Un leader juif allemand ne pourra plus invoquer la ‘célébrité’ d’un blogueur critique d’Israël
Rechercher

Un leader juif allemand ne pourra plus invoquer la ‘célébrité’ d’un blogueur critique d’Israël

Le Tribunal a jugé que Charlotte Knobloch était dans l’incapacité de prouver l’antisémitisme du blogueur juif Abraham Melzer

Charlotte Knobloch, dirigeante de la communauté juive allemande. (Crédit : Michael Lucan/CC-BY-SA 3.0/Wikimedia Commons)
Charlotte Knobloch, dirigeante de la communauté juive allemande. (Crédit : Michael Lucan/CC-BY-SA 3.0/Wikimedia Commons)

BERLIN – Un leader juif allemand a été réprimandé par un tribunal pour avoir déclaré qu’un critique d’Israël était “célèbre” pour ses propos antisémites.

Charlotte Knobloch, à la tête de la communauté juive de Munich et de l’organisation-cadre du Conseil central des Juifs en Allemagne, avait émis cette affirmation dans un message privé au sujet du blogueur juif Abraham Melzer de Francfort, au mois de septembre dernier.

En réponse, Melzer avait porté plainte.

Knobloch, 84 ans, a dorénavant l’interdiction de faire de telles déclarations après que le Premier tribunal de district de Munich a estimé qu’elle ne pouvait pas suffisamment les prouver.

Le juge principal a déclaré qu’à la lumière particulière du contexte des crimes commis par la dictature nazie et de l’Holocauste et parce que les vies des deux parties dans ce dossier ont été marquées par l’histoire, la caractérisation du plaignant – qui est une personne d’origine juive – comme étant « célèbre » pour ses propos antisémites est grave et particulièrement injurieuse pour sa réputation.

Knobloch avait survécu, enfant, à l’Holocauste en se réfugiant dans la clandestinité.

Melzer, 71 ans, est un blogueur dont l’objectif tel qu’il le définit lui-même est de « traiter exclusivement du conflit au Moyen-Orient, avec l’oppression des Palestiniens et par-dessus tout, les Israéliens égocentriques, arrogants et nationalistes et leurs promoteurs en Allemagne ».

Au mois de septembre, Knobloch avait écrit un courriel privé à des organisations catholiques qui avaient mis des salles à disposition pour un événement accueillant Melzer comme intervenant sur le sujet de l’antisémitisme en Allemagne. Melzer avait l’habitude d’affirmer que les accusations d’antisémitisme étaient souvent exagérées.

Plusieurs événements où Melzer devait intervenir avaient été annulés.

Melzer avait alors porté plainte contre Knobloch, et le tribunal de Munich a annoncé son injonction provisoire à son encontre mercredi. Knobloch peut encore faire appel.

Le tribunal a estimé que Knobloch avait violé les “droits de la personnalité” de Melzer en échouant à démontrer de façon appropriée que les déclarations de ce dernier étaient antisémites et qu’il était devenu “célèbre” pour les avoir tenues.

Le fait que Melzer ait un blog ne signifie pas qu’il soit “célèbre”, a dit le Tribunal.

Knobloch a présenté trois déclarations émanant de Melzer qu’elle avait estimées antisémites. Utilisant le jargon nazi pour les Juifs forcés à travailler dans les camps de concentration, il avait ainsi qualifié un employé du ministère des Affaires étrangères israélien de “Blockwarte.”

Melzer avait également suggéré que Knobloch travaillait pour les services secrets israéliens et qu’elle avait reçu ses ordres « probablement de la part du boss lui-même », parlant du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Dans la mesure où les deux déclarations citées avaient été faites après l’envoi du courriel de Knobloch, elle n’a pas pu les utiliser pour justifier ses propos, a attesté le Tribunal.

Répondant à l’énoncé du verdict, Melzer a écrit au blogueur Gerd Buurmann pour lui dire que selon lui, Knobloch devrait faire appel jusqu’à la Cour fédérale d’Allemagne ou même devant la Coue européenne : “C’est exactement ce que nous voulons : Aller devant le plus grand tribunal européen et faire taire une fois pour toutes les gens comme vous, et Knobloch et tous les autres”, a-t-il écrit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...