Rechercher

Un journaliste juif russe trouve une tête de porc et un slogan antisémite à sa porte

L'inscription antisémite « Judensau » a été écrite sur la porte du domicile d’Alexeï Venediktov, récemment condamné pour avoir parlé ukrainien à la radio

La tête d’un cochon placée devant la porte du domicile d’Alexei Venediktov à Moscou, le 24 mars 2022. (Crédit : Alexei Venediktov par l'intermédiaire de la JTA)
La tête d’un cochon placée devant la porte du domicile d’Alexei Venediktov à Moscou, le 24 mars 2022. (Crédit : Alexei Venediktov par l'intermédiaire de la JTA)

Plus tôt ce mois-ci, le journaliste juif russe Alexei Venediktov avait été condamné à une amende pour avoir parlé ukrainien lors d’une émission de radio, geste perçu comme un témoignage de solidarité avec l’Ukraine.

La semaine dernière, il a trouvé une tête de cochon sur son paillasson et un slogan antisémite sur sa porte.

Les vandales avaient tracé le mot allemand « Judensau » surmontant un trident doré, symbole de l’État ukrainien, sur une affichette apposée à la porte du domicile de Venediktov à Moscou.

Le Judensau est une imagerie issue du folklore chrétien moyenâgeux, représentant des Juifs prenant le sein d’une truie ou regardant dans l’anus d’un cochon. On estime à une quarantaine le nombre de Judensaus en Allemagne, les plus anciens datant du 13e siècle. La communauté des historiens est divisée sur la conduite à tenir, entre partisans de leur démontage ou de leur conservation in situ, sur les bâtiments, en qualité d’objets éducatifs.

Sur Telegram, Venediktov a témoigné : « [Dans] le pays qui a vaincu le fascisme. Et pourquoi pas une étoile de David sur ma porte? » Il a ajouté : « On veut m’intimider, moi et ma famille. »

Venediktov, dont la mère était juive et dont le père, officier dans la marine soviétique, est mort au combat en 1955, est l’ex-rédacteur en chef de L’Écho de Moscou, une des dernières stations de radio indépendantes de Russie, fermée par les autorités russes le 1er mars.

Les procureurs ont affirmé qu’il avait diffusé « délibérément de fausses informations concernant l’action des militaires russes ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...