Un prêtre roumain critiqué pour avoir comparé Juifs et virus dans une homélie
Rechercher

Un prêtre roumain critiqué pour avoir comparé Juifs et virus dans une homélie

Les disciples de Jésus, a-t-il dit en lisant la Bible chrétienne, "craignaient les Juifs, et ici, entre parenthèses, nous devrions lire : craignaient le virus"

Une vue d'ensemble de la Place Saint-Pierre du Vatican déserte et de sa principale basilique le 6 avril 2020, après presque un mois de fermeture du Vatican aux touristes dans le cadre d'un confinement général pour limiter la propagation du COVID-19. (Photo par Andreas SOLARO / AFP)
Une vue d'ensemble de la Place Saint-Pierre du Vatican déserte et de sa principale basilique le 6 avril 2020, après presque un mois de fermeture du Vatican aux touristes dans le cadre d'un confinement général pour limiter la propagation du COVID-19. (Photo par Andreas SOLARO / AFP)

Un prêtre de l’église catholique de Roumanie s’est retrouvé sous le feu des critiques après avoir fait un parallèle douteux entre les Juifs et le virus dans un message filmé de Pâques.

La référence a été faite dans un message du 9 avril, envoyé aux chaînes de télévision nationales, par le père Francisc Dobos, le porte-parole de l’archidiocèse de Bucarest.

Les disciples de Jésus, disait-il en lisant la Bible chrétienne, « craignaient les Juifs, et ici, entre parenthèses, nous devrions lire : craignaient le virus ».

Dans une lettre ouverte, le chef d’un groupe roumain consacré à la lutte contre l’antisémitisme écrit que l’effort apparent de Francisc Dobos pour rendre son message plus pertinent en reliant les Écritures aux préoccupations et aux craintes actuelles a échoué.

« Malheureusement, ce que beaucoup d’auditeurs de votre message vont entendre, c’est la comparaison entre les Juifs et un virus mortel », a dénoncé Maximillian Marco Katz, directeur du Centre MCA de Roumanie pour le contrôle et la lutte contre l’antisémitisme. « Ainsi, l’antisémitisme religieux traditionnel est transmis de génération en génération : depuis plus de 2 000 ans ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...