Israël en guerre - Jour 138

Rechercher

Un chanteur allemand avoue avoir inventé une discrimination antisémite

Gil Ofarim a avoué lors du procès pour dénonciation calomnieuse et diffamation avoir accusé à tort un employé d'un hôtel de discriminations antisémites à son égard, et a présenté ses excuses

Une capture d'écran de la vidéo du chanteur Gil Ofarim postée sur son compte Instagram, le 5 octobre 2021. (Crédit : Capture d'écran/Instagram)
Une capture d'écran de la vidéo du chanteur Gil Ofarim postée sur son compte Instagram, le 5 octobre 2021. (Crédit : Capture d'écran/Instagram)

Un chanteur allemand, Gil Ofarim, a avoué mardi lors d’un procès pour dénonciation calomnieuse et diffamation avoir accusé à tort un employé d’un grand hôtel de discriminations antisémites à son égard, et a présenté ses excuses.

Le procès de l’auteur-compositeur et guitariste de 41 ans, qui comparaissait pour accusation mensongère d’antisémitisme, a été provisoirement clos suite à ses aveux, selon un communiqué du tribunal de Leipzig. Jusqu’ici il avait maintenu ses accusations tout au long de la procédure.

« Il sera définitivement clos si l’accusé verse dans les six prochains mois la somme de 10 000 euros à la communauté juive de Leipzig et à l’association chargée de la ‘maison de la conférence de Wannsee’ (où a été décidée entre dirigeants nazis le 20 janvier 1942 l’extermination finale des juifs d’Europe, ndlr) », écrit le tribunal, dans un communiqué.

L’affaire, qui avait fait grand bruit en Allemagne, était survenue le 5 octobre 2021 avec la publication par Gil Ofarim d’une vidéo sur les réseaux sociaux.

Il accusait un employé du luxueux hôtel Westin de Leipzig de lui avoir demandé au moment de son arrivée de « remballer » son étoile de David qu’il portait en pendentif autour du cou.

Des soupçons sur la véracité des faits étaient apparus rapidement, les images de la vidéo-surveillance montrant que l’artiste ne portait pas d’étoile de David au cou à ce moment-là.

Le parquet de Leipzig avait classé sans suite l’enquête pour discrimination visant un employé de l’établissement. Mais ce dernier avait porté plainte pour diffamation, entraînant la comparution du chanteur.

« Je suis désolé », a dit dans ses aveux mardi Gil Ofarim, ajoutant avoir effacé la vidéo incriminant l’employé de l’hôtel à l’origine. Le directeur de l’établissement, qui s’était constitué partie civile, a accepté les excuses du chanteur.

Outre les aveux de Gil Ofarim, les déclarations d’une « témoin neutre », les images de vidéo-surveillance et un rapport d’expert « dissipent tout doute et spéculation possible dans cette affaire », souligne le tribunal.

Le Conseil central des Juifs en Allemagne a vivement condamné Gil Ofarim pour ses mensonges: « il a gravement nui à tous ceux qui sont effectivement touchés par l’antisémitisme ». « Il a non seulement menti au public mais aussi à la communauté juive », a-t-il déploré dans un communiqué.

Quand l’affaire avait éclaté, le ministre des Affaires étrangères de l’époque, Heiko Maas, s’était dit « stupéfait » par les faits dénoncés. « Leipzig n’est pas un cas isolé », avait déploré le ministre appelant la société allemande à « serrer les rangs » contre l’antisémitisme.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.