Un imam de Montréal appelait à “détruire les Juifs maudits”
Rechercher

Un imam de Montréal appelait à “détruire les Juifs maudits”

Le discours de 2014 a été mis en ligne 3 semaines après l’attaque de la mosquée de Québec, quand les Juifs ont soutenu les musulmans

L'imam Sayyed al-Ghitawi au Centre islamique al-Andalous de Montréal, en 2014. (Crédit : capture d'écran YouTube)
L'imam Sayyed al-Ghitawi au Centre islamique al-Andalous de Montréal, en 2014. (Crédit : capture d'écran YouTube)

MONTREAL – La police de Montréal enquête sur une vidéo vieille de trois ans qui montre un imam d’une mosquée de la ville appeler Allah à « détruire tous les Juifs maudits » et à les tuer « un par un ».

La vidéo du discours de Sayed al-Ghitawi, devenue virale après avoir été publiée sur les réseaux sociaux le 8 février, a été mise en ligne moins de trois semaines après une attaque dans une mosquée de Québec qui a tué six fidèles musulmans, et que les Juifs du Canada se sont rassemblés derrière les musulmans en signe de soutien et de solidarité.

« Nous condamnons ces appels explicites à la mort de Juifs dans les termes les plus forts », a déclaré aux Canadian Jewish News le rabbin Reuben Poupko, coprésident du Centre pour Israël et les Affaires juives.

« Nous pensons que ces déclarations pourraient contrevenir au code pénal », a-t-il déclaré.

https://youtu.be/G_6wEZJT9dM

A la fin de son sermon en 2014, al-Ghitawi avait déclaré « Ô Allah, détruit les Juifs maudits, Ô Allah, montre nous le jour noir que tu leur infliges, Ô Allah, montre nous les merveilles de ta puissance et ta capacité à leur infliger, Ô miséricordieux, secoue le sol sous leurs pieds, Ô Allah, tue les un par un, Ô Seigneur, n’en laisse aucun [vivant]. »

La mosquée qui accueillait l’imam était le Centre islamique al-Andalous du quartier St-Laurent de Montréal, selon les médias.

Un porte-parole du centre a déclaré que l’imam entendu dans la vidéo était un imam « volontaire ».

Le centre a également publié une « clarification » des propos de l’imam, qui ont été prononcés pendant la guerre entre le Hamas et Israël dans la bande de Gaza en 2014.

Mais « l’attaque de la mosquée de Québec devrait servir de rappel à tous, il ne peut y avoir aucun ‘contexte’ de notre démocratie qui légitime les appels à la violence contre une communauté identifiable », a déclaré Poupko.

B’nai Brith Canada a porté plainte auprès de la police de Montréal le 8 février, et a créé une pétition en ligne pour que le parlement canadien demande l’application des lois existantes sur les crimes de haine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...