Israël en guerre - Jour 227

Rechercher

Un officiel blâme le gouvernement Bennett-Lapid pour l’accord Arabie saoudite-Iran

Le responsable s'en prend aussi à Biden - mais les négociations entre les deux pays avaient commencé quand Netanyahu était encore Premier ministre

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors d'une conférence de presse conjointe avec la Première ministre italienne Giorgia Meloni au palais Chigi de Rome, le 10 mars 2023. (Crédit : AP Photo/Andrew Medichini)
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors d'une conférence de presse conjointe avec la Première ministre italienne Giorgia Meloni au palais Chigi de Rome, le 10 mars 2023. (Crédit : AP Photo/Andrew Medichini)

ROME — Un haut-responsable qui se trouvait aux côtés du Premier ministre Benjamin Netanyahu lors de son déplacement en Italie a cherché à attribuer la responsabilité de l’accord conclu entre l’Arabie saoudite et l’Iran, qui ont décidé de rétablir des relations diplomatiques, aux « faiblesses » du gouvernement Bennett-Lapid et de l’administration Biden.

« A ce moment-là, il y avait le sentiment d’une faiblesse aux États-Unis et en Israël et l’Arabie saoudite s’est donc tournée vers d’autres canaux », a indiqué l’officiel israélien en s’adressant aux journalistes qui se trouvaient en Italie, accompagnant Netanyahu dans son voyage.

Il a ensuite affirmé de manière mensongère que les négociations entre Ryad et Téhéran avaient commencé sous le gouvernement d’unité qui avait été établi par Naftali Bennett et par Yair Lapid, lorsque l’administration de Joe Biden consacrait par ailleurs ses efforts à la réintégration des États-Unis au sein de l’accord sur le nucléaire iranien. En conséquence, a-t-il dit, l’Arabie saoudite s’est tournée vers la Chine qui a servi de contrepoids aux États-Unis et qui a aidé à négocier l’accord qui a été annoncé vendredi.

Toutefois, si le gouvernement Bennett-Lapid avait été formé au mois de juin 2021, les pourparlers entre Ryad et Téhéran avaient commencé au mois d’avril de la même année, quand Netanyahu était encore Premier ministre.

Vendredi dans la journée, Bennett et Lapid avaient blâmé Netanyahu pour la conclusion de cet accord entre l’Arabie saoudite et l’Iran, affirmant qu’il était le résultat de négligences diplomatiques, d’une faiblesse plus générale et des conflits intérieurs qui déchirent le pays depuis l’établissement du gouvernement, le 29 décembre.

Les propos qui ont été tenus par le responsable à Rome ont été clairement une pique envoyée par le Bureau du Premier ministre à Biden, qui avait pris ses fonctions en promettant de réintégrer l’accord sur le nucléaire mais qui a renoncé graduellement à cet objectif, l’année passée, dans un contexte de coopération militaire entre Téhéran et la Russie et de manifestations anti-régime qui ont assailli la république islamique.

Rejetant toute responsabilité du gouvernement actuel, le haut-responsable israélien a affirmé que les membres du gouvernement d’unité devaient se demander pourquoi les contacts initiaux entre les Saoudiens et les Iraniens avaient été tissés pendant son mandat – cette affirmation étant mensongère.

Le secrétaire du Conseil suprême iranien de la sécurité nationale, Ali Shamkhani, à droite, le chef de la diplomatie chinoise Wang Yi, au centre, et le Conseiller saoudien à la sécurité nationale Musaad bin Mohammed al-Aiban lors de la signature d’un accord entre l’Iran et l’Arabie saoudite visant la reprise des relations diplomatiques entre les deux pays après sept années de tensions, à Pékin, le 10 mars 2023. (Crédit : Nournews via AP)

Lapid — qui est dorénavant à la tête de l’opposition – a rejeté les accusations lancées par le gouvernement de Netanyahu, écrivant sur Twitter que sa coalition avait laissé de côté tout le reste lorsqu’il était clairement apparu que l’administration Biden était sur le point de réintégrer l’accord sur le programme nucléaire iranien. « Nous avons travaillé là-dessus sept jours sur sept et vingt-quatre heures sur vingt-quatre », a dit Lapid, laissant entendre que l’État juif avait joué un rôle déterminant dans le blocage de l’accord.

Ce qui contraste avec le gouvernement actuel, a-t-il noté, l’Iran ayant fait des travaux d’enrichissement de l’uranium à un degré de 84 % sous son mandat.

« Et ce gouvernement de droite ? », a-t-il interrogé. « Il ne s’intéresse pas à l’Iran, il ne s’intéresse pas aux attentats terroristes ou à l’économie, il ne s’intéresse pas au coût de la vie. Tout ce qui l’intéresse, c’est de détruire la démocratie et de déchirer la population. Oh, et il s’intéresse aussi aux week-ends de vacances à Rome », a continué Lapid, faisant référence à des critiques qui ont reproché au Premier ministre de passer la fin de semaine dans un hôtel chic de la capitale italienne aux frais du contribuable.

Pour sa part, vendredi, le secrétaire du Conseil national de sécurité iranien, Ali Shamkhani, a fait savoir à Nour News, un média iranien, que l’accord signé entre son gouvernement et l’Arabie saoudite « sera un réel obstacle à la présence et à l’interférence des pays extra-régionaux et au régime sioniste dans la région ».

L’accord semble avoir aussi été un coup porté aux efforts livrés par Israël pour normaliser ses relations avec l’Arabie saoudite.

Toutefois, le haut-responsable israélien a insisté devant les journalistes sur le fait que l’accord signé vendredi ne portait pas préjudice aux efforts par ailleurs livrés par Netanyahu en vue d’un rapprochement avec les Saoudiens.

« Ce qui se passe au niveau diplomatique n’est pas ce qui se passe sous la surface », a-t-il expliqué, faisant allusion aux initiatives qui peuvent être prises par Israël et par l’Arabie saoudite à l’abri des regards.

Le Premier ministre Yair Lapid, à droite, et le Premier ministre suppléant Naftali Bennett lors d’une réunion du cabinet au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 31 juillet 2022. (Crédit : Marc Israel Sellem/Pool)

Un diplomate moyen-oriental de premier plan avait indiqué jeudi au Times of Israel que l’administration Biden avait discuté avec l’Arabie saoudite d’éventuelles négociations en vue d’un accord de normalisation avec l’État juif. Il avait toutefois expliqué qu’un tel accord « restait très éloigné » compte-tenu des demandes émises dans ce cadre par les Saoudiens aux Américains.

Le haut-responsable qui s’est exprimé vendredi a affirmé que plus Israël et l’Occident seraient durs dans leur positionnement sur l’Iran – avec notamment la démonstration faite d’une menace nucléaire crédible – plus l’Arabie saoudite serait désireuse de réchauffer les liens avec Israël.

Il a déclaré que les positionnements israélien et américain restaient « plus décisifs » que l’accord de normalisation conclu vendredi dernier.

Il a assuré que le positionnement des pays occidentaux face à l’Iran commençait à évoluer en faveur d’Israël mais « que ce n’est pas encore assez ».

Si les États-Unis ont fait savoir que les négociations nucléaires n’étaient pas sur la table actuellement, ils ont déclaré encore privilégier une solution diplomatique.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.