Un résident de Jérusalem-Est accusé d’avoir violé une jeune femme à l’hôpital
Rechercher

Un résident de Jérusalem-Est accusé d’avoir violé une jeune femme à l’hôpital

Hazim Rishq, âgé de 30 ans, a été accusé d’avoir sexuellement agressé deux autres patientes de la maternité à Jérusalem, en se faisant passer pour un médecin

L'hôpital Shaare Zedek à  Jérusalem. Illustration. (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)
L'hôpital Shaare Zedek à Jérusalem. Illustration. (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)

Un résident de Jérusalem-Est a été accusé mardi. Il aurait violé une patiente de la maternité et en aurait agressé deux autres dans un hôpital de Jérusalem le mois dernier, en se faisant passer pour un médecin.

Hazim Rishq, âgé de 30 ans et originaire d’Anata a également été accusé d’avoir volé dans un supermarché de la capitale pour un montant équivalent à 1 800 NIS (430 €) et a aussi tenté de dérober des effets personnels des patients de l’hôpital.

Selon l’accusation, Rishq est entré dans trois chambres du département de maternité de l’hôpital Shaaré Zedek, fin octobre. Il s’est présenté comme un membre du personnel de l’hôpital.

Il a dit à l’une des accouchées qu’il devait réaliser un « examen interne », suite à quoi, il l’a sexuellement agressée, selon l’accusation. Rishq est accusé d’avoir violé une patiente et d’en avoir agressé deux autres à la maternité de l’hôpital de Jérusalem le 22 octobre.

Plus tôt dans la journée, Rishq a cambriolé un supermarché, selon les compte-rendus juridiques.

Les procureurs de Jérusalem veulent garder Rishq en détention jusqu’à la fin des démarches.

Les agents de sécurité de l’hôpital ont signalé l’incident le 22 octobre, et la police a lancé une enquête qui a conduit à une arrestation.

L’hôpital a contredit la police, indiquant qu’il s’agissait d’un « acte indécent », mais pas d’un viol. L’hôpital a déclaré qu’il allait examiner ses procédures de sécurité pour comprendre comment un imposteur a réussi à échapper à la sécurité et à mettre en œuvre ces attaques présumées.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...