Un homme d’affaires palestinien renonce au sommet à Bahreïn
Rechercher

Un homme d’affaires palestinien renonce au sommet à Bahreïn

Mohammed Massad a dit que lorsqu'il a appris quels autres hommes d'affaires palestiniens avaient l'intention d'assister au sommet, il a décidé de se retirer

Mohammed Massad (Capture d'écran : Facebook)
Mohammed Massad (Capture d'écran : Facebook)

L’un des deux hommes d’affaires palestiniens qui a annoncé publiquement qu’il participerait à l’atelier économique dirigé par les Etats-Unis à Bahreïn a déclaré lundi, un jour avant la conférence, qu’il avait décidé de se retirer.

Mohammed Massad, 54 ans, originaire de la région de Jénine et travaillant dans le développement agricole et résidant à Haïfa depuis 22 ans, a déclaré la semaine dernière qu’il participerait au sommet à Manama, la capitale du Bahreïn.

« J’ai accepté l’invitation à assister à la conférence après qu’il m’a été affirmé qu’il s’agirait de faire bénéficier le peuple palestinien de véritables investissements », a déclaré Massad au Times of Israel. « Mais quand j’ai appris les noms du groupe d’hommes d’affaires [palestiniens] présents à la conférence, j’ai décidé de retirer ma participation parce que cela ne m’apporte aucun honneur d’être à leurs côtés ».

Lorsqu’on lui a demandé ce qui le préoccupait particulièrement au sujet des autres hommes d’affaires palestiniens qui participaient au sommet, Massad a refusé de répondre.

Massad, qui a déclaré qu’il avait prévu de parler à la conférence d’un plan de plantation d’oliviers en Israël et en Cisjordanie, a également annoncé sur sa page Facebook qu’il ne participerait pas au sommet.

L’administration américaine et Bahreïn ont annoncé à la mi-mai qu’ils accueilleraient un atelier économique à Manama les 25 et 26 juin qui « facilitera les discussions sur une vision et un cadre ambitieux et réalisable pour un avenir prospère pour le peuple palestinien et la région ».

Les responsables américains ont déclaré que le sommet traitera de la partie économique du plan américain visant à résoudre le conflit israélo-palestinien.

La Maison Blanche a révélé la partie économique du plan de paix américain samedi sur son site web, qui comprend des propositions pour plus de 50 milliards de dollars d’investissements sur les 10 prochaines années en Cisjordanie, dans la bande de Gaza et les pays arabes voisins.

Une vue du quartier d’affaires de Manama, la capitale du Bahreïn (Crédit : CC-BY Jayson De Leon/Wikimedia Commons)

L’Autorité palestinienne basée à Ramallah a fermement rejeté la perspective de participer à la conférence. Le président de l’AP, Mahmoud Abbas, a déclaré que les Palestiniens n’accepteraient pas ses résultats et a exigé que tout effort de paix commence par des questions politiques plutôt qu’économiques.

De nombreux hommes d’affaires palestiniens de premier plan, dont le promoteur immobilier Bashar Masri, ont également rejeté la conférence et ont déclaré qu’ils avaient refusé les invitations à y participer.

Ashraf Jabari, un homme d’affaires de la région de Hébron ayant des liens avec des résidents d’implantations israéliennes en Cisjordanie et l’ambassadeur des États-Unis en Israël, David Friedman, est le seul autre homme d’affaires palestinien qui a déclaré publiquement qu’il participerait à la conférence. Il fait l’objet d’intenses critiques pour ses relations avec les résidents israéliens d’implantations et il est souvent tourné en dérision comme étant en marge de la société palestinienne.

Jabari n’a pas répondu aux demandes d’interview.

Environ 10 hommes d’affaires palestiniens assisteront à l’atelier économique, selon l’homme d’affaires israélo-américain Charles Tawil, qui a déclaré qu’il participera à la conférence en tant que conseiller de la délégation.

M. Tawil a déclaré dimanche que tous les hommes d’affaires palestiniens participant au sommet ont des liens avec Jabari.

Massad a affirmé que les critiques sévères sur les réseaux sociaux contre son annonce la semaine dernière de sa participation à la conférence n’ont pas influencé sa décision finale de se retirer de cette conférence.

« J’ai pris la décision de me retirer sur la base de mes principes », a-t-il dit. « Les attaques contre moi n’ont rien à voir avec ça. »

Massad a fait l’objet d’intenses critiques ce week-end sur Facebook et Twitter pour avoir déclaré qu’il participerait au sommet, certains utilisateurs allant jusqu’à le traiter de « traître » et de « collaborateur ».

Des Palestiniens manifestent contre la conférence

Un Palestinien brûle une photo du président américain Donald Trump et du roi Hamad al-Khalifa de Bahreïn lors de manifestations contre la réunion dirigée par les États-Unis cette semaine dans le royaume du Golfe sur le conflit israélo-palestinien, dans le village de Halhul, près de Hébron, en Cisjordanie, le 24 juin 2019. (HAZEM BADER / AFP)

Pendant ce temps, des centaines de Palestiniens ont manifesté lundi contre la proposition économique américaine.

Les manifestants se sont rassemblés dans des villes de Cisjordanie, dont Ramallah, Naplouse et Hébron, où des affrontements ont éclaté, selon les journalistes de l’AFP.

Lors d’une manifestation près de Hébron, dans le sud de la Cisjordanie, les manifestants se sont assis autour d’un cercueil portant les mots « Non à l’accord du siècle », dénigrant les propositions du Président américain Donald Trump en faveur de la paix.

Les manifestants ont également brûlé des photos de Trump et du roi de Bahreïn, a déclaré un correspondant de l’AFP.

Les principales factions palestiniennes ont appelé à de nouvelles manifestations en Cisjordanie et à Gaza mardi.

S’exprimant devant une réunion hebdomadaire du cabinet lundi matin, le Premier ministre palestinien Mohammad Shtayyeh a déclaré que le plan était « tout simplement absurde ».

« Je n’ai vu dans le document aucune référence à l’occupation. Je n’ai vu dans le document aucune référence aux implantations », a dit M. Shtayyeh.

« Une solution palestino-israélienne ne peut être que la fin de l’occupation israélienne des territoires palestiniens et la création d’un État palestinien indépendant. »

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...