Israël en guerre - Jour 192

Rechercher

Un touriste mort dans un attentat à la voiture-bélier, suivi d’une fusillade, à Tel Aviv

Les 5 blessés au parc Charles Clore sur la promenade de la ville sont aussi des touristes ; le terroriste, qui a ensuite tiré avec son arme, a été neutralisé par des policiers ; toutes les unités de réserve de la police aux frontières mobilisées

Scène d'un attentat à la voiture-bélier à Tel Aviv, le 7 avril 2023 (Crédit : capture d'écran Twitter - Channel 13)
Scène d'un attentat à la voiture-bélier à Tel Aviv, le 7 avril 2023 (Crédit : capture d'écran Twitter - Channel 13)

Vendredi soir, un terroriste a mené un attentat à la voiture-bélier avant de sortir de son véhicule pour tirer avec son arme sur des passants de la promenade de Tel Aviv, au niveau du parc Charles Clore, dans le sud de la ville.

Il y a au moins un mort âgé de 30 ans. Il s’agissait selon certaines informations, d’un touriste italien.

Cinq personnes ont été blessées, dont deux légèrement et trois modérément. Les deux blessés légers, qui ont été transportés à l’hôpital Wolfson de Holon, sont des touristes âgés de 50 et 70 ans environ. Les trois blessés modérés incluent une adolescente de 17 ans et un homme de 39 ans

Le terroriste, qui vivait en Cisjordanie, avait volé le véhicule d’un résident originaire de Kafr Kassem, a été neutralisé par des policiers.

L’attentat est survenu un soir de Shabbat et pendant Pessah, sur fond d’une recrudescence de violences ces derniers jours au Proche-Orient.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu « a donné l’ordre à la police israélienne de mobiliser toutes les unités de réserve de la police aux frontières, et à [l’armée] de mobiliser des forces supplémentaires pour faire face aux attentats terroristes », indique un communiqué de son bureau.

Cette double attaque survient après un autre attentat qui a coûté la vie à deux jeunes soeurs originaires d’Efrat vendredi matin. Les deux soeurs étaient âgées de 16 et 20 ans. Leur mère a été grièvement blessée dans l’attaque. Les soeurs possédaient également la nationalité britannique, a annoncé la diplomatie britannique dans un communiqué appelant « toutes les parties dans la région à faire baisser les tensions ».

Selon l’armée, qui est à la recherche du terroriste, leur véhicule a été la cible de tirs palestiniens au carrefour de Hamra, dans le nord-est de la Cisjordanie.

Ces attaques surviennent après des frappes israéliennes à Gaza et au Liban en représailles à des dizaines de tirs de roquettes menés par des groupes terroristes palestiniens, avec l’accord du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah. Des tirs de roquettes en provenance de Gaza et du sud Liban contrôlé par le Hezbollah pro-iranien qui, interviennent après des heurts à la mosquée Al-Aqsa, lorsque la police a été contrainte d’intervenir dans l’enceinte du bâtiment après que des émeutiers musulmans ont stocké des pierres et des pétards et affronté la police.

Israël a par ailleurs annoncé vendredi avoir abattu un drone ayant pénétré dans son territoire depuis le Liban, sur fond d’escalade sans précédent sur le front israélo-libanais depuis 2006. Dans un court communiqué, l’armée israélienne a indiqué que ses soldats avaient « identifié et abattu un drone venu du territoire libanais dans le territoire israélien près de la localité de Zarit ». L’armée « continuera d’empêcher toute tentative de violer la souveraineté israélienne », indique le communiqué.

La France a de son côté rappelé vendredi « son attachement indéfectible à la sécurité d’Israël et à la stabilité et la souveraineté du Liban ». Face aux tensions des derniers jours, Paris appelle « toutes les parties à la retenue maximale et à éviter toute action susceptible de conduire à une escalade », a déclaré François Delmas, le porte-parole adjoint du ministère français des Affaires étrangères. La France a aussi réitéré « sa ferme condamnation des tirs de roquettes indiscriminés qui ont ciblé le territoire israélien depuis Gaza et le Sud Liban ».

Le Liban et Israël « ne veulent pas de guerre », a enfin affirmé vendredi la Force intérimaire des Nations unies (Finul) déployée dans le sud du Liban pour faire tampon entre les deux pays, après des contacts entre les deux parties. Les Casques Bleus ont appelé « toutes les parties à cesser toutes leurs actions » des deux côtés de la frontière, après les frappes israéliennes vendredi à l’aube qui ont suivi le tir de roquettes sur Israël depuis le territoire libanais.

Les Palestiniens « ne resteront pas les bras croisés » face aux « agressions » d’Israël contre la mosquée Al-Aqsa, avait affirmé jeudi Beyrouth le chef du Hamas, pointé du doigt par Israël après le tir de roquettes depuis le sud du Liban. Ismaïl Haniyeh, arrivé mercredi au Liban, s’est réuni à Beyrouth jeudi avec les chefs d’autres organisations terroristes palestiniennes. « Notre peuple palestinien et les formations de la résistance palestinienne [nom que se donnent les groupes terroristes] ne resteront pas les bras croisés » face à ce qu’il a appelé « l’agression sauvage » d’Israël contre la mosquée Al-Aqsa, a affirmé Haniyeh dans un communiqué à l’issue de la réunion. Le chef du Hamas a appelé « toutes les organisations palestiniennes à unifier leurs rangs et intensifier leur résistance conte l’occupation sioniste ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.