Rechercher

Un séisme mineur touche le nord d’Israël et la Jordanie

Cette secousse de 3,5 sur l'échelle de Richter n'aurait fait ni dégâts, ni blessés ; le pays a été touché par plusieurs petits tremblements de terre, le mois dernier

Photo d'illustration : Un chercheur montre les capteurs d'un sismographe lors d'un séisme à Mexico, le 23 juillet 2013. (Crédit :  AP Photo/Marco Ugarte)
Photo d'illustration : Un chercheur montre les capteurs d'un sismographe lors d'un séisme à Mexico, le 23 juillet 2013. (Crédit : AP Photo/Marco Ugarte)

Un petit tremblement de terre a touché le nord d’Israël dans la nuit de mardi. C’est le dernier d’une série de séismes qui ont été ressentis dans le secteur au cours du dernier mois.

Le département de sismologie du Service géologique d’Israël a indiqué que le tremblement de terre a été mesuré à une magnitude de 3,5 sur l’échelle de Richter. Son épicentre s’est situé à 15 kilomètres au nord-est de Beit Shean, dans la ville frontière jordanienne d’Al-Shunah al-Shamalyah.

Il n’y aurait eu ni blessé, ni dégât.

La police a fait savoir qu’elle avait reçu des dizaines d’appels suite au tremblement de terre. Les médias israéliens ont cité les propos de résidents de la zone concernée, qui ont dit avoir vu leurs meubles trembler dans les habitations.

Selon le Commandement du Front intérieur, le système d’alarme anticipé n’a pas été activé, le séisme ne posant pas de danger.

Le Centre sismologique euro-méditerranéen a fait savoir qu’en plus d’Israël, il avait reçu des informations sur le tremblement de terre de la part de Jordaniens et d’habitants des territoires palestiniens.

Ce séisme survient un peu plus d’une semaine après un important exercice de préparation à la prise en charge des tremblements de terre qui a été organisé par le Commandement du Front intérieur dans tout le pays, après une série d’épisodes sismiques mineurs qui ont été ressentis dans tout le pays.

Le 11 janvier, un important tremblement de terre d’une magnitude de 6,5 sur l’échelle de Richter avait touché la côte ouest de Chypre. Il avait été ressenti jusqu’en Israël, au Liban et en Turquie.

Moins de deux semaines plus tard, des petites secousses avaient fait trembler le nord d’Israël à deux reprises et à quelques heures d’intervalle, entraînant l’évacuation d’une école à Afula et de la mairie de Beit Shan.

Et début février, un autre tremblement de terre a secoué la côte de Chypre, se faisant ressentir en Israël – une réplique de l’important séisme survenu sur cette île de l’Est de la méditerranée en date du 11 janvier, avait fait savoir le département d’étude géologique de Chypre.

Tous ces tremblements de terre n’ont fait ni dégât, ni blessé, mais le nombre inhabituel d’épisodes sismiques récents dans différentes parties du pays a pu laisser penser à certains habitants qu’un plus grand tremblement de terre était en préparation.

Israël se trouve le long d’une ligne de faille active : le rift syro-africain, une déchirure de la croûte terrestre qui s’étend le long de la frontière séparant Israël et la Jordanie. Les sismologues estiment que de tels tremblements de terre se produisent dans cette région environ tous les 100 ans.

Environ un million d’habitations présenteraient un risque d’effondrement en cas de tremblement de terre, ont fait savoir les experts.

Selon d’autres estimations, un tremblement de terre majeur pourrait entraîner 7 000 morts et 145 000 blessés ainsi que 170 000 sans abris.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...