Rechercher

Un candidat du Likud à la Knesset accusé d’avoir étouffé une affaire d’abus sexuels

Hanoch Milvitzky, 26e sur la liste du parti, aurait convaincu une femme de commettre un parjure alors qu’il était conseiller juridique d'un groupe religieux

Hanoch Milvitzky, ex-maire adjoint de Peta Tikvah et conseiller juridique du groupe Beni Baruch, a remporté la 26ème place sur la liste du Likud pour les élections du 1 novembre. (Crédit : YouTube)
Hanoch Milvitzky, ex-maire adjoint de Peta Tikvah et conseiller juridique du groupe Beni Baruch, a remporté la 26ème place sur la liste du Likud pour les élections du 1 novembre. (Crédit : YouTube)

Selon un reportage de la télévision israélienne, un nouveau venu en politique susceptible de siéger dans la prochaine Knesset, dans les rangs du Likud de Benjamin Netanyahu, est soupçonné d’avoir fait pression sur une victime d’agression sexuelle pour qu’elle se parjure, afin de protéger le chef d’un groupe kabbalistique dont il est lui-même membre.

Âgé de 49 ans, Hanoch Milvitzky l’a facilement emporté sur ses concurrents dans le Gush Dan, pour la 26e place sur la liste du Likud à la Knesset, s’assurant une position de député dans la mesure où les sondages indiquent avec constance que le parti devrait remporter plus de 30 sièges aux élections du 1er novembre.

Avant les primaires du Likud la semaine passée, Milvitzky a organisé une conférence à laquelle ont participé de hauts responsables du Likud, dont Israel Katz, Yoav Gallant et Miri Regev.

L’apparition de gros bonnets du Likud au rassemblement de Milvitzky semble conforter son statut de figure importante du plus grand parti politique d’Israël, à la surprise de certains, étonnés de la trajectoire de cet avocat, jusque-là inconnu, et qui, jusqu’à récemment, était maire adjoint de Petah Tikva sous l’étiquette du parti centriste Yesh Atid.

Selon la Douzième chaîne, l’ascension rapide de Milvitzky dans les rangs du Likud pourrait être liée à son appartenance à un groupe de taille modeste mais très actif appelé « Bnei Baruch – Kabbalah Laam », association religieuse fondée par Michael Laitman en 1991. Le groupe compte environ 50 000 fidèles en Israël et 150 000 dans le monde.

Le groupe enseigne la Kabbale, école de pensée du mysticisme juif, et semble avoir une certaine assise politique au sein du Likud malgré son apparent déni de toute aspiration politique.

Selon la Douzième chaîne, quelque 7 000 membres du groupe auraient adhéré au Likud en se faisant appeler « Ihud Haam [littéralement traduit de l’hébreu par “union de la nation”] au sein du parti ».

Un ex-membre du groupe a évoqué l’existence d’une sombre histoire d’abus sexuels, auxquels Milvitzky serait directement lié, selon les informations données par la chaîne.

Le témoin, présenté dans le reportage de la Douzième chaîne sous le nom “Bokah” et décrit comme membre de l’équipe de sécurité de Laitman et du Bnei Baruch depuis 20 ans, a détaillé l’immense pouvoir dont dispose Laitman sur le groupe.

« On vous donne une solution à tous vos problèmes – relations, carrière, etc -. Ceux qui veulent se marier lui demandent la permission. Il en va de même pour le divorce. En cas de maladie, on va le voir et on repart avec un sac de bonbons, des sortes de médicaments », a expliqué Bokah.

Un autre transfuge du groupe, identifié par la Douzième chaîne par l’initiale hébraïque Tet, a témoigné devant un tribunal qu’une membre du groupe, identifiée par un Aleph, avait été abusée sexuellement par Laitman, sous la promesse que cela la conduirait à l’illumination spirituelle.

Selon le témoignage de Tet, Aleph, originaire de Russie, a décrit Laitman comme « un vieil homme qui avait instauré une relation personnelle avec chacune des femmes pour les aider à atteindre l’illumination spirituelle ».

Elle aurait raconté à Tet comment Laitman l’avait conduite dans une petite pièce avec une chambre et lui aurait ordonné de se déshabiller. Devant son refus, il aurait dit, selon le témoignage de Tet: « Je suis ton rabbin. Si tu m’aimes, tu dois le faire. »

« Il contrôle votre esprit, votre âme, votre conscience – et vous ne pouvez rien lui refuser. J’avais peur, j’avais peur de dire non. C’était un viol », aurait déclaré Aleph, selon Tet.

Michael Laitman, fondateur du Bnei Baruch – Kaballah Laam, association kabbaliste de tendance New Age. (YouTube)

Milvitzky serait impliqué dans la tentative de dissimulation des faits, selon l’information donnée par la chaîne. Le groupe serait parvenu à convaincre Aleph de retourner en Israël pour infirmer le témoignage accablant de Tet contre de l’argent.

« Ils l’ont fait revenir en Israël et l’ont entraînée à parler au tribunal, lui disant de mentir et dire qu’elle n’avait pas eu de relations sexuelles avec Laitman », a déclaré Bokah.

Selon Bokah, Milvitzky, en sa qualité de conseiller juridique de Bnei Baruch, aurait demandé à Aleph de faire ce faux témoignage au tribunal. Aleph se serait confiée à Bokah sur son calvaire au moment des faits et aurait depuis quitté le groupe.

« [Milvitzky] a tout organisé. Il l’a informée de ce que le juge pourrait demander, de ce qu’elle devrait dire et de quelle manière », a expliqué Bokah. « Il savait qu’elle mentait. C’est pourquoi ils lui ont donné 20 000 dollars [en deux fois]: 10 000 dollars d’entrée de jeu, suivis de 10 000 dollars après la comparution, de retour à Moscou.

La Douzième chaîne a déclaré, en outre, que l’Association du barreau israélien envisageait des mesures disciplinaires contre Milvitzky, soupçonné d’avoir signé des déclarations au nom des femmes du groupe à leur insu.

Selon un article de The Marker publié plus tôt ce mois-ci, Milvitzky aurait également été impliqué dans une campagne de diffamation envers une femme qui assurait avoir été victime d’abus sexuels de la part d’un membre de Bnei Baruch et une autre femme qui disait avoir été battue par un membre du groupe.

En réponse à ces mises en cause, Milvitzky a publié une déclaration niant tout acte répréhensible.

« Pour ce qui est des accusations portées contre Michael Laitman, l’accusation attribuée à Tet n’est pas fondée car elle s’est rétractée devant le tribunal. De même, Aleph a nié les accusations portées contre Laitman à deux reprises, à six mois d’intervalle. Les autres accusations relatives à la conduite de Milvitzky n’ont jamais été soulevées devant les tribunaux », indique le communiqué.

« La plainte déposée contre Milvitzky auprès de l’Association du barreau d’Israël est un tissu de mensonges et nous avons bon espoir qu’elle finisse là où il se doit – à la poubelle. »

Il a ajouté qu’il était membre du Likud depuis une dizaine d’années et qu’il s’était présenté aux élections à Petah Tikva sous la bannière du parti Yesh Atid sur une base ad hoc, avec l’autorisation du Likud.

Bnei Baruch a nié toute implication politique et s’est inscrit en faux contre les accusations concernant son dirigeant.

« Notre association est apolitique et n’a aucune activité dans ce domaine. Elle contribue à partager la sagesse de la Kabbale en la rendant accessible à tous », a déclaré le groupe.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...