Israël en guerre - Jour 285

Rechercher

Un médecin porte plainte pour détention violente lors d’une manifestation anti-gouvernement

Le plaignant reproche à la police de l'avoir violemment interpelé lors d'une récente manifestation anti-gouvernement

La police interpelle violemment un médecin qui portait assistance médicale à un manifestant anti-gouvernement blessé lors d'un rassemblement à Tel Aviv, le 8 juin 2024. (Réseaux sociaux/X. Utilisé conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)
La police interpelle violemment un médecin qui portait assistance médicale à un manifestant anti-gouvernement blessé lors d'un rassemblement à Tel Aviv, le 8 juin 2024. (Réseaux sociaux/X. Utilisé conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)

Le médecin violemment interpelé par la police lors d’une manifestation anti-gouvernement, il y a de cela trois semaines, a porté plainte auprès du Département des enquêtes internes de la police, a indiqué la Douzième chaîne.

« Quand on réfléchit bien à ce que j’ai vécu, il apparait que la police a agi en violation de la loi », a déclaré le Dr Udi Baharav à la Douzième chaîne.

« Même en matière de maintien de l’ordre, les lois sont claires », a-t-il dit. « Il existe des lois pour dire de quelle manière la police doit traiter et agir avec les équipes médicales. Ils sont normalement là pour sauver des vies, c’est pour cela qu’ils interviennt, mais là, ils ont fait exactement le contraire.

« [Les policiers] voient des personnes au sol, et au lieu de les aider, ils les poussent et les frappent », a-t-il déploré.

Placé sous l’autorité du Ministère de la justice, le Département des enquêtes internes de la police enquête sur les allégations de brutalités policières. C’est à la demande des organisations membres de l’Association médicale israélienne (IMA) qu’il a ouvert l’enquête sur l’incident impliquant Baharav.

Médecin généraliste retraité âgé de 71 ans, Baharav fait du bénévolat dans le cadre d’un collectif informel de médecins, d’infirmières et de professionnels de la santé mentale qui interviennent lors de rassemblements et manifestations pour porter assistance aux personnes – manifestants ou policiers – blessés ou malades.

Les membres de ce groupe portent des gilets orange ou violets ainsi que des lampes frontales qui les identifient clairement comme des personnels de santé, et ils déclinent leur identité aux civils ainsi qu’aux forces de l’ordre avant toute intervention.

L’incident du 8 juin dont a été victime Baharav s’est attiré les foudres de l’opposition.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.