Un nouveau radar maritime à longue portée sera construit par Israël et la Grèce
Rechercher

Un nouveau radar maritime à longue portée sera construit par Israël et la Grèce

Sa mission sera de surveiller le bassin est de la Méditerranée, notamment au large des côtes turques

Les bouées marquant la frontière maritime entre Israël et le Liban sur la mer Méditerranée. (Crédit : Chadica/CC-BY/Flickr)
Les bouées marquant la frontière maritime entre Israël et le Liban sur la mer Méditerranée. (Crédit : Chadica/CC-BY/Flickr)

Selon le quotidien grec Kathimerini, Israël et la Grèce installeront un nouveau système de radar maritime à longue portée dans l’est de la Crète. Sa mission sera de surveiller le bassin est de la Méditerranée. Les deux pays à l’origine du projet auront accès aux informations collectées.

Selon l’article, ce nouveau projet militaire entrera dans le cadre de l’alliance entre Israël, la Grèce et Chypre.

Les trois pays sont également engagés dans un accord portant sur la construction d’un gazoduc qui transportera du gaz naturel depuis l’est de la Méditerranée vers l’Europe.

Cette initiative, qui devrait coûter huit milliards de dollars et prendre six à sept ans à réaliser, permettra de faire de la région un fournisseur d’énergie et de concurrencer la domination russe sur le marché énergétique européen. Elle pourrait aussi entraver les ambitions de l’Iran qui souhaiterait utiliser la Syrie comme porte d’entrée vers l’est de la Méditerranée.

Israël développe ses champs de gaz naturel au large de la côte méditerranéenne depuis dix ans. Alors que la plus grande partie de son gaz est destinée à un usage national, l’Etat juif a signé des accords d’exportation avec l’Egypte et la Jordanie et s’intéresse au marché européen, plus conséquent.

Photo illustrative des plateformes israéliennes de gaz naturel en Méditerranée, 2 septembre 2015. (Flash90)

Le gazoduc proposé permettrait à Israël et à Chypre d’exporter les réserves offshore récemment découvertes vers l’Italie et le reste de l’Europe. La Grèce, qui agirait comme conduit pour le gaz à destination du continent, pourrait également utiliser le gazoduc pour convoyer les hydrocarbures qu’elle pourrait potentiellement découvrir dans ses eaux.

Soutenant cette initiative, l’ambassadeur des États-Unis en Israël, David Friedman, avait salué le gazoduc comme faisant partie intégrante de la « stabilité et de la prospérité du Moyen-Orient et de l’Europe » et a vivement recommandé à tous les pays de la région de garantir sa réussite.

Le nouveau projet de radar maritime devrait permettre de surveiller l’itinéraire du pipeline, notamment au large des côtes turques, à un niveau plus important que ce que permettent les radars traditionnels.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le Premier ministre grec Alexis Tsipras et le président chypriote Nicos Anastasiades se sont rencontrés le 20 mars dernier à Jérusalem, en compagnie du secrétaire d’État américain Mike Pompeo.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...