Rechercher

Un astronaute émirati offre à Israël le drapeau qu’il a emporté dans l’espace

En 2019, Hazzaa al-Mansoori a rejoint la Station spatiale internationale avec le drapeau israélien un an avant la signature des accords d'Abraham

L'astronaute des Émirats arabes unis Hazzaa al-Mansoori fait des gestes peu après l'atterrissage dans une capsule spatiale à environ 150 km (90 miles) au sud-est de la ville kazakhe de Dzhezkazgan, le 3 octobre 2019. (Dmitri Lovetsky/Pool/AFP)
L'astronaute des Émirats arabes unis Hazzaa al-Mansoori fait des gestes peu après l'atterrissage dans une capsule spatiale à environ 150 km (90 miles) au sud-est de la ville kazakhe de Dzhezkazgan, le 3 octobre 2019. (Dmitri Lovetsky/Pool/AFP)

Le premier astronaute émirati a apporté un drapeau israélien dans la Station spatiale internationale, a déclaré jeudi le directeur général du ministère israélien des Affaires étrangères.

Dans un tweet, Alon Ushpiz a écrit que Hazzaa al-Mansoori avait offert le drapeau aux responsables israéliens lors d’une visite cette semaine au pavillon israélien de l’Expo 2020 à Dubaï.

« C’est un cadeau pour tous les Israéliens », a déclaré Hazzaa al-Mansoori au pavillon, selon le site d’information Ynet.

« Je suis heureux d’être ici et de donner le drapeau israélien en cadeau aux gens ici et au public en Israël », a-t-il dit.

Le voyage de l’astronaute – le premier d’un Arabe vers la Station spatiale internationale – a eu lieu près d’un an avant qu’Israël et les Émirats arabes unis ne conviennent de normaliser leurs relations diplomatiques dans le cadre des accords d’Abraham soutenus par les États-Unis.

En octobre, Israël et les Émirats arabes unis ont finalisé un accord de collaboration sur un certain nombre de projets spatiaux, dont le lancement conjoint de la mission « Beresheet 2 » vers la Lune, la deuxième tentative d’Israël de faire atterrir un engin spatial non habité sur la surface lunaire d’ici 2024, date à laquelle les pays espèrent planter leurs drapeaux l’un à côté de l’autre.

L’Agence spatiale des Émirats arabes unis a également signé à l’époque un accord avec l’Agence spatiale israélienne pour renforcer la coopération en matière de recherche scientifique, d’exploration spatiale et de transfert de connaissances et pour mener des recherches conjointes basées sur les informations du microsatellite « VENµS » lancé en 2017, une collaboration entre Israël et la France.

Ces accords ont constitué la dernière étape en date de la relation naissante entre Jérusalem et Abou Dhabi depuis la signature des accords d’Abraham. Ils ont suscité un engouement quant au potentiel de coopération économique, notamment dans le domaine technologique.

Une illustration conceptuelle pour la mission Beresheet 2, par SpaceIL. (Crédit : SpaceIL)

La mission Beresheet 2 est coordonnée par l’organisation non gouvernementale israélienne SpaceIL qui a déclaré dans un communiqué que l’accord avec les Émirats « a créé un modèle de coopération entre les deux peuples dans de nombreux aspects – technologiques, scientifiques et éducatifs – qui approfondira les liens entre les pays et servira d’inspiration à une coopération future entre Israël et d’autres pays arabes ».

Les Émirats arabes unis ont leur propre programme spatial, couronné de succès, avec le lancement de la sonde spatiale « Amal », ou « Espoir », vers Mars plus tôt cette année.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...