Rechercher

Un mécanicien belge ne servira pas les Juifs à cause des vues d’Israël sur l’Ukraine

Un collectif juif a annoncé qu’il intenterait une action en justice contre le propriétaire de l’atelier de réparation Stabroek, Ludo Eyckmans

L'atelier de réparation automobile de Ludo Eyckmans à Stabroek, Belgique. (Crédit : Google Maps)
L'atelier de réparation automobile de Ludo Eyckmans à Stabroek, Belgique. (Crédit : Google Maps)

Le propriétaire d’un atelier de réparation automobile en Belgique a indiqué qu’il ne servirait plus les clients juifs en signe de protestation contre la position d’Israël sur le conflit en Ukraine.

Le Forum des organisations juives, groupe représentant les Juifs belges néerlandophones, a annoncé qu’il allait intenter une action en justice contre Ludo Eyckmans, le propriétaire du magasin de Stabroek, près d’Anvers.

En effet, refuser de servir des individus en raison de leur confession, de leur race ou de leur orientation sexuelle est illégal en Belgique.

« À partir d’aujourd’hui, nos clients juifs ne sont plus les bienvenus pour ce qui est de l’entretien de leurs voitures ou la résolution de leurs problèmes électroniques », a écrit Eyckmans dans un courriel envoyé aux médias belges la semaine dernière, selon le groupe juif. Il aurait invoqué « l’incapacité d’Israël à reconnaître les crimes de guerre » commis par l’armée russe en Ukraine.

Le ministre des Affaires étrangères, Yair Lapid, a affirmé la semaine passée que « les forces russes avaient commis des crimes de guerre » en Ukraine, mais le Premier ministre Naftali Bennett s’est gardé de prendre une position aussi ferme envers la Russie.

Les dirigeants israéliens cherchent à ménager leurs intérêts, complexes, dans le conflit, et notamment l’implication russe en Syrie voisine et la sécurité des Juifs dans les deux pays belligérants. Cette approche a permis à Bennett de jouer un rôle de médiateur entre la Russie et l’Ukraine, mais elle a également suscité des critiques envers Israël de la part de ceux qui voudraient le voir adopter une position plus ferme.

Le Forum des organisations juives a répondu à Eyckmans que les Juifs de Belgique n’étaient en rien décisionnaires en matière de politique étrangère israélienne, a indiqué dimanche un porte-parole du groupe, Hans Knoop, à la JTA.

Eyckmans n’a pas répondu aux demandes de commentaires.

Un certain nombre d’entrepreneurs et prestataires de services avaient déjà refusé de servir les Juifs en Belgique, ces dernières années, en raison de leur perception des actions d’Israël.

En 2014, en pleine période de tensions entre Israël et le Hamas à Gaza, la police avait, à la demande d’un organisme de surveillance de l’antisémitisme, fait retirer une pancarte en devanture d’un café belge disant que les Juifs n’étaient pas les bienvenus.

La même année, un médecin belge avait également refusé de prodiguer des soins à une femme juive souffrant d’une côte fracturée, lui suggérant d’aller se faire soigner à Gaza.

Enfin, l’employé d’un magasin d’Anvers aurait refusé de servir un client juif « par protestation », comme il l’aurait dit en 2014.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...