Un rabbin opposé aux femmes dans l’armée : une « guerre » est en cours avec Tsahal
Rechercher

Un rabbin opposé aux femmes dans l’armée : une « guerre » est en cours avec Tsahal

Shmuel Eliyahu déclare que le programme de l'armée sur l'intégration des femmes est "déstabilisant"; 100 rabbins écrivent au ministre de la Défense pour le soutenir

Le grand rabbin de Safed Shmuel Eliyahu à Jérusalem, 24 mai 2017. (Shlomi Cohen/Flash90)
Le grand rabbin de Safed Shmuel Eliyahu à Jérusalem, 24 mai 2017. (Shlomi Cohen/Flash90)

Le rabbin Shmuel Eliyahu, rabbin en chef de la ville de Safed, a affirmé mercredi qu’une « guerre » était en cours entre les militaires et le sionisme religieux au sujet du service militaire féminin. Il a déclaré que Tsahal menait un programme « déstabilisant » et a accusé le ministre de la Défense Avigdor Liberman de se comporter comme si l’armée « appartenait à son père ».

S’exprimant lors d’une conférence sur la loi juive, Eliyahu a déclaré que Tsahal avait pour ambition de « mélanger garçons et filles dans l’armée dans tous les domaines ». Ils se vantent d’avoir déjà réussi à 90 %, et ils espèrent 100 %. »

Il a affirmé que la position militaire actuelle était : « Tu n’es pas née femme, on t’a appris à être une femme, alors on va t’apprendre à être un homme. »

« C’est un ordre du jour qui ne tient pas debout, mais le problème est que cet ordre du jour s’applique maintenant dans l’armée israélienne. »

Récemment, Eliyahu a déclenché des frictions avec l’armée lorsqu’il a déclaré que le chef d’état-major de Tsahal, Gadi Eizenkot, devrait être démis de ses fonctions parce qu’il permet aux femmes de servir dans les unités de combat.

La position d’Eliyahu a été appuyée par d’autres rabbins de haut rang, y compris le grand rabbin séfarade Yitzhak Yosef et le rabbin Shlomo Aviner, ce qui a conduit Liberman à bannir ces trois rabbins de tous les événements de l’armée, « jusqu’à ce qu’ils reviennent sur leurs graves déclarations qu’ils ont faits contre le chef d’état-major de Tsahal et contre l’armée. » Les rabbins, dit-il, sont des fonctionnaires qui « doivent représenter l’État ».

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman lors d’une cérémonie pour la fête juive de Tou Bishvat au Kibboutz Kfar Aza, dans le sud d’Israël, le 31 janvier 2018. (Flash90)

Le rabbin de Safed a critiqué la position du ministre de la Défense mercredi, la qualifiant d' »insolence » et se demandant à haute voix si « l’armée appartient à son père ».

Entre-temps, un groupe d’environ 100 rabbins a écrit à Liberman mercredi pour protester contre son attitude à l’encontre des trois rabbins.

« L’obligation des rabbins de s’exprimer et de statuer sur la halakha (loi juive) est au cœur même du judaïsme », ont déclaré les auteurs de la lettre, affirmant qu’un rabbin qui n’informe pas le public de sa position « trahirait sa mission ».

« Nous soutenons les rabbins qui ont exprimé leur opinion et nous ne permettrons à personne de les maltraiter. »

Le grand rabbin Yitzhak Yosef lors d’une prise de parole le 11 décembre 2016 (Capture d’écran: YouTube)

La question de l’enrôlement des femmes, en particulier dans les unités de combat, est devenue sensible parmi les chefs religieux nationalistes orthodoxes ces dernières années, et a opposé les chefs militaires traditionnellement libéraux israéliens aux chefs spirituels d’un grand nombre de soldats et d’officiers pratiquants.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a également rejeté les critiques des rabbins, affirmant qu’il était « fier » de l’intégration des femmes et a félicité les chefs de l’armée pour avoir fait progresser l’égalité.

Dans un discours prononcé dimanche, le chef d’une école religieuse du sud d’Israël a accusé Tsahal de chercher à « détruire » les familles israéliennes, en exhortant les religieuses de ne pas « tenter » de s’enrôler.

Dans son discours, le rabbin Tzvi Kostiner a déclaré que les hommes et les femmes qui servent ensemble ont conduit à la « folie » dans l’armée, les femmes assumant des rôles traditionnellement réservés aux hommes. Il a affirmé que le service militaire mixte a poussé des femmes à quitter l’armée à cause de problèmes émotionnels, de blessures et de harcèlement.

Stuart Winer a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...