Un opérateur belge d’une hotline au sujet d’Israël : ça s’appelle Palestine, monsieur
Rechercher

Un opérateur belge d’une hotline au sujet d’Israël : ça s’appelle Palestine, monsieur

Un interlocuteur du ministère de l'Intérieur téléphone a corrigé un Juif qui appelait pour obtenir des renseignements

Des personnes se rassemblent pour observer une minute de silence en mémoire des victimes des attentats dans l'aéroport et le métro de Bruxelles, qui ont eu lieu un jour plus tôt, sur la Place de la Bourse dans le centre de Bruxelles, le 23 mars 2016 (Crédit :  Patrik Stollarz/AFP)
Des personnes se rassemblent pour observer une minute de silence en mémoire des victimes des attentats dans l'aéroport et le métro de Bruxelles, qui ont eu lieu un jour plus tôt, sur la Place de la Bourse dans le centre de Bruxelles, le 23 mars 2016 (Crédit : Patrik Stollarz/AFP)

Un opérateur de la hotline fédérale belge mise en place après les attentats terroristes à Bruxelles a dit à un appelant juif qu’Israël n’existe pas et l’a en fait appelé la Palestine.

L’appel, qui a eu lieu, jeudi à la hotline du ministère de l’Intérieur belge a été enregistré et le fichier audio a été posté sur le site Web de Joods Actueel, un mensuel juif belge.

Dans ce document, un homme qui se présentait en tant que bénévole pour le Comité de la coordination juive d’Anvers a expliqué à l’opérateur en flamand qu’il appelait au nom de deux personnes qui ont été blessées dans les attentats du 22 mars à Bruxelles et qui souhaitaient sortir de l’hôpital car ils sont « prêts à être transportés en Israël ». L’appelant a demandé plus de détails au sujet de la procédure à suivre.

Au moins 32 personnes sont mortes dans une série d’attentats-suicide la semaine dernière à l’aéroport de Zaventem, près de Bruxelles et dans une station de métro dans le centre de la ville, qui ont été revendiqués par le groupe terroriste Etat islamique.

Dans l’enregistrement, l’opérateur lui répond : « Cela aurait dû être… Vous voyez… rentrer en Palestine ». L’appelant juive a insisté : « non pas la Palestine, Israël », déclenchant une autre correction par l’opérateur, qui lui a répliqué : « oui, mais c’était avant la Palestine, bien sûr ». Il a également dit à propos d’Israël : « c’est appelé la Palestine, monsieur ».

Lorsqu’on lui a demandé son nom, l’opérateur a déclaré qu’il était Zakharia mais a refusé de donner son nom de famille.

Lorsque son interlocuteur a contesté ses remarques sur Israël, l’opérateur lui a répondu : « je sais que les Juifs sont allés là-bas, que la Palestine les a reçus et qu’il y a eu une guerre entre Israël et la Palestine, bien sûr. Et l’occupation … c’est ce qui est aux informations bien sûr ». Lorsque l’appelant lui a demansé s’il serait en mesure d’aider avec l’évacuation des patients quoi qu’il en soit, l’opérateur a répondu : « Oui, bien sûr ».

Michael Freilich, le rédacteur en chef de Joods Actueel, a déclaré que cela « dépasse l’imagination » qu’un employé de l’Etat belge puisse afficher un comportement anti-Israël qui est monnaie courante dans les pays arabes. Il a également appelé à punir l’opérateur au lieu de présenter des « excuses standard ».

La publication de l’enregistrement suit au moins quatre cas enregistrés dans lesquels les gens qui parlaient soit arabe ou portaient des costumes traditionnels musulmans, détruisaient, cachaient ou enlevaient des drapeaux israéliens de l’espace commémoratif improvisé mis en place pour les victimes de l’attaque sur la Place de la Bourse à Bruxelles.

De nombreux drapeaux, y compris ceux des pays arabes et de l’Autorité palestinienne, ont été exposés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...