Rechercher

Un homme tué par balle et quatre blessés lors d’un mariage arabe à Taibe

La fusillade est le deuxième meurtre au sein de la communauté arabe en quelques heures, portant à 73 le nombre d'Arabes israéliens tués dans des homicides apparents cette année

Vue sur Taibe (Crédit : Moshe Shai/Flash90)
Vue sur Taibe (Crédit : Moshe Shai/Flash90)

Un homme a été tué lundi et quatre autres ont été blessés dans une fusillade survenue lors d’un mariage dans la ville arabe de Taibe, dans le centre du pays.

Selon des témoignages, le tireur est arrivé au mariage et a ouvert le feu sur un groupe de jeunes hommes avec un fusil automatique. Un homme, âgé d’environ 25 ans, a été transporté à l’hôpital dans un état critique et a succombé à ses blessures peu après.

Un deuxième jeune homme, âgé d’environ 20 ans, se trouvait dans un état grave. Les autres ont été légèrement ou modérément blessés.

Le tireur a fui les lieux. La police a ouvert une enquête.

Ce meurtre est le 73e meurtre apparent d’un Arabe israélien en 2021. Les villes et villages arabes ont connu une recrudescence de la violence ces dernières années, le crime organisé étant considéré comme le principal moteur. Quinze Palestiniens ont également été tués au sein du territoire israélien.

Ce meurtre est survenu quelques heures seulement après qu’un autre jeune homme a été tué par balle dans la ville arabe de Zarzir, dans le nord du pays. La police soupçonne qu’il s’agit d’une vengeance entre bandes rivales, a rapporté le site d’information Ynet.

Différentes sources situent l’âge de la victime entre 19 et 26 ans.

La semaine dernière, deux hommes arabes ont été abattus dans des homicides apparents dans le nord d’Israël.

Dans la ville d’Acre, Khaled az-Zawi, 38 ans, a été grièvement blessé par balle par un inconnu, selon la police. Les médecins l’ont emmené à l’hôpital Galilée à Nahariyya, où il a été déclaré mort peu de temps après.

Plus tard le même jour, dans la ville de Jisr az-Zarqa, Ahmad Amash, 42 ans, a été abattu par un inconnu. Amash a été emmené à l’hôpital Hillel Yaffe de Hadera, où son décès a été constaté par le personnel médical.

La police a indiqué avoir ouvert une enquête sur les deux incidents.

Le nombre d’Arabes israéliens tués en 2021 est en passe d’éclipser le total de l’année dernière.

En 2020, 96 Arabes israéliens ont été tués dans des violences, ce qui constitue de loin le bilan annuel le plus élevé de mémoire récente.

Les Arabes israéliens en veulent à la police qui, selon eux, n’a pas réussi à sévir contre les puissantes organisations criminelles et ignore largement la violence, qui comprend des querelles familiales, des guerres de territoire mafieuses et des violences contre les femmes. Selon un rapport de la Knesset de 2020, quelque 400 000 armes illégales circulent en Israël, la grande majorité dans les communautés arabes.

En juillet, le Premier ministre Naftali Bennett a déclaré que la violence et la criminalité dans les communautés arabes israéliennes étaient une « calamité nationale », alors qu’il rencontrait de hauts responsables du gouvernement et de la police pour formuler un plan national visant à endiguer ce fléau.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...