Israël en guerre - Jour 192

Rechercher

Un député britannique nouvellement élu assimile la guerre contre le Hamas à la Shoah

Selon George Galloway, le Royaume-Uni ne devrait pas interférer dans la gouvernance de Gaza du groupe terroriste palestinien, car "le peuple palestinien a choisi le Hamas"

Le député nouvellement élu de Rochdale, George Galloway, faisant une déclaration après sa cérémonie de prestation de serment devant les médias à l'extérieur des Chambres du Parlement, à Londres, le 4 mars 2024. (Crédit : Adrian Dennis/AFP)
Le député nouvellement élu de Rochdale, George Galloway, faisant une déclaration après sa cérémonie de prestation de serment devant les médias à l'extérieur des Chambres du Parlement, à Londres, le 4 mars 2024. (Crédit : Adrian Dennis/AFP)

Le nouveau député de Rochdale, George Galloway, a prêté serment lundi aux Chambres du Parlement à Londres, après avoir été élu au Parlement britannique le 1er mars lors d’une élection partielle chaotique entachée d’allégations d’antisémitisme.

S’exprimant après sa prestation de serment, Galloway a fait plusieurs remarques sur la guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas et a comparé l’opération militaire d’Israël à Gaza aux actions des nazis pendant la Shoah.

« Si l’élection partielle avait eu lieu en février 1940 ou 41, quelqu’un m’aurait-il sérieusement condamné pour avoir mis les crimes de la Shoah au centre de ma campagne électorale ? », a-t-il demandé aux journalistes présents.

Selon l’International Holocaust Remembrance Alliance (IHRA), établir des comparaisons entre la politique israélienne moderne et la politique nazie de l’époque de la Seconde Guerre mondiale est une forme d’antisémitisme explicite.

Galloway, chef du parti marginal Workers Party of Great Britain, qui est depuis longtemps accusé par ses détracteurs d’attiser les tensions communautaires, a placé le conflit de Gaza au cœur de sa campagne à Rochdale, dont la population est à 30 % musulmane.

Interrogé lundi par des journalistes de la BBC sur la question de savoir s’il pensait que le Hamas devrait être autorisé à gouverner la bande de Gaza, Galloway s’est inscrit en faux contre cette question, qu’il a qualifiée de « dégoulinante de condescendance impériale ». Il a ajouté que ce n’était pas au Royaume-Uni de décider du gouvernement de Gaza, mais aux Palestiniens.

Le député nouvellement élu de Rochdale, George Galloway, faisant une déclaration après sa cérémonie de prestation de serment devant les médias à l’extérieur des Chambres du Parlement, à Londres, le 4 mars 2024. (Crédit : Adrian Dennis/AFP)

« Je n’aurais pas voté pour le Hamas », a-t-il déclaré, « mais le peuple palestinien a choisi le Hamas et, comme je l’ai dit [lors de la guerre de Gaza en 2008], il n’y a rien de bon à ce que d’anciens pays colonisateurs essaient de choisir les dirigeants des pays d’autres peuples ».

Galloway, 69 ans, est devenu député pour la première fois en 1987 et est retourné à la Chambre des communes pour la première fois depuis 2015 après avoir remporté le siège de Rochdale, dans le nord-ouest de l’Angleterre, avec près de 6 000 voix d’avance.

Il s’est présenté lors d’une élection partielle mouvementée, déclenchée par le décès du député travailliste de longue date Tony Lloyd, qui a vu le principal parti d’opposition, le Labour, désinvestir son candidat, Azhar Ali, après qu’il a prôné une théorie du complot antisémite.

À deux semaines du vote, Ali s’était vu retirer son investiture par son parti, après avoir accusé Israël d’avoir volontairement laissé le Hamas mener son attaque meurtrière du 7 octobre, lorsque des milliers de terroristes ont envahi le sud d’Israël à partir de la bande de Gaza, tuant près de 1 200 personnes et en prenant 253 autres en otage.

Un porte-parole du Labour a déclaré à propos de la victoire de Galloway : « Nous regrettons profondément que le parti travailliste n’ait pas été en mesure de présenter un candidat à cette élection partielle et nous nous excusons auprès des habitants de Rochdale. George Galloway n’a gagné que parce que le Labour ne s’est pas tenu prêt. »

Dans un discours prononcé samedi, avertissant que les extrémistes, notamment les éléments islamistes, constituaient une menace pour la démocratie britannique, le Premier ministre Rishi Sunak a également condamné l’élection de Galloway.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.