Rechercher
Sans perdre le rythme

Un joueur de tambour israélien anime un mariage palestinien

Les invités chantent et dansent sur la musique de Yoni Sharon qui a décidé de passer au mariage alors qu’il rentrait chez lui

Yoni Sharon, un joueur de derbouka israélien vivant dans une implantation de Cisjordanie, joue dans un mariage palestinien, en avril 2017. (Crédit : capture d'écran Facebook)
Yoni Sharon, un joueur de derbouka israélien vivant dans une implantation de Cisjordanie, joue dans un mariage palestinien, en avril 2017. (Crédit : capture d'écran Facebook)

Un musicien israélien a surpris les invités d’un mariage palestinien la semaine dernière, quand il s’est présenté sans avoir été invité et a commencé à jouer du tambour, invitant les convives à chanter et à danser autour de lui.

Dans une publication sur sa page Facebook, Yoni Sharon a écrit qu’il rentrait chez lui dans l’implantation de Kfar Eldad, située au sud est de Jérusalem, après avoir fait un spectacle, quand il a remarqué un mariage dans le village à proximité et il s’est dit « qu’il devait y aller », même s’il n’était pas invité.

Sur la vidéo, on voit Sharon jouant de sa darbuka et l’on entend de la musique arabe dans le fond, une foule d’hommes palestiniens s’attroupe autour de lui pour le regarder.

Alors que Sharon continue à jouer, l’intérêt de la foule s’accentue progressivement et, à la fin de la vidéo, Sharon est entouré par les invités qui chantent et dansent.

בדרך הבייתה מהופעה, הייתה חתונה בכפר פלסטיני הסמוך לבייתי, הייתי חייב להכנס…(כוחותינו שבו בשלום)ולמי שמכיר אותי, דעותיי על הסכסוך במזרח התיכון ידועות, אל דאגה..

Posted by Yoni Sharon on Wednesday, 19 April 2017

Pour conclure son message, Sharon a écrit, « pour ceux qui me connaissent, mon point de vue sur le conflit au Moyen Orient est déjà clair, ne vous inquiétez pas ». Il a ensuite expliqué son point de vue pour répondre à un commentaire : « je suis assis avec des Arabes et nous rions ensemble de la gauche israélienne pluraliste qui pense pouvoir amener la paix depuis les cafés de Tel Aviv ».

« Dans l’ensemble, mes valeurs (l’unité de la famille, etc.) en tant que personne religieuse et conservatrice sont beaucoup plus proches de celles de mes voisins palestiniens que de la gauche laïque et libérale », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...