Israël en guerre - Jour 148

Rechercher

Un réserviste tué et deux blessés lors d’une attaque de drone dans le nord

L'adjudant Yehezkel Azaria, 53 ans, du 129ème bataillon de la 8ème Brigade Blindée a perdu la vie dans l'attaque de drone à proximité de la communauté nord de Margaliot

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

L'adjudant (réserviste) Yehezkel Azaria. (Crédit : Armée israélienne)
L'adjudant (réserviste) Yehezkel Azaria. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne a déclaré samedi qu’un soldat a été tué et deux autres ont été blessés, dont un grièvement, dans l’attaque de drone plus tôt dans la journée près de la communauté nord de Margaliot.

Le soldat tué est l’adjudant Yehezkel Azaria, 53 ans, du 129ème bataillon de la 8ème Brigade Blindée, originaire de Petah Tikva.

Les soldats blessés appartiennent au 6609e bataillon de reconnaissance de la Brigade d’Alexandrie.

Les troupes ont répondu à l’attaque au drone par des tirs d’artillerie sur des cibles au sud du Liban, dans le cadre des échanges de tirs continus avec le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah le long de la frontière nord.

Israël a prévenu qu’il ne tolérerait plus la présence du Hezbollah, soutenu par l’Iran, le long de la frontière nord, après que quelque 3 000 terroristes du Hamas ont pris d’assaut la frontière depuis la bande de Gaza le 7 octobre, tuant 1 200 personnes et en enlevant plus de 240 – principalement des civils.

Depuis cette date, le Hezbollah a attaqué de façon presque quotidienne les communautés israéliennes et les postes militaires le long de la frontière, bien qu’il ait tenté de limiter l’ampleur des attaques dans le but apparent d’éviter une guerre totale.

Une unité d’artillerie israélienne tirant depuis une position en Haute Galilée dans le nord d’Israël vers le sud du Liban, le 11 décembre 2023. (Crédit : Jalaa marey/AFP)

Vendredi, le ministre de la guerre Benny Gantz a averti qu’Israël serait contraint d’éloigner le Hezbollah de la frontière libanaise si la communauté internationale ne parvenait pas à le faire par des moyens diplomatiques.

Dans un apparent avertissement au groupe terroriste chiite libanais, Tsahal a publié vendredi un communiqué indiquant qu’elle procédait à un entraînement intensif dans le nord d’Israël.

L’armée a déclaré que les exercices, baptisés « Temps précieux », visent à préparer les soldats à « d’autres scénarii possibles à la frontière nord », tout en menant leurs opérations de routine dans la région.

Tsahal a également indiqué que les troupes s’entraînaient de jour comme de nuit, dans des zones ouvertes et urbaines, et du niveau de la section à celui du bataillon. Les soldats apprennent également à utiliser des véhicules blindés et d’autres armes.

Des personnes inspectant une maison détruite à la suite d’un bombardement israélien dans le village de Markaba, au sud du Liban, près de la frontière avec Israël, le 15 décembre 2023. (Crédit : Hassan Fneich/AFP)

Parallèlement, des habitants du sud du Liban ont affirmé vendredi que Tsahal avait largué des tracts avertissant les résidents de ne pas aider le Hezbollah, pour la première fois depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas.

Israël avait également largué des tracts sur certaines parties du Sud-Liban pendant la guerre de 2006 contre le Hezbollah ; des tracts encourageant les Palestiniens à ne pas aider le Hamas ont aussi été largués pendant la guerre actuelle à Gaza.

Jusqu’à présent, les affrontements à la frontière ont causé la mort de quatre civils du côté israélien et de six soldats de Tsahal.

Du côté libanais, plus de 120 personnes ont été tuées, selon un bilan de l’AFP. Ce chiffre comprend 107 terroristes du Hezbollah, dont certains ont été tués en Syrie, 16 terroristes palestiniens, au moins 14 civils et trois journalistes.

Les responsables de la Défense israélienne estiment que le bilan du Hezbollah est plus élevé et que le groupe terroriste dissimule le nombre réel de victimes dans ses rangs.

Plus de 64 000 personnes ont été déplacées au Liban, principalement dans le sud, selon les chiffres de l’Organisation internationale pour les migrations.

En Israël, on estime que 100 000 personnes ont évacué leurs maisons à la frontière nord avec le Liban.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.