Israël en guerre - Jour 290

Rechercher

Un haut commandant du Hezbollah et 3 de ses affiliés tués lors d’un raid au sud-Liban

Taleb Abdullah est l'élément le plus haut placé du groupe terroriste libanais à être tué dans le cadre des affrontements avec Israël

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le commandant du Hezbollah, Taleb Abdullah, sur une affiche publiée par le Hezbollah le 11 juin 2024. (Crédit : Bureau des médias du Hezbollah)
Le commandant du Hezbollah, Taleb Abdullah, sur une affiche publiée par le Hezbollah le 11 juin 2024. (Crédit : Bureau des médias du Hezbollah)

Le Hezbollah a annoncé la mort d’un haut commandant lors d’une attaque aérienne israélienne présumée dans le sud du Liban mardi soir, alors que le groupe terroriste chiite libanais avait tiré quelque 80 roquettes sur des communautés du nord tout au long de la journée, dans un contexte d’hostilités transfrontalières croissantes.

Le groupe terroriste soutenu par l’Iran a déclaré dans un communiqué que Taleb Abdullah, également connu sous le nom d’Abu Taleb, originaire de la ville d’Aadachit dans le sud du Liban, a été tué « sur la route de Jérusalem », expression utilisée pour désigner les terroristes tués lors d’une frappe israélienne.

Il a été tué lors d’une frappe aérienne sur la ville de Jouaiyya, à une quinzaine de kilomètres au nord de la frontière avec Israël. Trois autres éléments du Hezbollah ont été tués lors de cette frappe.

Abu Taleb était le membre le plus haut placé du groupe terroriste tué au cours des huit mois de combats entre Israël et le Hezbollah, a déclaré une source de sécurité à Reuters.

Il a été identifié par des sources de sécurité comme le commandant du groupe terroriste pour la région centrale de la bande frontalière méridionale.

Les sources ont déclaré que les quatre éléments du Hezbollah ont probablement été pris pour cible au cours d’une réunion.

Dans sa déclaration, le Hezbollah a qualifié Abdullah de commandant. Le groupe terroriste se réfère rarement à ses cadres supérieurs tués lors des frappes israéliennes en tant que commandants.

Le seul autre agent désigné comme commandant est Wissam al-Tawil, le chef adjoint de la force d’élite Radwan du groupe terroriste, tué par Israël en janvier.

Les commandants du Hezbollah Wissam Tawil (à gauche) et Taleb Abdullah sur une photo non datée publiée par le Hezbollah le 11 juin 2024. (Crédit : Bureau des médias du Hezbollah)

Les sources, qui ont parlé sous le couvert de l’anonymat, ont déclaré à Reuters que le commandant était un supérieur de Tawil.

L’armée israélienne n’a pas encore commenté ce raid, qui s’inscrit dans le cadre d’une série de salves de roquettes tirées depuis le Liban sur des localités du nord du pays tout au long de la journée. Aucun blessé n’a été signalé dans les attaques à la roquette, les défenses aériennes ayant intercepté certains projectiles tandis que d’autres ont frappé des zones ouvertes.

Des images provenant d’une communauté de la région de Kiryat Shmona ont montré le système de défense anti-missile « Dôme de fer » en train d’intercepter un barrage d’une quinzaine de roquettes alors que les Israéliens étaient rassemblés pour les célébrations de Shavouot.

Par ailleurs, Tsahal a déclaré avoir mené une frappe sur un bâtiment utilisé par le Hezbollah, un site de lancement de roquettes, et d’autres infrastructures dans le sud du Liban, à Aitaroun. Une cellule de lancement de roquettes du groupe terroriste chiite libanais a également été visée par une frappe de drone à Deir Aames, a ajouté l’armée.

Toujours mardi après-midi, Tsahal a déclaré qu’à la suite de récentes sirènes avertissant d’infiltration dans le nord, les défenses aériennes ont réussi à abattre un drone qui avait pénétré en Israël depuis le Liban dans la région de la Haute Galilée.

Les pompiers luttaient également contre plusieurs incendies provoqués par des tirs de roquettes et de drones plus tôt dans la journée en Haute Galilée et sur le plateau du Golan, après plusieurs incendies similaires au cours de la semaine dernière.

Des pompiers israéliens s’efforçant d’éteindre les flammes sur le plateau du Golan provoquées par des roquettes tirées depuis le Liban, le 11 juin 2024. (Crédit : Michael Giladi/Flash90)

Cette journée d’attaques transfrontalières fait suite à la frappe par des avions de chasse de ce que l’armée israélienne a décrit comme un important complexe du Hezbollah au fin fond du Liban dans la nuit de lundi à mardi.

Tsahal a déclaré que les frappes aériennes avaient visé un site dans la région de Baalbek appartenant à l’unité 4 400 du Hezbollah, ainsi que des sites dans le sud du Liban. Selon Israël, l’unité 4 400 est chargée de la « constitution de forces logistiques », notamment de la livraison d’armes au Liban et à l’intérieur du pays. Le Hezbollah est soutenu par l’Iran, qui lui fournit une grande partie de ses armes.

Les médias libanais ont indiqué que les frappes avaient eu lieu dans le district de Hermel, près de Baalbek, dans le nord-est du Liban, et des sources au sein du groupe terroriste ont déclaré à l’AFP que trois éléments du Hezbollah avaient été tués. Cette attaque pourrait marquer les frappes les plus importantes de Tsahal au Liban dans le cadre de la guerre en cours, Hermel se trouvant à quelque 130 kilomètres de la frontière israélienne.

Mardi matin, un barrage de 50 roquettes a été lancé sur le plateau du Golan, les défenses aériennes de l’armée ont abattu une « cible aérienne suspecte » identifiée au large de Haïfa, dans le nord d’Israël, et un drone apparemment tiré par une milice irakienne soutenue par l’Iran a visé la ville d’Eilat, dans le sud du pays, a indiqué Tsahal.

Un aperçu des dégâts occasionnés à une maison par un missile guidé antichar du Hezbollah, à Yiron, le 10 juin 2024 (Crédit : Services d’incendie et de secours)

Depuis le lendemain de l’assaut barbare et sadique du groupe terroriste palestinien du Hamas sur le sud d’Israël le 7 octobre, le Hezbollah attaque quotidiennement les communautés israéliennes et les postes militaires le long de la frontière avec des roquettes, des drones, des missiles antichars et d’autres moyens, affirmant qu’il le fait pour soutenir Gaza dans le cadre de la guerre contre le Hamas qui s’y déroule.

Jusqu’à présent, les affrontements à la frontière ont causé la mort de Jusqu’à présent, les affrontements à la frontière ont causé la mort de dix civils du côté israélien, ainsi que celle de quinze soldats et réservistes de Tsahal. Plusieurs attaques ont également été lancées depuis la Syrie, sans faire de blessés.

Le Hezbollah a signalé que 341 de ses terroristes ont été tués par Israël depuis le 8 octobre, principalement au Liban, mais aussi en Syrie. Au Liban, 71 membres d’autres groupes terroristes, un soldat libanais et au moins 60 civils, dont trois journalistes, ont été tués.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.