Un homme de 68 ans blessé par une pierre lancée sur sa voiture à Jérusalem
Rechercher

Un homme de 68 ans blessé par une pierre lancée sur sa voiture à Jérusalem

L'incident à la porte des Maghrébins survient dans le cadre des affrontements quotidiens entre Palestiniens, policiers et extrémistes juifs ; les assaillants n'ont pas été arrêtés

La porte des Maghrébins, située dans la partie sud-est de la Vieille Ville de Jérusalem, est l'entrée la plus proche du mur Occidental et constitue le principal passage pour les véhicules. (Capture d'écran : YouTube)
La porte des Maghrébins, située dans la partie sud-est de la Vieille Ville de Jérusalem, est l'entrée la plus proche du mur Occidental et constitue le principal passage pour les véhicules. (Capture d'écran : YouTube)

Un homme de 68 ans a été légèrement blessé au visage lundi lorsqu’une pierre a été lancée sur sa voiture alors qu’il roulait dans la Vieille Ville de Jérusalem.

Les secours ont soigné l’homme sur place, près de la porte des Maghrébins de la Vieille Ville, puis l’ont emmené à l’hôpital Shaare Zedek de la capitale pour des soins complémentaires.

On ne sait pas qui a lancé la pierre sur sa voiture et aucun agresseur n’aurait été appréhendé sur le champ. Il n’y avait pas non plus d’information immédiate sur l’identité ou l’ethnicité de la victime.

La porte des Maghrébins est l’entrée la plus proche de l’esplanade du mur Occidental, le site le plus sacré du judaïsme.

Lors d’un autre incident à Jérusalem-Est, une pierre a été lancée en direction d’un groupe de législateurs du Parti sioniste religieux, parti de droite, en visite dans le quartier juif de Beit Orot.

Aucun blessé ou dégâts n’ont été signalés à cette occasion. Les députés ont déclaré qu’ils étaient en visite « pour soutenir les résidents juifs qui ont souffert ces derniers temps des attaques arabes ».

Ces incidents se sont produits dans un contexte de tensions croissantes dans la Vieille Ville et ses environs, où des émeutes nocturnes ont lieu depuis plus d’une semaine.

Des milliers de Palestiniens se sont rassemblés à la porte de Damas chaque nuit depuis le début du ramadan, le 13 avril, pour protester contre une politique policière controversée qui interdit aux fidèles musulmans de se rassembler dans cette zone pendant le mois sacré du ramadan. Des dizaines de barrières de séparation avaient été installées par la police, ainsi que des officiers armés ayant reçu l’ordre d’empêcher quiconque de s’asseoir sur les marches.

La police a supprimé cette mesure dimanche.

Des affrontements avec des extrémistes juifs ont également eu lieu dans la ville, certains attaquant des résidents arabes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...