Démission du conseiller à la diversité belge accusé d’avoir tenu des propos anti-Israël
Rechercher

Démission du conseiller à la diversité belge accusé d’avoir tenu des propos anti-Israël

Youssef Kobo, ancien collaborateur et conseiller à la diversité de la secrétaire d’État en charge de l’Égalité des chances du gouvernement ne fait désormais plus partie du gouvernement

Youssef Kobo (Crédit : Facebook)
Youssef Kobo (Crédit : Facebook)

Un porte-parole du ministère belge de l’Égalité des chances a confié au site Het Laaste Nieuws que Youssef Kobo a donné sa démission, n’étant plus en mesure de remplir ses fonctions.

L’ex conseiller à la diversité avait associé l’État d’Israël à l’État islamique dans des caricatures publiées sur Facebook, et qualifié les israéliens de nazis du XXIe siècle.

En plus de ses publications de 2014, les médias belges ont récemment découvert des tweets qui suggéraient d’égorger les activistes de Gaia qui militent contre l’abattage rituel des animaux. Il a retiré ses propos, les qualifiant de plaisanterie déplacée.

Bart de Wever, le maire de la ville d’Anvers, capitale de la Région Flamande, avait fait part au journal mensuel juif Joods Actueel de son inquiétude face à la nomination de Kobo, et ce à cause d’un tweet publié au sujet des affrontements entre la police et les Noirs aux États-Unis, où il préconisait de régler cela « tir pour tir ».

Pour De Wever, cela signife que Kobo justifie l’usage de la violence comme moyen de punir la violence des forces de police.

La Ligue belge contre l’antisémitisme (LBCA) évoquait au moment des faits la possibilité d’entamer des poursuites contre Youssef Kobo, désormais ancien collaborateur et conseiller à la diversité de la secrétaire d’État en charge de l’Égalité des chances du gouvernement bruxellois Bianca Debaets.

Les posts concernés sont entre autres une représentation caricaturale de l’Etat hébreu égorgeant Gaza avec une légende déclarant « le frère jumeau d’ISIS » et une vidéo de soldats israéliens où ces derniers sont comparés « aux nazis du 21e siècle ».

« Nous avons reçu un signalement de Youssef Kobo, concernant des propos antisémites qu’il a tenus », avait rapporté Joël Rubinfeld, président de la LBCA au site La Capitale.

« L’anti-sionisme n’est que l’antisémitisme moderne, où la haine de l’Etat juif s’est substituée à la haine du juif », avait souligné Joël Rubinfeld.

« Ces propos, même s’il n’en a plus tenu de ce genre depuis qu’il a été engagé, ce qui reste encore à vérifier, sont contraires à sa fonction. On ne peut pas être à la fois pompier et pyromane », soulignait encore le président de la LBCA.

D’autre part, Joël Rubinfeld avait invité Youssef Kobo à revenir sur ses paroles en faisant « amende honorable ».

« Dans tous les cas, le cabinet de Bianca Debaets devra engager sa responsabilité sur cette question, » avait conclu à l’époque le président de la LBCA.

De son côté, Youssef Kobo avait déclaré regretter avoir tenu de tels propos.

« On pourrait les classer comme ‘jeune et stupide’, comme quelqu’un avec une grande gueule qui met quelque chose sur Facebook et ne réfléchit qu’après. Ces publications datent de la guerre de Gaza de 2014, où 530 enfants ont perdu la vie, un événement qui m’a énormément touché », s’était-il justifié auprès du site Het Laaste Nieuws.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...