Israël en guerre - Jour 142

Rechercher

Un ministre réclame des sanctions contre Haaretz pour « propagande mensongère »

Le cabinet ne devrait pas examiner la proposition ; l'Union des journalistes la dénonce comme "une atteinte à la liberté de la presse" et un moyen "populiste" de gagner des voix

Jeremy Sharon est le correspondant du Times of Israel chargé des affaires juridiques et des implantations.

Le ministre des Communications Shlomo Karhi assiste à une audience du comité de l'économie de la Knesset, le 20 novembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre des Communications Shlomo Karhi assiste à une audience du comité de l'économie de la Knesset, le 20 novembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre des Communications, Shlomo Karhi, a présenté une résolution gouvernementale proposant de mettre fin à toutes les publicités, abonnements et autres liens commerciaux de l’État avec le quotidien Haaretz, en invoquant ce qu’il a décrit comme la « propagande défaitiste et mensongère » de la publication contre l’État d’Israël en temps de guerre.

Selon le Times of Israel, la proposition ne devrait pas faire l’objet d’un vote au sein du cabinet.

Dans une lettre adressée jeudi au secrétaire du cabinet Yossi Fuchs, Karhi a dénoncé Haaretz pour sa position éditoriale sur la guerre et a proposé dans sa résolution que l’État ne conclue aucun nouvel accord commercial avec le journal, qu’il cesse toute publicité dans le journal, même si elle a déjà été payée, et qu’il arrête tous les paiements en suspens.

Karhi a mené la campagne pour l’adoption de mesures d’état d’urgence national qui permettraient à son ministère de suspendre toute émission d’informations jugée préjudiciable à la sécurité nationale et incitant à la haine. Il a été révélé que son projet initial de réglementation incluait également la presse nationale.

Le quotidien économique The Marker, publié par le groupe Haaretz, a été le premier à faire état de ce projet initial.

Dans le cadre de ces mesures, le ministère des Communications a mis fin à la diffusion en Israël de la chaîne d’information libanaise Al Mayadeen, associée au Hezbollah, mais n’a pas encore coupé la chaîne Al Jazeera, basée au Qatar, qui était la cible initiale de la réglementation de Karhi. Cette décision peut s’expliquer par la réticence d’Israël à contrarier le gouvernement qatari, qui agit comme médiateur dans les négociations sur les otages avec le Hamas.

Le ministre des Communications, Shlomo Karhi, signant l’ordre de fermeture de la chaîne d’information libanaise par satellite Al Mayadeen, le 13 novembre 2023. (Crédit : Bureau de Shlomo Karhi)

« Depuis le début de la guerre, mon bureau a reçu de nombreuses plaintes reprochant au journal Haaretz d’avoir adopté une position offensive qui sape les objectifs de la guerre et affaiblit l’effort militaire et la résilience sociétale », a écrit Karhi dans sa lettre à Fuchs au sujet de la célèbre publication de gauche.

Il a affirmé que certains articles de Haaretz pourraient même avoir « enfreint la norme criminelle fixée » et s’est dit certain que cette question serait « examinée par les autorités compétentes ».

Le ministre a cité quelques extraits d’articles récents publiés par Haaretz depuis le 7 octobre, dont une phrase tirée d’un article d’opinion de l’éditorialiste controversé Gideon Levy, qui a écrit : « Sous tout cela se cache l’arrogance israélienne : notre conviction que nous pouvons faire du mal à n’importe qui et que nous ne serons jamais punis pour cela… nous arracherons des yeux… nous casserons des gueules… « .

Il a également cité un passage d’un article d’une autre chroniqueuse, Amira Hass, qui a écrit : « En un jour, les citoyens israéliens ont vécu la routine des Palestiniens depuis des dizaines d’années : invasion militaire, mort, cruauté, enfants tués, corps abandonnés dans les rues ».

Ces deux exemples sont tirés d’articles d’opinion qui ne reflètent pas la ligne éditoriale générale du journal, qui est, dans les grandes lignes, favorable à l’effort de guerre, tout en restant très critique à l’égard du gouvernement qui le mène.

« Empêcher les agences gouvernementales d’acheter des services à Haaretz réduira le grave préjudice causé aux citoyens israéliens, non seulement par les publications du journal, mais aussi par le fait qu’ils sont obligés de le payer avec l’argent de leurs impôts », a écrit Karhi.

« L’État d’Israël est l’un des clients de Haaretz et le gouvernement est en droit de décider qu’il ne veut plus être le client d’un journal qui sabote Israël en temps de guerre et sape le moral des soldats et des civils israéliens face à l’ennemi ».

Parmi les clauses de la résolution proposée par le gouvernement figurent l’obligation pour l’État de ne pas conclure de nouveaux accords commerciaux avec Haaretz, y compris de ne pas acheter d’abonnements pour les fonctionnaires ; l’arrêt des accords et des abonnements existants ; l’arrêt de la publicité par les organes de l’État ; l’arrêt de tout paiement à Haaretz pour des services qui n’ont pas encore été fournis.

L’éditeur de Haaretz, Amos Schocken, a publié sur X (anciennement Twitter) en réponse que le journal restait « engagé à rapporter les informations sans peur ni faveur » en dépit de la résolution proposée par Karhi.

L’Union des journalistes en Israël a vivement critiqué la proposition de Karhi, estimant qu’elle portait atteinte à la liberté de la presse en Israël.

« Sa nouvelle proposition visant à mettre fin à tous les accords commerciaux du gouvernement avec le journal est une proposition populiste, dépourvue de toute logique et de toute chance [d’être approuvée], et dont le seul but est de s’attirer les faveurs de [sa] base politique, aux dépens de journalistes dévoués qui travaillent jour et nuit pour couvrir la guerre, et dans une attaque délibérée et flagrante contre la liberté de la presse et le droit du public à l’information », a déclaré l’Union.

« Nous soutenons les journalistes du groupe Haaretz et sommes convaincus qu’ils continueront à faire un travail important dans l’intérêt de l’État d’Israël et de ses citoyens, et qu’ils ne se laisseront pas décourager par les menaces en l’air du ministre Karhi. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.