Rechercher

Un responsable américain impute à l’Iran l’impasse des négociations nucléaires

Une source du département d'État américain reproche à Téhéran d’exiger la fermeture des enquêtes de l'AIEA ; pour Raissi elles ne peuvent être ouvertes "en permanence"

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

Mohammad Eslami, chef de l'agence nucléaire iranienne (à gauche), et le gouverneur iranien auprès de l'Agence internationale de l'énergie atomique, Kazem Gharib Abadi, quittent la Conférence générale de l'Agence internationale de l'énergie atomique à Vienne, en Autriche, le lundi 20 septembre 2021. (Crédit : Lisa Leutner/AP)
Mohammad Eslami, chef de l'agence nucléaire iranienne (à gauche), et le gouverneur iranien auprès de l'Agence internationale de l'énergie atomique, Kazem Gharib Abadi, quittent la Conférence générale de l'Agence internationale de l'énergie atomique à Vienne, en Autriche, le lundi 20 septembre 2021. (Crédit : Lisa Leutner/AP)

Les négociations entre les puissances mondiales visant à relancer l’accord sur le nucléaire iranien se sont « butées à un mur », a déclaré jeudi un haut responsable du département d’État américain, qui a imputé à Téhéran la responsabilité de cette nouvelle impasse.

L’Iran continue d’insister pour que l’Agence internationale de l’énergie atomique mette fin à ses investigations sur les mystérieuses traces d’uranium qu’elle a identifiées sur les sites nucléaires de la République islamique, a déclaré le haut fonctionnaire américain aux journalistes qui assistaient à la l’Assemblée générale annuelle des Nations unies, qualifiant cette demande « d’irraisonnable ».

Le responsable n’a pas donné plus de détails.

Raissi a été pressé sur la question lors d’une réunion jeudi avec un petit groupe de journalistes. « Si nous allons nous retrouver dans une situation où les dossiers restent ouverts en permanence, alors nous sommes de retour à la case départ », aurait-il déclaré, selon Laura Rosen, une des journalistes présentes dans la salle.

Jeudi, l’envoyé spécial des États-Unis pour l’Iran, Robert Malley, a déclaré à la Douzième chaîne israélienne que si l’Iran persistait dans ses demandes de clôture des enquêtes de l’AIEA, tout retour à l’accord nucléaire serait impossible.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...