Un groupe américain se retire d’un festival à cause de « l’apartheid israélien »
Rechercher

Un groupe américain se retire d’un festival à cause de « l’apartheid israélien »

Le groupe de rock, le dernier à avoir cédé au BDS après Lana Del Rey, fustige Israël pour ses "politiques meurtrières et brutales contre le peuple palestinien"

Le musicien Kevin Barnes, du groupe Rockers Of Montreal au festival de musique Coachella, en Californie, le 27 avril 2007. (Crédit : AFP/ GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Frazer Harrison
Le musicien Kevin Barnes, du groupe Rockers Of Montreal au festival de musique Coachella, en Californie, le 27 avril 2007. (Crédit : AFP/ GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Frazer Harrison

NEW YORK — Le groupe de rock indépendant américain Of Montreal a renoncé à se produire lors d’un festival musical en Israël, dénonçant une situation d' »apartheid » dans le pays, quelques jours après le retrait de Lana Del Rey.

Vendredi, la chanteuse américaine avait annoncé l’annulation de son concert, dans le cadre du festival Meteor, qui se tient de jeudi à samedi dans le kibboutz Lehavot HaBashan dans le nord d’Israël, faute d’avoir pu organiser, parallèlement, une prestation en « Palestine ».

Pour les membres du groupe, originaire d’Athens, en Géorgie, il n’existait pas d’alternative à l’annulation, « alors que les dirigeants politiques et militaires du pays poursuivent leur politique contre les Palestiniens ».

Le mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) appelle depuis plusieurs semaines les artistes à l’affiche du festival à annuler leur participation.

Les artistes ayant cédé aux appels de boycott diffusent généralement des communiqués diplomatiques assez vagues. Of Montreal, connu pour son rock psychédélique, s’est directement attaqué à la politique israélienne, tout en soulignant qu’il ne condamnait pas le peuple d’Israël en tant que tel.

« Après avoir étudié tous les moyens possibles de justifier notre participation à un festival israélien, alors que les dirigeants politiques et militaires du pays continuent leurs politiques meurtrières et brutales contre le peuple palestinien. »

« Le temps n’est pas à l’évasion et à la fête », ont-ils expliqué, mais « à l’activisme et aux manifestations contre l’apartheid israélien, l’occupation israélienne de la Cisjordanie et les atrocités perpétrées quotidiennement par les forces israéliennes à Gaza ».

After deep consideration, we have decided to cancel our appearance at the Meteor festival. After exhausting all of the…

Posted by of Montreal on Tuesday, 4 September 2018

Les organisateurs de l’événement ont protesté publiquement contre cette campagne, expliquant avoir financé l’intégralité du festival sur leurs propres deniers, sans soutien extérieur et déploré la « politisation » par le mouvement BDS d’un évènement privé consacré uniquement à la musique.

« Nous sommes profondément convaincus que la musique a la capacité de transcender et apaiser les dissensions de l’humanité », ont-ils écrit sur le site du festival, dans un message daté du 24 août.

« C’est là que dialogue sincère et compréhension peuvent exister », ont-ils ajouté. « Ne pas reconnaître qu’il s’agit d’une opportunité revient à perpétuer la résignation des deux côtés ».

Les têtes d’affiche du festival sont les rappeurs A$AP Ferg et Pusha T, ainsi que le saxophoniste californien Kamasi Washington.

La quasi-totalité des représentations musicales en Israël sont soumises à des pressions de groupes pro-palestiniens. Si certains, comme Lorde, Elvis Costello et Cat Power, ont annulé leurs concerts, ils restent nombreux à résister au boycott.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...