Un enseignant palestinien publie un cours saluant un attentat terroriste de 1978
Rechercher

Un enseignant palestinien publie un cours saluant un attentat terroriste de 1978

Une école de Hébron partage une vidéo glorifiant Dalal Mughrabi, encourageant les élèves à la regarder dans le cadre de l'enseignement à distance dû à l'épidémie de coronavirus

Un cours d'arabe à distance mis en ligne, le 28 février 2020, par un enseignant d'une école financée par l'Autorité palestinienne à Hébron, qui glorifie massacre de la route côtière perpétré en 1978. (Capture écran/YouTube)
Un cours d'arabe à distance mis en ligne, le 28 février 2020, par un enseignant d'une école financée par l'Autorité palestinienne à Hébron, qui glorifie massacre de la route côtière perpétré en 1978. (Capture écran/YouTube)

Un professeur de langue arabe d’une école palestinienne de Hébron a publié un cours de grammaire destiné aux élèves contraints de rester chez eux pendant la pandémie de coronavirus lequel glorifie le massacre de la route côtière de 1978 qui a tué 38 civils israéliens, ainsi que la terroriste qui a participé à l’attaque.

Nasser al-Rajabi a téléchargé le cours de lecture et de grammaire sur YouTube le 28 février, et elle a été partagée deux fois sur la page Facebook de son école primaire pour garçons Wasyah Al-Rasoul au début du mois dernier. Depuis, la vidéo a été visionnée plus de 11 000 fois.

Le cours est basé sur un manuel de langue arabe de l’Autorité palestinienne (AP) de 2019 destiné aux élèves de cinquième année, selon un organisme de surveillance israélien qui analyse les manuels palestiniens, l’Institut pour le suivi de la paix et de la tolérance culturelle dans l’éducation scolaire (IMPACT-se).

Lors de l’attaque de 1978, plusieurs terroristes du Fatah ont débarqué sur une plage près de Tel-Aviv, ont détourné un bus sur la route côtière et ont tué 38 civils, dont 13 enfants, et en ont blessé plus de 70.

Dans la leçon, al-Rajabi inclut un graphique d’une des architectes de l’attaque terroriste, Dalal Mughrabi, debout dans le bus détourné, pointant un fusil sur les passagers israéliens à l’intérieur et ce qui semble être une femme assassinée sur le sol du bus à côté d’un drapeau palestinien. En dessous de l’image se trouve une phrase tirée du manuel qui dit : « Elle a pris le drapeau de la Palestine dans son sac, l’a embrassé et l’a ensuite accroché à l’intérieur du bus ».

Des Palestiniens avec des affiches et des t-shirts représentant Dalal Mughrabi, une terroriste du Fatah responsable du massacre de la route côtière de 1978, qui a tué 38 Israéliens dont 13 enfants, pendant une manifestation à Ramallah, le 16 juillet 2008. (Crédit : Issam Rimawi/Flash90)

Dans une autre vidéo de questions-réponses sur la leçon, al-Rajabi dit aux élèves que l’attaque a été menée « pour venger les martyrs du massacre de Deir Yassin, et aussi pour rappeler au monde ce massacre ».

Il s’agit d’une référence à une attaque qui a eu lieu en 1948, lorsque des groupes juifs de l’Irgoun et du Lehi sont entrés dans Deir Yassin, juste à l’extérieur de Jérusalem, et ont tué, dans des combats de maison en maison, de nombreux habitants du village, dont des femmes et des enfants. Le nombre de morts est contesté : alors que les combattants israéliens ont déclaré en avoir tué 254, d’autres comptes font état de 107 morts.

« L’opération suicide … a causé la mort de nombreux soldats de l’occupation [israélienne] », ajoute M. al-Rajabi lors de la session de questions-réponses, même si un seul soldat israélien a été tué dans le massacre.

Un porte-parole du ministère de l’Éducation de l’Autorité palestinienne a indiqué qu’il ne connaissait pas la leçon, mais a refusé de commenter davantage.

Marcus Sheff, le directeur d’IMPACT-se, a déclaré que la vidéo du professeur de Hébron démontre que « même lorsqu’ils étudient chez eux, les enfants palestiniens ne peuvent pas échapper à la haine. La violence et l’incitation au programme officiel palestinien sont soigneusement transposées en ligne par des initiatives éducatives officielles et non officielles, et se retrouvent dans leur salon ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...