Un Argentin détenu en Israël pour avoir refusé à son épouse le divorce religieux
Rechercher

Un Argentin détenu en Israël pour avoir refusé à son épouse le divorce religieux

Le mari, qui est venu en Israël pour le mariage d'un ami, a été arrêté à l'aéroport après que sa femme a présenté son cas à une cour rabbinique

Scène de Guett - Le Procès de Viviane Amsalem (Crédit : autorisation Films Distribution)
Scène de Guett - Le Procès de Viviane Amsalem (Crédit : autorisation Films Distribution)

BUENOS AIRES, Argentine — Un touriste juif argentin en Israël a été arrêté à l’aéroport international Ben Gurion et empêché de retourner à Buenos Aires à la suite d’une requête de son ex-épouse devant le tribunal rabbinique d’Israël.

L’homme, dont l’identité n’a pas été révélé, a voyagé de Buenos Aires à Tel-Aviv en février pour participer au mariage d’un ami. Lui et son ex-épouse, également non identifiée, se sont mariés en vertu du droit civil et également lors d’une cérémonie religieuse en Argentine, et ont divorcé civilement cinq mois plus tard.

Le 1er février, elle a présenté son cas devant un tribunal rabbinique en Israël, où les questions matrimoniales sont sous la juridiction de tribunaux religieux qui agissent comme des tribunaux des affaires familiales.

C’est apparemment le premier cas argentin d’une femme qui poursuit son ex-mari en Israël pour obtenir le divorce religieux juif, ou le « guet ».

Selon la loi juive, un mariage ne peut être dissous sans que l’homme ne consente à un guet. Les tribunaux rabbiniques ne peuvent forcer un homme à accorder un guet à sa femme, mais ils peuvent lui imposer des punitions sévères et une humiliation publique si les juges estiment qu’il refuse injustement un guet et transforment une femme en « agunah » ou littéralement « enchaînée ».

L’Argentin devrait rester en Israël pendant au moins cinq jours de plus. Lundi, il doit se présenter au tribunal rabbinique.

Les médias argentins, dont le quotidien Clarin, ont présenté le cas en présentant le film « Guet : Le procès de Viviane Amsalem », un film israélien qui retrace le combat juridique d’une femme orthodoxe pour obtenir le divorce religieux pendant 5 ans, en essayant d’expliquer le dilemme des femmes enchaînées.

Les agounot ne sont pas autorisés à se remarier religieusement, et les enfants qu’ils ont avec un nouveau mari dans le cadre d’un mariage civil sont considérés comme illégitimes.

Il y a un mois, la Knesset a adopté en première lecture un projet de loi qui exposerait à une action en justice en Israël des non-citoyens juifs qui refusent d’accorder le divorce à leurs épouses.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...