré que le jeune homme de 19 ans, résidant dans le village arabe voisin de Sandala, et identifié comme étant Diar Umari, avait été grièvement blessé lors de la fusillade et transporté à l’hôpital HaEmek d’Afula, où sa mort a été prononcée.

Une vidéo circulant sur les réseaux sociaux montre deux hommes se battant sur une route, avant que l’un d’eux ne sorte une arme de poing et n’ouvre le feu.

Les forces de l’ordre dépêchées sur les lieux ont arrêté un suspect âgé de 32 ans, résidant à Gan Ner, a indiqué la police. L’arme de poing qu’il avait en sa possession a été saisie.

La police a déclaré que le contexte de la fusillade n’était pas encore tout à fait clair.

Après la fusillade, des affrontements ont éclaté sur les lieux entre des Juifs et Arabes du quartier. La police a indiqué que les forces de l’ordre avaient dispersé le rassemblement assez rapidement. Aucune arrestation n’a été effectuée.

Le groupe terroriste palestinien du Hamas, basé dans la Bande de Gaza, a déclaré dans un communiqué qu’il pleurait l’assassinat d’Umari « par un colon sioniste » et a lancé une menace non-dissimulée.

« Notre peuple héroïque ne laissera pas les crimes de l’occupation et de ses colons impunis », a déclaré le communiqué.

Lors d’un autre incident survenu samedi, un homme arabe âgé d’une trentaine d’années, identifié par les médias comme étant Hamada Salem, a été abattu dans la ville d’Akko, dans le nord du pays.

La police a déclaré qu’elle avait ouvert une enquête sur ce dernier meurtre.

Quatorze personnes ont été tuées dans des homicides la semaine dernière, principalement dans la communauté arabe.

Selon le groupe de campagne anti-violence Abraham Initiatives, 72 Arabes ont été tués dans des homicides – dont 64 par balles – depuis le début de l’année 2023.

Au cours de la même période l’année dernière, il y a eu 27 décès de ce type au total.

Samedi, un homme de 24 ans a également été grièvement blessé lors d’un incident violent près de Hadera, dans le nord d’Israël, avant d’être transporté à l’hôpital Hillel Yaffe ; un homme de 52 ans a été modérément blessé lors d’un autre incident violent à Hadera ; et un homme de 25 ans a été grièvement blessé par balle dans la ville arabe de Jisr az-Zarqa.

La police a ouvert plusieurs enquêtes.

Le député Mansour Abbas, chef du parti islamiste Raam, a critiqué samedi soir le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir pour ne pas s’être attaqué à la criminalité dans la communauté arabe.

« Nous aurions dû nous asseoir avec le gouvernement et étudier ce qu’il a l’intention de faire contre la criminalité et la violence dans la société arabe. Le nombre de meurtres a augmenté de 250 % », a déclaré Abbas lors d’une interview accordée à la Treizième chaîne.

« Si le ministre de la Sécurité nationale ne remplit pas ses fonctions, le Likud devrait alors nommer un vice-ministre dans ce ministère, une personne spéciale chargée de la criminalité et de la violence, parce que des vies civiles sont en jeu », a déclaré Abbas.

Jeudi, le chef du High Follow-Up Committee for Arab Citizens of Israel, un groupe de coordination des dirigeants de la communauté arabe, a critiqué les autorités et le ministre de la Sécurité nationale, Ben Gvir, pour ne pas s’être attaqué à la criminalité dans sa communauté.

Le ministre de la Sécurité intérieure Itamar Ben Gvir, debout près du Premier ministre Benjamin Netanyahu et d’autres ministres dans la salle plénière de la Knesset, le 1er mai 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le nombre d’homicides a fortement augmenté sous la houlette de Ben Gvir, qui a pris ses fonctions de ministre de la Sécurité nationale en décembre et qui s’était présenté avec un programme d’amélioration de la sécurité personnelle des citoyens. Ce dernier est resté largement silencieux.

La forte hausse des meurtres, la plus importante depuis des dizaines d’années, a été observée tant dans la communauté juive que dans la communauté arabe, bien que les chiffres soient beaucoup plus élevés dans cette dernière.

Les Arabes israéliens estiment que la police a été dans l’incapacité de sévir contre les organisations criminelles puissantes et qu’elle détourne le regard de ces violences depuis des années – avec des conflits entre familles, des guerres de gangs et des violences faites aux femmes.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.