Rechercher

Un docu sur l’emprise persistante du nazisme sur notre culture

"The Meaning of Hitler" cherche à examiner l'un des maux uniques de l'Histoire, sans encourager les fétichistes du nazisme

Une photo du documentaire "The Meaning of Hitler". (Crédit : avec l'aimable autorisation de IFC Films via JTA)
Une photo du documentaire "The Meaning of Hitler". (Crédit : avec l'aimable autorisation de IFC Films via JTA)

JTA – « Est-il possible de faire un film comme celui-ci sans contribuer à l’univers cinématographique nazi ? »

Cette ligne de narration intervient au début de « The Meaning of Hitler », un nouveau documentaire enflammé sur l’emprise persistante du nazisme sur notre culture, réalisé par Petra Epperlein et Michael Tucker. Il s’agit d’une référence effrontée au Marvel Cinematic Universe, un monde partagé par les nombreux personnages de super-héros du géant de la bande dessinée. Comme la base de fans Marvel, l’obsession hitlérienne et nazie encourage une dévotion de type culte à une réalité alternative tentaculaire et interconnectée – sauf que le fantasme partagé de l’univers cinématographique nazi est qu’Hitler avait développé la bonne idée sur les Juifs.

Basé sur l’essai classique du journaliste allemand Raimund Pretzel (publié sous le pseudonyme de Sebastian Haffner), « The Meaning of Hitler » est un voyage au cœur de la fascination de notre société pour les nazis, l’antisémitisme et l’idéologie fasciste.

Pourquoi reste-t-il si visible aujourd’hui ? Pourquoi l’avons-nous consacré comme une figure du mal unique, plutôt que comme un mal qui pourrait être reproduit de nos jours ? Et pourquoi tant de gens semblent-ils encore l’admirer ou – pire – l’imiter inconsciemment ?

En utilisant le texte original de Pretzel comme point de départ, Epperlein et Tucker jettent un regard sur les appareils politiques et de divertissement qui ont soutenu le mythe d’Hitler au cours des décennies qui ont suivi son suicide dans un bunker. Leurs efforts, tout comme la ligne « cinématographique nazie », se veulent à la fois sarcastiques, autodérisoires et véritablement perspicaces.

Tout cela est accompli dans un style inhabituel qui rejette la plupart du temps le cadre structurel patient d’un documentaire standard en faveur d’une approche libre-associative plus adaptée à un survol d’Internet (ou à l’une des vidéos de propagande de Leni Riefenstahl que le film prend soin de disséquer).

De grands textes clignotent à l’écran (des mots tels que « Sauveur » et « Mal ») tandis que nous nous déplaçons dans l’espace et le temps à un rythme effréné. Le spectateur voit des images d’archives, qui se heurtent à des monuments commémoratifs actuels, à des vidéos YouTube et à des extraits de l’art occidental (des « Producteurs » à « Star Wars »). Nous sommes dans le bunker d’Hitler ; maintenant, nous sommes sur le lieu de sa naissance ; attendez, maintenant nous sommes à une célébration de la Coupe du monde en France ; maintenant nous roulons dans les rues vides de New York, touchées par la COVID ; maintenant nous sommes sur le site du camp de la mort de Sobibor, dont les nazis ont pris soin de détruire toute trace, et qui constitue donc une métaphore pratique des dangers de l’oubli ou du déni des leçons du passé.

Nous avons également droit à des éléments biographiques traditionnels sur Hitler, et – nous sommes en 2021 – à de nombreuses discussions sur les moments politiques actuels que les réalisateurs proposent comme parallèles à la pensée fasciste, notamment les réactions de l’Europe à la crise des migrants, la montée du nationalisme d’extrême droite en Allemagne et en Pologne, la marche de Charlottesville, et même l’ancien président américain Donald Trump. Les réalisateurs savent qu’ils ne sont pas les premiers à faire ces parallèles : une séquence d’ouverture effrontée place son matériau source aux côtés de Les origines du totalitarisme de Hannah Arendt, de On Tyranny de Timothy Snyder et de plusieurs autres livres qui constituent le nouveau canon des cosmopolites préoccupés par le fascisme. (S’agit-il aussi, d’une certaine manière, d’un univers littéraire nazi ?)

Un segment sur l’antisémitisme fait le choix surprenant de juxtaposer une interview de Deborah Lipstadt (récemment nommée pour être l’émissaire du Département d’État américain en matière d’antisémitisme) avec des segments présentant l’auteur britannique en disgrâce David Irving. Oui, ce David Irving – celui dont le procès en diffamation contre Lipstadt en 1996 s’est terminé de manière tristement célèbre par une décision de la justice britannique le déclarant négationniste (et qui a inspiré le film « Denial »). Les réalisateurs assistent à l’une des visites déformées d’Irving dans les camps de la mort nazis, au cours de laquelle ils l’enregistrent en train de faire toutes sortes de commentaires antisémites ; ils sont consternés par ce qu’il représente, et semblent surtout fascinés par le fait qu’un homme comme lui existe.

L’inclusion d’Irving dans le film est cependant une exception. Les autres intervenants sont des spécialistes réputés de la Seconde Guerre mondiale, parmi lesquels Saul Friedländer et Yehuda Bauer, tous deux juifs d’origine tchèque, dont l’histoire personnelle de survie aux nazis est à l’origine de leur engagement dans l’érudition, même à un âge avancé, ainsi que les chasseurs de nazis Beate et Serge Klarsfeld, et divers autres experts et guides touristiques.

Toutes ces personnalités qui ont consacré leur vie entière à séparer l’histoire de la propagande, doivent aujourd’hui regarder la propagande menacer de l’emporter, et les documentaires sensationnalistes sur les nazis céder la place aux mèmes ironiques de la droite sur YouTube.

Partout où nous allons, nous voyons également les micros à perche et les clapets qui nous rappellent que nous regardons un film – une astuce qu’Epperlein et Tucker ont également utilisée dans leur précédent documentaire, « Karl Marx City », qui enquêtait sur le suicide du père d’Epperlein dans l’ancienne Allemagne de l’Est et qui, comme ce film, était également un commentaire sur les forces totalitaires modernes. Dans ce film, les réalisateurs ont cherché à rendre visible ce que la Stasi avait réprimé. Ici, leur présence délibérée donne l’impression d’un confessionnal sur YouTube, car ils se demandent continuellement à quoi va servir leur film. Pourquoi prendre 90 minutes pour mettre une fois de plus tout le monde en garde contre Hitler, se demandent-ils, alors que chaque mention de lui semble faire plus de mal que de bien ?

Pourquoi, en effet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...